Musique en ligne : le streaming est préféré au téléchargement

Thomas Pontiroli
11 septembre 2014 à 16h26
0
Le marché du disque français continue de se transformer, tiré par l'enthousiasme pour les plateformes de streaming, qui représentent désormais la plus grosse part de l'industrie numérique.

Le streaming a eu raison du téléchargement à l'acte (légal). Au premier semestre 2014, 70% des consommateurs de musique en ligne en France avaient écouté au moins un titre sur Spotify, Deezer et autres au cours du dernier mois. Désormais, le streaming pèse 53% du chiffre d'affaires de l'industrie musicale en ligne, contre 39% il y a deux ans. Le téléchargement à l'acte, tel qu'on le trouve sur iTunes, recule à 42%.


07610853-photo-snep-s1-2014.jpg



Le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep), auteur de ce rapport, a comptabilisé 2 millions d'abonnés à des plateformes de streaming dans le pays, contribuant aux deux tiers des revenus de cette industrie. C'est d'ailleurs pour « refléter la montée en puissance de ces nouveaux usages » que le Snep a établi, début septembre, son classement hebdomadaire des meilleures écoutes, le « Top Streaming ».

Le recul du disque n'est pas compensé



Malgré la nette hausse de 33% des revenus du streaming, le marché musical global a continué de plonger sur la première moitié de l'année. Le chiffre d'affaires s'est replié de 9,2% comparé à la même période l'an passé, à 198 millions d'euros. « Ce résultat est la conjugaison de la baisse attendue des ventes physiques (-13,6%) et, pour la première fois, de celles de téléchargements à l'acte (-18%) », décrypte le Syndicat du disque.

Ainsi le streaming est parvenu à « compenser la chute des revenus du téléchargement à l'acte, mais pas encore le fléchissement global du marché de la musique enregistrée », continue d'expliquer le Snep, qui tient à relativiser la baisse, en raison d'un premier semestre 2013 « exceptionnel », fort d'une croissance de 6%. Toujours est-il que depuis ces cinq dernières années, le marché du disque français a cédé 14% de sa valeur.

Une situation que ne manque pas de dénoncer l'Adami, chargée de gérer les droits de propriété intellectuelle des artistes-interprètes : « La vérité, celle qu'expriment les artistes depuis des années, est que le streaming premium est aujourd'hui un marché artificiel. Il est porté essentiellement par l'accord Orange/Deezer dont la fin programmée en 2015 achèvera probablement de mettre en lumière sa très faible réalité. »


A lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Netflix augmente ses tarifs en France dès aujourd'hui
Un outil destiné aux forces de l'ordre capable de déverrouiller quasiment tous les smartphones
Sommet européen des 20 et 21 juin : objectif zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2050 ?
La Tesla Model 3 perd les faveurs de l'Europe, qui lui préfère la future Renault ZOE 2
Une pétition demande à Netflix de déprogrammer Good Omens... une série produite par Amazon
Bill Gates considère que
Le Raspberry Pi 4 est là : trois configurations jusqu'à 4 Go de RAM (et un kit desktop)
AMD : le Ryzen 7 3800X mettrait à mal les Core i9-9900K d'Intel sur GeekBench
Le Bitcoin continue sa course folle et dépasse les 10 000$
La mémoire informatique universelle pourrait révolutionner la consommation des data centers
scroll top