Gros plan sur la Scene Warez

09 octobre 2013 à 16h48
0
Les œuvres piratées sont diffusées et pour certaines traduites avec une rapidité impressionnante et dans une qualité qui ne cesse de s'améliorer. De l'obtention de la copie, jusqu'à sa diffusion, une chaîne de personnes aux talents multiples intervient dans le processus. Les fichiers piratés passent de mains en mains et sont « releaser » sur les TopSites (serveurs ultrasécurisés et cryptés où sont stockés les releases) selon des règles très strictes ratifiées entres les groupes de même catégorie. Qu'il s'agisse de « La Scene » française, suédoise ou américaine, ces processus de fabrication et de distribution établis de longue date sont respectés à la lettre aux quatre coins de la planète. Mais une fois qu'un fichier est transféré en exclusivité sur les serveurs de la communauté, il ne faut généralement pas longtemps pour qu'il soit diffusé massivement sur le Web. Chaque jour, ce sont plusieurs centaines de copies illégales qui alimentent les sites warez du monde entier.

De la source au TopSite

Les contenus originaux sont fournis aux teams par un de leur membre ou une sorte d'associé appelé « Supply ». Pour obtenir des contenus parfois avant même leur sortie officielle, ce dernier peut avoir des complicités (ou un accès direct) au sein de l'industrie audiovisuelle et de la musique, ou des éditeurs de jeux et de logiciels. Il peut également passer par diverses sources -journalistes spécialisés, critiques, usines de fabrication, grossistes, revendeurs, etc.- ayant accès à du matériel média : des « Screeners » (copies promotionnelles), des Workprints (versions en cours de production sur lesquelles il peut parfois manquer quelques effets sonores ou visuels), ou encore des supports définitifs (CD, DVD, Blu-ray...).

Pour les releases françaises de films, des sources basées en Belgique, en Suisse ou au Québec peuvent fournir le « Retail » (version finale d'un DVD, Blu-Ray...) aux « supplys », car ils sortent parfois dans ces pays avant la France. Il peut également faire la copie du Master du cinéma (Telecine ou TC) sur bobines avec du matériel haut de gamme. Ou utiliser les différentes méthodes -Telesync (TS)- connues depuis une salle de cinéma : copier directement le Master numérique en temps réel depuis la cabine de projection avec un caméscope sur trépied (très bonne qualité), ou en filmant depuis la salle et en prenant le son sur une prise casque de fauteuil pour les malentendants (résultat assez variable). Il existe certainement bien d'autres méthodes pour se procurer des contenus en avant-première que seuls les intéressés connaissent...

01F4000006691588-photo-workprint.jpg


Transformation des contenus originaux

Les contenus à copier se présentent le plus souvent sous la forme d'un DVD, d'un Blu-ray, voire d'un fichier numérique. Lorsqu'il s'agit notamment de logiciels ou de jeux vidéo, il faut tout d'abord déverrouiller (ou déplomber) les systèmes anti-copies. Une mission confiée à des programmeurs ayant des compétences pointues appelés « Crackers». Ils peuvent aussi créer un « keygen » ( générateur de clés pour utiliser des logiciels piratés), voire un « crack » (une grande spécialité de la communauté) qui va permettre de modifier le programme et de l'ouvrir notamment sans même avoir besoin d'indiquer un numéro de série. Cette phase qui représente parfois un véritable défi fait la fierté et la réputation des groupes. En fonction du support original, les contenus doivent être ripés, encodés, voire scannés (dans le cas des ebooks) pour être transformés en fichiers numériques. Comme nous l'avons vu, cette étape est encadrée par des règles draconiennes dans le but d'obtenir des fichiers de bonne taille et qualité. Cette méthode de travail caractéristique des groupes de « La Scene » marque aussi une grande différence avec ceux du P2P qui n'effectuent aucun contrôle sur leurs releases.

