Symantec annonce une hausse de 81 % des attaques bloquées en 2011

03 mai 2012 à 10h34
0
L'éditeur de sécurité Symantec vient de publier son rapport annuel de sécurité. Dans cette étude baptisée Internet Security Threat Report, la société explique que le nombre de menaces informatique reste en augmentation, porté par les utilisations mobiles et les PME.

00DC000004277306-photo-symantec-logo-new.jpg
Pour cette 17ème mouture de son rapport, Symantec annonce en guise d'introduction avoir surveillé les activités de pas moins de 200 pays grâce à 64,6 millions de « capteurs », notamment via des outils d'analyse automatique. En récupérant 80 To de logs par jour, l'éditeur de sécurité précise que ses solutions sont parvenues à bloquer 5,5 milliards d'attaques l'an dernier, ce qui représente une augmentation de 81 % par rapport à 2010.

Pour la France, Laurent Heslaut, directeur des technologies de sécurité chez Symantec, précise que certains manques sont encore visibles en matière de sécurisation. Il précise : « la France est passée de la 11ème à la 17ème place au classement des pays les plus dangereux. Malgré ce bon résultat, on a vu une certaine régression de la sécurisation du fait que des spams servant à du phishing sont hébergés sur des serveurs de PME françaises ».

Par contre, au niveau mondial, le spam est une activité qui est quelque peu délaissée au profit d'attaques utilisant les réseaux sociaux. De même, les attaques fomentées à l'encontre des plateformes mobiles sont plus importantes, constate Symantec. Sur ce terrain, le rapport note une recrudescence des vulnérabilités sur les mobiles à hauteur de 93 % (principalement via les applications).

015E000005140714-photo-classement-mondial-france-par-menace.jpg


En milieu professionnel, l'étude met en lumière les risques à ce que chaque employé utilise son propre smartphone ou tablette à des fins professionnelles. Le « Bring You Own Device » (BYOD), terme très à la mode, comporte donc certains risques en termes de sécurité. Selon Symantec, Android est une cible de choix du fait de l'existence de plusieurs plateformes de téléchargement d'applications. Pour l'éditeur, il n'y a donc pas de contrôle central de ce qui est publié. Une situation qui peut être éventuellement dangereuse pour des utilisateurs novices.

Concernant les PME, l'éditeur tient à rappeler que les sociétés de moins de 2 500 employés sont particulièrement visées par les attaques. C'est pourquoi, il tient à rappeler que la sécurisation des postes ou des réseaux ne doit pas seulement être l'apanage des grands comptes...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Samsung Chronos 17 : le PC portable joueur passe à Ivy Bridge et Kepler
A partir de Windows 8 Microsoft abandonnera la marque Windows Live
Bouygues Télécom rachète Darty Télécom
Google Docs s'enrichit de 450 polices et de 60 modèles
Rdio : le service de musique à la demande est disponible en France
Michel Combes nommé PDG de SFR ?
Cloud Drive : Amazon lance ses applications pour Windows et Mac OS X
BlackBerry Music Gateway : un récepteur audio Bluetooth avec NFC
Microsoft subventionnerait sa Xbox aux Etats-Unis
Tizen, l'OS d'Intel et Samsung, disponible en version 1.0 finale
Haut de page