Google ne veut pas "casser" les bloqueurs de pub sur Chrome

Mathieu Grumiaux
Publié le 31 mars 2019 à 10h57
google chrome

Après après avoir annoncé des modifications dans les accès des extensions Chrome, Google répond aux développeurs et revient sur sa décision. Les bloqueurs de pub continueront à fonctionner après l'application de ces changements.

Google a entendu la grogne des développeurs et revient sur ses décisions. Le moteur de recherche a récemment annoncé les modifications apportées au développement des extensions du navigateur, lors de la publication de Manifest V3.

Les gains de performances évoqués par Google remis en cause par une étude

L'API « webRequest », utilisée par les bloqueurs de pub pour analyser et filtrer les connexions réseau, allait être remplacée par une nouvelle interface de programmation, « declarativeNetRequest » qui empêche aux extensions d'agir sur le contenu chargé des pages web. Google expliquait sa décision par sa volonté d'accélérer le chargement et l'affichage du contenu des pages web.

Seulement, les développeurs du bloqueur Ghostery ont étudié le fonctionnement de l'API existante « webRequest » et ont déterminé que son emploi avait un impact inférieur à une milliseconde sur les requêtes réseau de Chrome. Ils en ont conclu que l'amélioration des performances était une fausse excuse de la part de Google.

Google fait machine arrière, mais dans le seul but de satisfaire les développeurs

Déjà suspecté depuis plusieurs semaines de vouloir pénaliser les bloqueurs concurrents afin de ne pas affecter l'affichage de ses propres publicités, Google a vite réagi et rétropédalé en assouplissant les changements prévus par Manifest V3.

Un ingénieur de Google Chrome, Delvin Cronin, a publié un message sur Google Groups indiquant que « l'API "webRequest" ne sera pas complètement supprimée dans le cadre de Manifest V3 ». Il indique également que l'écosystème existant d'extensions sera préservé et restera fonctionnel après l'application de ses modifications.

Selon une source proche du dossier, l'étude de Ghostery serait également sujette à caution, mais les développeurs de l'extension n'ont pas répondu à ces accusations dans l'immédiat. Ce revirement ne serait pas en lien avec cette étude et Google aurait simplement eu à cœur d'écouter les inquiétudes des développeurs. Et avec un sens du timing impeccable quoi qu'il en soit.

Source : CNET

Mathieu Grumiaux
Par Mathieu Grumiaux

Grand maître des aspirateurs robots et de la domotique qui vit dans une "maison du futur". J'aime aussi parler films et séries sur les internets. Éternel padawan, curieux de tout ce qui concerne les nouvelles technologies.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (2)
lightness

c’est justement les publicités qui allourdissent et donc ralentissent le chargement des pages web. donc effectivement l’argument était complètement bidon. par ailleurs encore heureux que ces extensions ont gagné en notoriété mais c’est une question de temps avant que Google trouve une autre mesure légale pour plomber les anti-pub et la navigation. Après concrètement avec adguard aucun souci à ce niveau ils ont leur propre solution.

Rumpelstiltskin

Extension style ublock origin , application adaway sur Android , adguard , vpn , blokada … Sa manque pas