Kaspersky découvre un cheval de Troie dans l'appli Android CamScanner, téléchargée 100 millions de fois

Alexandre Boero Contributeur
02 septembre 2019 à 14h59
0
cam-scanner.jpg

Très populaire, l'application CamScanner a été écartée de Google Play après la découverte d'un injecteur permettant d'insérer du code malveillant dans les smartphones.

Si vous étiez un(e) utilisateur(trice) Android de CamScanner, l'application qui permet de scanner, stocker et partager différents contenus en PDF ou JPEG via son smartphone, ne vous étonnez pas de ne plus avoir accès à celle-ci. Plus disponible sur le Google Play Store après le signalement des experts de Kaspersky, l'application éditée par INTSIG Information intégrait en effet des publicités contenant du code malveillant.

La tuile, pour une application aux 100 millions de téléchargements

Plus qu'une tuile, c'est une véritable désillusion pour les développeurs de CamScanner. Si ces derniers peuvent se consoler en étant toujours présents sur l'App Store, être éjectés d'Android ne doit pas être facile à encaisser. L'application totalisait plus de 100 millions de téléchargements depuis son arrivée sur le Play Store, en 2010, avant que les chercheurs de sécurité de Kaspersky ne passent par là.


Les spécialistes ont en effet découvert un dropper (un trojan qui introduit et installe le malware) qui permettait de déposer à distance un downloader malveillant sur l'appareil, grâce à un fichier crypté caché dans le code de CamScanner.

Après son activation, ce dernier permettait le téléchargement de fichiers malveillants sur le mobile de l'utilisateur.

Publicités intrusives et souscriptions à des abonnements sans accord des utilisateurs

Les utilisateurs touchés ont par exemple été dérangés par des publicités intrusives et ont constaté avoir souscrit à leur insu à des services payants. Sur Twitter, les développeurs de CamScanner ont reconnu que l'application avait hébergé un module publicitaire provenant de la société AdHub, qui générait des clics publicitaires non autorisés. « Nous allons immédiatement procéder à des actions en justice contre AdHub », indique l'éditeur dont l'application reste disponible sur son site internet officiel.

Concernant l'origine du problème, le chercher en sécurité Igor Golovin, de Kaspersky, a sa petite idée sur la question : « Ce n'est pas souvent que nous voyons une application avec une base d'utilisateurs fidèles et un si grand nombre d'installations distribuer des composants malveillants. Compte tenu des commentaires positifs sur la page de l'application Google Play et du fait que les chercheurs en sécurité n'avaient pas détecté d'activité malveillante auparavant, il semble que les modules malveillants ont été ajoutés dans l'application via une mise à jour. Cette affaire rappelle l'importance pour les consommateurs de protéger leurs appareils, même s'ils téléchargent leurs applications via les stores officiels ». CQFD.



Source : Communiqué
27 réponses
15 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?
BMW profite de la sortie de son SUV pour montrer à Tesla ce qu'est un véhicule blindé
L'iPhone 11 vous localise régulièrement, Apple s'en explique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top