Le navigateur Opera va embarquer nativement la possibilité de payer en bitcoins sur Android

23 octobre 2019 à 10h39
0
opera_crypto_bitcoin
© Opera

La nouvelle version du navigateur mobile pour Android veut démocratiser l'utilisation du Bitcoin dans la vie de tous les jours.

Moins d'un an après le lancement de son wallet intégré, Opera pour Android supporte désormais les transactions en bitcoins (BTC), et confirme sa volonté d'aller vers un web 3.0.

Payer en bitcoins au quotidien avec le wallet d'Opera

Opera fait un pas de plus vers la démocratisation des cryptomonnaies. Ce mardi 22 octobre 2019, le navigateur web norvégien a présenté la version 54 de son navigateur mobile pour Android. Parmi les nouveautés, dont nous vous parlions hier : une fonctionnalité de paiement par bitcoins (BTC).

Grâce au wallet (portefeuille de cryptomonnaies) directement intégré au navigateur, les utilisateurs d'Opera peuvent donc désormais effectuer des transactions en bitcoins. Un moyen, pour l'entreprise, de simplifier l'utilisation de la célèbre cryptomonnaie au quotidien. « La popularité du Bitcoin grandit, c'est pourquoi nous avons estimé important que notre navigateur le supporte et permette au plus grand nombre de l'apprivoiser », a déclaré Charles Hamel, Directeur crypto d'Opera.

Cette nouvelle fonctionnalité fait ainsi du bitcoin la seconde cryptomonnaie supportée par Opera. En décembre 2018, le navigateur faisait en effet un premier pas vers ces devises en adoptant Ethereum. Par ailleurs, la compagnie a également annoncé que son navigateur Android supportait désormais la blockchain Tron et ses applications décentralisées (DApps).


À l'horizon : un nouveau web 3.0

Le basculement stratégique opéré par l'entreprise norvégienne vers les cryptomonnaies s'inscrit dans une vision plus large : celle du web « 3.0 ».

Le web actuel, dit « 2.0 » ou encore « social », se définit par la capacité qu'on les internautes à interagir. Ces derniers sont actifs sur la toile : ils échangent, commentent et publient des contenus. Pour cela, le web 2.0 repose sur la toute-puissance des géants du numérique, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft).

Pour Opera, le web doit devenir décentralisé, basé sur la technologie blockchain et servir de support aux cryptomonnaies. Un basculement notoire qui induirait le changement de main de la valeur (financière ou technologique) des ressources : le web repasserait en effet sous le contrôle des utilisateurs et s'émanciperait des GAFAM.

Opera semble aujourd'hui compter sur ses 300 millions d'utilisateurs revendiqués pour initier cette transformation.

Source : The Verge
Modifié le 23/10/2019 à 10h39
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Tesla Cybertruck : quelle est la répartition mondiale des précommandes ?
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top