Firefox vous laissera supprimer le peu de données que le navigateur collecte sur vous

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
06 janvier 2020 à 17h06
1
Firefox CCPA
© Mozilla

Dans une volonté de se mettre en conformité avec le California Consumer Privacy Act (l'équivalent californien du RGPD, entré en vigueur le 1er janvier dernier), Firefox annonce que sa prochaine version accordera un contrôle plus granulaire des données qu'il collecte sur ses utilisateurs.

Prévue pour demain, mardi 7 janvier, cette mise à jour permettra aux utilisateurs de Firefox de supprimer toutes les données télémétriques que le navigateur Internet a pu stocker sur ses serveurs.

Prendre de l'avance sur la loi

Dans un post de blog saluant l'entrée en vigueur du CCPA, Mozilla se félicite d'aller encore plus loin que ses nouvelles obligations législatives. En effet, l'éditeur explique que « Firefox collecte déjà très peu de données », et que la majorité de ces données n'ont pour objet que l'amélioration de la sécurité et des performances du navigateur. C'est ce qu'il appelle la télémétrie.

« La télémétrie ne nous dit pas quels sites vous visitez, ni quelles recherches vous faites ; nous connaissons juste quelques informations générales, comme le nombre d'onglets ouverts en simultané, et la durée des sessions ». Mozilla ajoute que ces données télémétriques ne sont pas collectées lors d'une navigation privée, et qu'il a toujours été facile pour les utilisateurs de désactiver ce partage d'informations.


Mais en guise de bonne foi, et pour asseoir son statut de navigateur soucieux de la confidentialité de ses utilisateurs, Firefox leur offrira l'opportunité de supprimer toutes les données télémétriques qu'il a déjà collectées sur eux. « À ce jour, l'industrie ne considère pas spécifiquement les données télémétriques comme des données personnelles parce qu'elles ne peuvent pas être reliées à une personne. Mais nous sommes convaincus que notre démarche est la bonne, à la fois pour le peuple et pour l'écosystème », justifie Mozilla sur son blog.

Des utilisateurs encore peu concernés

Malgré les efforts formulés par les différents navigateurs Web pour offrir des outils de confidentialité poussés, le grand échiquier des parts de marché reste imperturbable. À en croire les statistiques de StatCounter, Google Chrome a toujours la préférence de près de 64 % des utilisateurs, contre 4,39 % seulement pour Firefox.

Parts marché navigateurs web
© StatsCounter



Pourtant, quiconque est concerné par la confidentialité de ses données en ligne aurait tout intérêt à opter pour une solution alternative. Que cela soit Firefox, ou Brave, qui jouit d'une notoriété grandissante. D'après des expérimentations menées par un journaliste du Washington Post, Chrome aurait accepté les requêtes de pas moins de 11 189 cookies en une semaine d'utilisation. Autant, raconte-t-il, que Firefox aurait bloqué sur les mêmes visites et sur la même période.

Source : Mozilla Blog
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
cirdan
Merci de ne pas oublier Opera" dans les alternatives. Firefox était devenu tellement lent et lourd, ce logiciel a donné un nouveau souffle à ma navigation. Rapide, ergonomique et pas intrusif, il n’a que des qualités. Dommage que son utilisation reste confidentielle.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

CES 2020 : Jabra annonce de nouveaux intras et des profils sonores personnalisables
Une
PlayStation Plus : abonnement 12 mois à 44,99€ au lieu de 59,99€
Iran : Trump incite le Congrès américain à le suivre sur Twitter pour avoir des nouvelles de la guerre
Le robot livreur de colis est en vente et il n'est pas encore aussi discret ni efficace qu'un humain
Les petits robots Anki pourraient renaître grâce à leur rachat par une start-up
CES 2020 : Asus et NVIDIA dévoilent un moniteur G-Sync 360 Hz pour joueurs
Google Stadia serait (déjà) abandonné par de nombreux joueurs...
CES 2020 : Samsung présentera Neon, un projet d’humain artificiel… et c’est flippant !
Golden Globes : malgré leurs efforts, les plates-formes de SVoD n’ont toujours pas la cote
Haut de page