Petya : plus qu’un ransomware, un wiper ?

29 juin 2017 à 12h30
0
L'attaque mondiale au ransomware, Petya, continue de dévoiler ses mystères au fur et à mesure que les spécialistes en sécurité informatique tracent l'origine de l'infection et étudient le code du malware. Les premiers résultats des analyses sembleraient montrer que Petya n'est pas une attaque au ransomware classique comme l'attaque WannaCry de mai 2017. En fait, le ransomware ne serait qu'une façade.

Si l'attaque WannaCry qui utilisait la même faille critique de Windows, EternalBlue, avait pour but de récupérer de l'argent, l'attaque Petya aurait eu pour but de tout simplement détruire des fichiers et rendre des systèmes entiers inutilisables.

Petya : le ransomware qui cache un wiper



Le chercheur en informatique de l'entreprise Comae, Matthieu Suiche, aurait réussi à décoder une partie du code de Petya et à découvrir ce qui pourrait être le but premier de l'attaque : la destruction. Dans un tweet, le 28 juin 2017, il déclare que Petuya «  est un wiper, pas un ransomware ». Le but de l'attaque aurait donc été de détruire des données, pas de collecter de l'argent.

Une partie du code de Petya qui, contrairement à WannaCry, crypte l'intégralité du disque dur, aurait pour objectif la destruction d'une partie du HDD. L'attaque est donc bel et bien une cyberattaque et non une simple tentative de chantage. Cette théorie pourrait expliquer le fait que le mail censé être utilisé par les hackers était en clair, ce qui en a permis le blocage immédiat, et qu'un seul portefeuille bitcoin était utilisé pour toutes les victimes, ce qui le rendait traçable. Des détails qui n'auraient pas été laissés au hasard lors d'une attaque visant à collecter l'argent des rançons.




Les soupçons se tournent (encore) vers la Russie



Si Petya est effectivement une cyberattaque visant à détruire des systèmes, il faut maintenant trouver le coupable. L'attaque ayant été lancée en Ukraine - qui a subi la majorité des dégâts avec près de 60 % du nombre total d'ordinateurs infectés -, plusieurs experts estiment qu'il pourrait s'agir d'une attaque menée par la Russie. Toutefois, des grandes entreprises russes comme Rosneft, le géant du gaz, ont également été touchées : sont-ce là des dégâts collatéraux ou est-ce la preuve que la Russie n'est qu'une simple victime comme l'Ukraine ?

The Verge signale néanmoins une coïncidence troublante : en décembre 2015 la Russie a déjà attaqué le réseau électrique ukrainien et le 27 juin 2017, date de la cyberattaque Petya, le colonel de l'armée ukrainienne Maksim Shapoval a été victime d'un attentat à la voiture piégée. Mais cette coïncidence ne semble pas convaincre l'ensemble des spécialistes de la sécurité informatique : l'attaque pourrait très bien avoir eu pour objectif l'argent de la rançon, selon Sean Sullivan de F-Secure, et avoir été tout simplement mal organisée. Les hackers n'auraient collecté qu'un peu plus de 10 000 euros de la part de quelques dizaines de victimes qui ont effectivement payé.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top