FinSpy : Kaspersky découvre des versions du logiciel pouvant pirater des appareils iOS et Android

Alexandre Boero Contributeur
11 juillet 2019 à 08h59
0
Telegram Logo.png

Telegram, Messenger et WhatsApp font partie des applications pouvant être visées par le logiciel espion découvert par la société de sécurité informatique.

Le spécialiste russe de la protection informatique, Kaspersky Lab, a annoncé le 10 juillet avoir procédé à la découverte de nouvelles versions de FinSpy, un logiciel espion particulièrement efficace capable de s'attaquer à divers systèmes d'exploitation ainsi qu'à certaines organisations internationales, policières ou administratives issues du monde entier.

Le logiciel espion aux capacités multiples


Dans le détail, FinSpy fonctionne comme un véritable couteau suisse, puisqu'il peut procéder à la surveillance de la quasi-intégralité des activités d'un smartphone. Le malware est ainsi capable d'examiner et espionner l'ensemble des appels entrants émis et sortants reçus ; toutes les données liées à la géolocalisation ; les fichiers multimédias présents sur le mobile comme les photos ou les vidéos ; mais aussi les SMS, MMS et les contacts de l'utilisateur.

Plus inquiétant encore (et comme si cela n'était pas suffisant), FinSpy peut capter les données de services de messageries très utilisées par le grand public tels Facebook Messenger, WhatsApp ou Viber. Et les deux dernières versions détectées par Kaspersky étendent même les pouvoirs de FinSpy aux messageries instantanées dites « sécurisées » comme Telegram, Threema ou Signal. Toujours pire : ces deux versions récentes sont d'autant plus intelligentes qu'elles peuvent masquer leurs traces.

Kaspersky livre ses précieux conseils aux utilisateurs


S'il n'est théoriquement possible pour les hackers d'installer FinSpy que sur les appareils physiquement accessibles, il leur est possible de le transmettre sur un appareil déjà jailbreaké (visant iOS 11 et ses versions précédentes) ou rooté (pour la nouvelle version Android). Enfin, les moyens d'infection traditionnels peuvent permettre aux pirates d'installer Fin Spy : la société moscovite cite le SMS, le courrier électronique ou la notification push comme moyens potentiels.

Alors que des dizaines de terminaux auraient été affectés depuis l'an dernier, la société moscovite délivre quelques conseils pour éviter aux utilisateurs de se faire piéger. Kaspersky vous encourage notamment à ne pas laisser votre smartphone ou tablette déverrouillé ; à faire en sorte que personne ne voit votre code PIN ; à ne pas jailbreaker ni rooter votre appareil ; à ne pas installer des appli mobiles qui ne proviendraient pas des boutiques officielles comme Google Play ou l'App Store ; à ne pas suivre les liens suspects envoyés dans des SMS émis par des numéros inconnus. La société conseille également de ne pas divulguer son mot de passe et de ne pas conserver sur son smartphone des applications ou fichiers que vous ne connaissez pas.

Source : Kaspersky
Modifié le 11/07/2019 à 09h42
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top