Opera est accusé de proposer des prêts abusifs via des applications sur le Play Store

20 janvier 2020 à 12h45
6
Opera.jpg

Le navigateur norvégien Opera, qui se positionne comme l'un des navigateurs qui protègent le mieux la vie privée des utilisateurs, est accusé d'avoir violé les règles du Play Store avec des applications de prêts financiers.

La société aurait lancé quatre applications de prêt douteuses, aux fenêtres de paiement très courtes et aux taux d'intérêt pouvant grimper jusqu'à 876 %.

Opera contre les règles d'utilisation du Play Store

Le navigateur Opera, qui atteignait 182 millions d'utilisateurs actifs en 2018, a su conserver au fil des ans une certaine réputation. Avec un VPN gratuit et intégré, un bloqueur de pubs et un portefeuille pour gérer ses bitcoins, le navigateur norvégien se veut être un chantre de la protection des données et de la personnalisation de l'expérience utilisateur. Mais après avoir été partiellement racheté en 2016 par le fonds d'investissement chinois Golden Brick, il semble qu'Opera Software se soit tourné vers de nouvelles activités discutables.

Selon un rapport publié le 16 janvier par la firme d'analyse et de recherches financières Hindenburg Research, Opera Software serait l'éditeur de quatre applications Android, positionnées en Inde, au Kenya et au Niger (où le navigateur est très populaire), qui serait en violation des règles de politique du Play Store au sujet des prêts bancaires abusifs.

Ces règles, instaurées par Google en octobre, bannissent les applications proposant des prêts à des taux annuels supérieurs à 36 % et les prêts personnels à court terme. Des pratiques financières abusives, mais qui ne sont, rappelons-le, pas illégales.


Des taux d'intérêt hallucinants

Les applications ciblées par l'enquête de Hindenburg Research, nommées CashBean, Okash, Opay et Opesa, auraient toutes des pratiques très similaires. Par exemple, dans le cas d'Opesa, l'application annonce un pourcentage annuel maximal de prêt de 33 % ou moins, mais demande en réalité un taux de 438 %. Et, alors que l'application annonce une fenêtre de remboursement raisonnable allant de 91 à 365 jours, un courrier électronique signifierait ensuite aux utilisateurs qu'ils n'ont que 15 à 29 jours pour effectuer leur remboursement.

En cas de retard, même d'une seule journée, le taux d'intérêt de ces applications aurait tendance à grimper de façon vertigineuse. Dans le cas d'Opesa, cela pourrait doubler, allant jusqu'à 876 % du prêt. Les applications ont également des pratiques nocives, voire illégales, comme le scrap des données des smartphones pour accéder à la liste des contacts et ensuite harceler et menacer la famille et les amis des utilisateurs pour les pousser à un remboursement rapide.


Google n'a pas encore réagi à ces allégations. Hindenburg Research suggère qu'Opera Softwares se servait de ce type d'applications pour faire grossir artificiellement son bilan financier. Si les données du rapport s'avèrent, cela pourrait porter un sérieux coup à la popularité et à la crédibilité du navigateur alternatif.

Source : Engadget
Vous utilisez Google Actualités ? Suivez Clubic pour ne rien rater de l'actu tech ! google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (6)

wedgantilles
En même temps un VPN gratuit fallait bien qu’il récupère de l’argent d’une manière ou d’une autre… Un service gratuit ca n’existe simplement pas.
bmustang
il est norvégien d’origine, mais chinois depuis !?
Kerri
Oui, c’est dit dans l’article
komawok
Racheté en 2010 par la régie publicitaire AdMarvel, puis en partie par un fond d’investissement chinois en 2016.
stratos
si c’est vrai c’est quand même grave . il reste firefox, ou vivaldi , (brave pas le plus aboutit) si on souhaite sortir de google ou MS (meme si le nouveau edge est bon)
mk108
Ma foi, je ne sais pas trop, un navigateur ça me sert à naviguer . Se servir du navigateur pour des opérations financières foireuses ou pas, c’est une autre démarche, aussi hasardeuse que foireuse sans doute, en tout cas un pas que je ne franchirai jamais.<br /> On peut faire du bateau mouche sur la seine sans pour autant se jeter dans le fleuve et ses eaux saumâtres.<br /> En tout cas je souhaite longue vie à Opéra et remercie vivement ses responsables, qu’ils soient de Patagonie ou d’ailleurs.<br /> Opéra est mon navigateur préféré ( j’ai longuement essayé tous les autres !!! ), malgré mon impiété, je prie pour qu’au moins il me survive.
Voir tous les messages sur le forum