Apple Music franchit la barre des 50 millions d’abonnés

20 mai 2018 à 10h16
0
Dans une interview à l'agence d'information économique et financière Bloomberg, Tim Cook, le CEO d'Apple, a annoncé le franchissement par Apple Music d'un nouveau palier significatif : celui des 50 millions d'abonnés.

C'est encore loin des 75 millions d'abonnés de Spotify, mais Apple Music connaît depuis le début 2018 une croissance de son portefeuille d'abonnés deux fois plus soutenue que son concurrent.

Streaming, affaire rentable

Tout va bien pour Apple Music. Moins de 5 semaines après avoir atteint les 48 millions d'abonnés, dont 40 millions payants, le service de streaming musical annonce avoir dépassé les 50 millions d'inscrits, payants et à l'essai. C'est un gain net en un mois de 2 millions de nouveaux clients. Apple Music est en croissance rapide, et confirme sa place de n°2 mondial du streaming.

Apple Music reste encore à bonne distance de Spotify et de ses 170 millions d'inscrits, dont 75 millions d'abonnés payants. Mais depuis janvier, Apple grossit plus vite que Spotify et surtout, parvient mieux à convertir les essais en abonnements payants. Apple Music est aujourd'hui une source de revenus solide pour Apple : il a grandement contribué aux 9,1 milliards de dollars (+31 % sur un an) dégagés au premier trimestre 2018 par la branche services, qui réunit iTunes, App Store, Apple Music, iCloud, Apple Pay, et AppleCare.

Musique : en attendant Apple Music


Un pouvoir déjà excessif des plateformes ?

La montée en puissance d'Apple Music chez Apple accompagne celle plus générale du streaming dans les revenus de l'industrie musicale : alors que, selon des chiffres fournis par la RIAA (l'association de l'industrie musicale américaine), il n'en représentait que 9 % en 2011 aux Etats-Unis, le streaming pèse aujourd'hui 65 % du cash dégagé par le marché de la musique, toutes formules confondues : streaming payant, streaming financé par la pub, etc.

Dans cette industrie recomposée, les plateformes concentrent ainsi une puissance qui n'est pas sans poser de questions : en excluant début mai, au nom de ses déboires judiciaires, l'artiste R.Kelly des recommandations de son algorithme et de ses playlists, Spotify fait passer le message qu'il n'est plus seulement hébergeur de contenus, mais aussi modérateur. Le Suédois fait le choix d'exercer sa puissance sur les créateurs, qui n'ont d'autre choix que de se plier aux règles, s'ils veulent être mis en avant. A voir si Apple Music suivra le même chemin.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Les véhicules hybrides et électriques ont le vent en poupe chez Mercedes-Benz
Apple abandonnerait déjà son iPhone mini
Binance propose désormais l’achat d’actions tokénisées et ouvre le bal avec celle de Tesla
Gestion des dossiers médicaux : Google pourrait retenter sa chance avec un nouveau service
DuckDuckGo va bloquer FloC, le nouveau système de traçage de Google
Unity ajoute un support natif du DLSS de NVIDIA à son moteur
Les podcasts débarquent sur Amazon Music France
Spotify annonce Car Thing, un appareil en édition limitée pour profiter du service en voiture
Vous pouvez personnaliser l'apparence des sous-titres sur Netflix
PS5 : la nouvelle mise à jour améliore le compatibilité 120 Hz et le mode HDR
Haut de page