La NSA invite les utilisateurs à patcher leurs PC sous Windows 7 contre BlueKeep sans attendre

07 juin 2019 à 11h59
0
virus 2.png

Il y a quelques semaines, Microsoft révélait l'existence d'une faille de sécurité sévère, touchant les ordinateurs sous Windows 7 et ses versions antérieures. Malgré la publication d'un correctif de sécurité, des millions de machines restent exposées à d'éventuelles menaces, ce qui inquiète la NSA.

La NSA, agence de renseignements américaine, est toujours prête à monter au créneau quand il s'agit de défendre les citoyens du monde entier. Cette fois, elle tient à mettre en garde les propriétaires de PC des risques majeurs pour leur sécurité informatique, liés à une faille récemment découverte.

Une vulnérabilité affectant notamment Windows XP et Windows 7


Retour sur les faits : quelques semaines plus tôt, Microsoft avait révélé l'existence d'une vulnérabilité majeure affectant d'anciennes versions de Windows. À l'époque, la faille ne possédait pas de nom, mais elle a depuis été baptisée BlueKeep, ou CVE-2019-0708 pour l'appellation technique.

Pour protéger ses utilisateurs, l'entreprise avait alors publié un patch de sécurité, y compris pour des systèmes d'exploitation dont elle n'assure plus le support (Windows XP et Windows Server 2003). Les OS plus récents, tels que Windows 8 ou Windows 10, ne sont, eux, pas touchés par la vulnérabilité.

La crainte d'un nouveau WannaCry


Problème : la mise à jour n'aurait pas été installée par des millions d'utilisateurs. Et c'est précisément ce qui préoccupe la NSA. Car ces millions d'ordinateurs demeurent alors exposés à une potentielle exploitation de BlueKeep. Pour l'heure, aucune menace de ce type n'a été enregistrée, mais selon l'agence américaine, il ne serait qu'une question de temps avant que cela ne survienne.

Et l'inconvénient d'une faille comme BlueKeep, c'est qu'elle est « wormable », c'est-à-dire qu'elle peut se propager rapidement sur tout un réseau, sans action nécessaire de la part des utilisateurs. Ce qui n'est pas sans rappeler le ransomware WannaCry, qui fonctionnait de la sorte et qui avait fait des centaines de milliers de victimes.

Pour éviter qu'un tel désastre ne se reproduise, la NSA encourage donc vivement les utilisateurs d'anciennes versions de Windows à vérifier que leur système est bien à jour et protégé.

Nous nous joignons à cette mise en garde, en vous rappelant que vous pouvez télécharger les correctifs sur le site de Microsoft. En revanche, si vous êtes un individu malveillant, nous vous demanderons de ne pas exploiter cette faille de sécurité pour diffuser un malware (on n'est jamais trop prudent).

Source : TechRadar
13 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top