BadRabbit : le ransomware NotPetya de retour ?

25 octobre 2017 à 12h15
0
Les ransomwares constituent un réel danger en terme de sécurité informatique. Après deux attaques majeures survenues début 2017, voilà que les ransomwares refont parler d'eux, en Europe de l'Est cette fois, et recommencent à se répandre. Les spécialistes de la sécurité informatique ont déjà identifié l'origine de ce nouveau ransomware : il s'agit d'une variante de NotPetya.

Le ransomware NotPetya avait attaqué la Russie et l'Ukraine en juin 2017. Plusieurs centaines de milliers d'ordinateurs avaient été infectés, essentiellement en Europe de l'Est mais également ailleurs dans le monde.

BadRabbit : les mêmes pirates que NotPetya



Les premières infections de ce nouveau malware appelé BadRabbit ont eu lieu mardi 24 octobre 2017 selon les chercheurs, notamment les équipes de Kaspersky Lab. Les cibles sont essentiellement d'Europe de l'Est : la Russie semble être la première victime, suivie de l'Ukraine, mais quelques infections ont été repérées jusqu'en Allemagne.

Il semblerait que ce nouveau ransomware soit un dérivé de NotPetya, ce qui pousse les experts à estimer que l'attaque pourrait provenir du même groupe ayant organisé l'attaque de juin 2017. Mais quelques zones d'ombre subsistent : BadRabbit est-il réellement un ransomware ? Ou bien est-il, comme NotPetya, un wiper caché sous les traits d'un ransomware ? NotPetya, malgré la demande de rançon, effaçait en réalité les données sur les ordinateurs ciblés.

Ni Kaspersky Lab ni ESET n'ont dévoilé les réelles intentions de BadRabbit pour l'instant.

01F4000008724586-photo-ransomware-et-virus.jpg


La faille EternalBlue n'est pas utilisée par BadRabbit



Autre différence de taille entre BadRabbit et NotPetya : alors que NotPetya utilisait la faille EternalBlue de Windows, qui avait été rendue publique par les ShadowBrockers après une fuite chez la NSA, BadRabbit utilise le Windows Management Instrumentation Command-Line (WMICL). Grâce aux données de connexion volées par le biais du logiciel Mimikatz, BadRabbit peut ainsi se diffuser à d'autres ordinateurs.

Il y a aussi la cible première qui laisse des doutes sur l'origine de BadRabbit : c'est en Russie que se trouvent plus de 65 % des ordinateurs infectés. Bien que des institutions en Ukraine aient été touchées, il est difficile de croire que BadRabbit soit une attaque commanditée par l'Etat russe (Etat russe soupçonné, pour mémoire, dans l'attaque NotPetya qui ciblait en premier lieu les infrastructures ukrainiennes).

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top