Sony arrête la production de lecteurs optiques pour l'informatique

27 août 2012 à 17h55
0
Sony vient d'annoncer l'arrêt de la production de lecteurs optiques à partir de mars 2013. L'entreprise explique la forte concurrence sur le secteur a entraîné une baisse des prix qui a entamé la rentabilité du marché, et préfère l'abandonner.

00FA000001949764-photo-graveur-dvd-sony-optiarc.jpg
A partir de mars 2013, la filiale de Sony dédiée à la fabrication de lecteurs et de graveurs de disques (CD, DVD) Sony Optiarc Inc. arrêtera la production de type de produits à destinations des ordinateurs et du grand public. A termes, cette entreprise basée à Atsugi, dans la préfecture de Kanagawa au Japon, sera purement et simplement fermée.

La concurrence chinoise et coréenne a eu raison de l'activité du Japonais, qui vend actuellement ses lecteurs à perte. En plus de ce facteur économique évident pour justifier un tel arrêt, Sony évoque également une baisse de la demande, notamment du côté des ordinateurs portables.

Actuellement en pleine de restructuration, Sony choisit donc de quitter ce secteur pour se tourner vers d'autres, plus porteurs : la firme devrait prochainement supprimer 10 000 emplois sur l'ensemble de ses filiales. Optiarc, de son côté, emploie pas moins de 400 personnes, dont l'avenir est incertain.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Tesla Cybertruck : quelle est la répartition mondiale des précommandes ?
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top