Microsoft Edge s'invite sur Linux le mois prochain

23 septembre 2020 à 11h42
24

Microsoft souhaite renforcer son écosystème de services sur Linux et publiera le mois prochain une première version Developer de son navigateur Microsoft Edge.

Mise à jour du 24/09 à 12h28
Quelques précisions ont été apportées par Microsoft sur la disponibilité de son navigateur Edge sur Linux. Interrogé par le blog spécialisé OMG Ubuntu, un porte-parole précise que leur ambition est de voir Edge sur toutes les distributions GNU/Linux. Edge ne sera donc pas cantonné aux systèmes les plus populaires dérivés de Debian tel que Ubuntu ou Mint. Microsoft entend proposer un paquet .RPM pour Fedora, CentOS ou ArcaOS.

Pas de synchronisation

Par ailleurs, toutes les fonctionnalités actuelles disponibles au sein de Microsoft Edge ne seront pas d'emblée embarquées. Missy Quarry, l'une des développeuses de l'application, précise que dans un premier temps, le navigateur ne disposera pas de son dispositif de synchronisation (pour retrouver entre autres ses favoris et ses mots de passe). Dommage, cela aurait certainement facilité une migration pour un utilisateur de Windows souhaitant s'essayer à Linux.

La fonctionnalité Read Aloud arrivera également plus tard. Pour mémoire, cette dernière permet d'activer une voix synthétique pour la lecture du contenu d'une page Web. Microsoft promet que ces fonctionnalités sont en cours de développement.

Missy Quarry assure que la première version Developer Preview sur Linux disposera des outils de protection de vie privée, mais aussi de la fonctionnalité Collections permettant de créer des groupes de contenus thématiques. Nous y retrouverons aussi l'outil de lecture immersif.

En articulant son navigateur internet autour du projet open source Chromium, Microsoft a cédé face à la popularité de son rival Google, rejoignant ainsi les initiatives d'Opera, Brave, et autres Vivaldi…Toutefois, ce faisant, la société a également optimisé son processus de développement. Elle peut désormais se concentrer sur les fonctionnalités qui différencient son application des autres, notamment en y greffant son écosystème de services. Et puisque le projet Chromium est optimisé pour les plateformes macOS et Linux, la firme de Redmond n'est plus cantonnée à Windows.

Une version Developer pour Linux en octobre

Microsoft explique ainsi vouloir déployer Edge sur les systèmes d'exploitation utilisés au quotidien par ses clients. C'est d'ailleurs pour cette raison, qu'en plus de Windows, le navigateur est déjà disponible sur macOS, Android ainsi qu'iOS.

En entreprise, Edge, qui permet de synchroniser les données internet avec un compte Microsoft, constitue la principale porte d'accès à la suite d'applications web Office 365. Ce sera d'autant plus vrai en août 2021, lorsque la firme de Redmond abandonnera définitivement le support pour Internet Explorer 11.

Dernièrement, à l'occasion de la conférence Ignite, Microsoft a annoncé la disponibilité du navigateur Edge sur Linux dans le courant du mois d'octobre, à travers le canal de déploiement réservé aux développeurs. Edge rejoindra ainsi le chemin emprunté par Google Chrome, Firefox, Opera, Brave ou encore Vivaldi, qui ont déjà déployés leurs versions de navigateur pour Linux.

Pour faire partie des premiers à tester Edge sur Linux, rendez-vous sur le site Microsoft Edge Insider : l'application devrait bientôt y être disponible en téléchargement, ainsi que déployée de manière native au sein du gestionnaire de paquets des distributions de Linux.

Lors de son annonce, Microsoft s'est satisfait des performances du dispositif de sécurité de son navigateur, se permettant une petite pique à son éternel rival : « Nous sommes ravis d'annoncer que Microsoft Edge bloque 95,5 % des attaques par phishing contre seulement 85,9 % pour Chrome ».

Linux n'est plus l'ennemi de Microsoft

Cette annonce n'est pas sans rappeler la position radicale de Steve Ballmer, l'ancien P.-D.G. de Microsoft, face aux travaux réalisés autour des diverses distributions GNU/Linux. À l'époque, il dénonçait par dessus tout la licence GPL qui obligeait les développeurs à publier systématiquement le code source de leurs travaux en boucle. Il affirmait alors : « Linux est un cancer qui vient se greffer au sein des propriétés intellectuelles de tout ce qu'il touche ».

Aussi, lorsque Satya Nadella a pris les rênes de la société en 2014, la position de la société a radicalement changé. Microsoft a rejoint la fondation Linux et y est même devenu l'un des principaux contributeurs. Depuis, l'entreprise a soutenu de nombreux projets open source tel que Hadoop ou Docker. Le rachat de Github ou encore la publication en open source des composants de .Net on également appuyé ce revirement de situation.

Source : Microsoft

Modifié le 24/09/2020 à 13h31
24
16
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Test Apple Watch Series 6 : une évolution en douceur pour une montre toujours aussi réussie
La supercar hybride de McLaren se dévoile grâce à ses dépôts de brevets
Comparatif impression photo en ligne : à qui confier vos souvenirs ?
Essai du Range Rover Autobiography P400e : l’hybridation royale
Dungeon Master : le jeu de rôle en vue subjective et en temps réel... dès 1987
Surfshark VPN : l'un des meilleurs VPN encore moins cher ce week-end
Tim Burton travaille à une nouvelle série autour de la Famille Addams
Test de la Galaxy Tab S7+ de Samsung : quasi-parfaite ?
Coincés à la maison ? 11 jeux sur consoles à tester en soirée couvre-feu
scroll top