Symantec met en garde contre le malware PoisonIvy

Olivier Robillart
Publié le 02 novembre 2011 à 11h26
Etude à l'appui, l'éditeur de sécurité a analysé plusieurs attaques récentes formées contre 48 entreprises. Ces cyber-attaques avaient pour but de collecter des données appartenant à la cible afin d'espionner son comportement ou de consulter ses éventuels brevets ou d'autres informations stratégiques.

00FA000000049880-photo-cheval-de-troie-trojan.jpg
Dans un rapport dédié (.pdf), Symantec met en lumière une série d'attaques baptisée « Nitro ». Selon l'éditeur, pas moins de 48 sociétés ont été visées entre juillet et septembre 2011. Certaines d'entre elles sont spécialisées dans l'industrie chimique, la fourniture de matériel militaire ou encore l'automobile. Aucun nom d'entreprise n'est donné mais l'attaque semble conséquente.

Dans les détails, l'éditeur précise que les postes ont été infectés par le cheval de Troie baptisé PoisonIvy grâce à un simple e-mail contenant le malware en pièce jointe. Une technique d'attaque très classique, le message en question se faisait passer pour une mise à jour de sécurité requise pour un Antivirus ou pour Flash Player. Lorsqu'une victime décide de télécharger ce fichier, ce cheval de Troie de type backdoor (ou porte dérobée) est alors en mesure de prendre le contrôle d'un programme ou d'un ordinateur à distance dans un environnement Windows.

Selon Symantec, cette attaque coordonnée pourrait trouver sa source en Chine. En effet, l'éditeur explique que son enquête l'a conduit à localiser un individu utilisant un serveur dédié virtuel (VPS) depuis ce pays. Précisément, cet internaute résiderait dans la région de Hebei et utiliserait le pseudonyme de « Covert Grove ».

De son côté, la Chine s'est récemment exprimé sur les critiques des Etats-Unis à son égard sur des sujets similaires. Agacé par les soupçons d'attaques à l'encontre de satellites américains, le ministère chinois des Affaires étrangères a sévèrement critiqué ses homologues. Le ministère a estimé que les informations contenues dans une note d'une Congrès des Etats-Unis « ne sont pas justes et ont des motivations cachées ». Au contraire, la Chine a considéré qu'elle était une victime régulière de cyber-attaques en rappelant qu'elle s'oppose à toute forme d'intervention informatique.
Olivier Robillart
Par Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.