012C000003890372-photo-piratage-logo-sq-gb.jpg


Une fois au bon format et déverrouillés, les fichiers sont envoyés au « Siteop » (administrateur d'un TopSite) qui les confient à une équipe de « Nukers » (personnes chargées de vérifier la conformité des releases). Ces derniers s'assurent qu'ils ne présentent pas d'éventuels défauts (décalage entre l'image et le son, compression trop élevée, fichier corrompu...), et s'ils n'ont pas été déjà publiés par un autre groupe. Lorsqu'une release a déjà été diffusée par une autre équipe, celle-ci se retrouve (en langage warez) « Nuke pour Dupe », c'est-à-dire qu'elle est éliminée, car il existe déjà une copie de même qualité sur le réseau. Si elle est conforme (on parle alors de release « PRE »), elle se voit automatiquement transférée sur le TopSite privé du groupe, puis propagée sur tous ceux avec lesquels il est affilié par des « Racers » ou « Traders » (selon les teams). En quelques minutes, elle parvient en avant-première à l'ensemble de la communauté.

0190000006679056-photo-la-scene-02.jpg


Diffusion massive des copies illégales sur le Web

Ces fichiers très convoités se retrouvent très rapidement accessibles à monsieur tout le monde sur la toile. La grande majorité des membres de « La Scene » ne propage pas leurs précieux butins en dehors des TopSites. Toutefois, il est clair que des personnes faisant partie ou non de « La Scene » font ensuite circuler les releases sur les réseaux P2P, les newsgroups, etc. D'une manière ou d'une autre, celles-ci ont accès à un TopSite sur lequel elles téléchargent les releases puis les envoient sur les réseaux publics. C'est là qu'un immense business débute sur les réseaux P2P, les sites qui indexent des liens de téléchargement, les services de Direct Download (Uptobox, 1fichier, Rapidgator...), les Boards (forums de partage warez), les opérateurs de Newsgroups, etc.

01F4000006691536-photo-telechargements.jpg


Traduction des releases

Si ces dernières années le piratage a pris une telle ampleur, c'est également grâce à l'incroyable travail des teams de traducteurs appelées « fansubs » qui s'occupent des sous-titrages des films, séries TV, émissions, jeux vidéo, mangas, etc. dans toutes les langues. Certaines œuvres culturelles qui n'auraient peut-être jamais dépassé les frontières de leur pays d'origine se retrouvent accessibles dans le monde entier ! Elles ont fait notamment les beaux jours des films d'animations japonaises qui n'étaient généralement pas traduits. Sans parler de l'immense succès des séries américaines qui battent tous les records de téléchargements illégaux dans le monde, grâce notamment à ces équipes de traducteurs.

Ces groupes passionnés qui œuvrent dans l'ombre ou en plein jour, cela dépend, ne font pas partie de « La Scene ». Il y a deux grandes écoles : les équipes de « fast-sub » dont le but est de fournir les sous-titres le plus rapidement possible après la sortie de la release, et les « quality-sub » qui effectuent un travail de sous-titrage d'un niveau quasi professionnel. Une tâche fastidieuse et complexe qui consiste à faire attention aux contresens, à l'orthographe, à la synchronisation entre l'image et le son, ou encore à la typographie. Des teams ont pignon sur le Web, comme Subfactory qui recrute en permanence des sous-titreurs bénévoles. Elle est connue pour avoir été la première à sous-titrer (à l'époque sous le nom de « sub-way ») le tout premier épisode de Prison Break en 2006. Rien qu'en France, il existe une bonne cinquantaine de teams de traducteurs...

01F4000006677604-photo-subfactory.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
1

Actualités récentes

Sony dévoile l’hybride Alpha 1, un monstre de puissance à 7 300€
L'Apple Watch Series 7 et la Samsung Galaxy Watch 4 pourraient contrôler la glycémie
Soldes 2ème démarque : pack Philips Hue Play en promo avec un code sur Rakuten
Soldes : le bracelet connecté Xiaomi Mi Band 4 encore moins cher !
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED déploie des outils officiels pour le support des mods
Test Chromecast avec Google TV : la nouvelle star du streaming multimédia ?
Soldes Fnac : le SSD externe Samsung T5 500 Go baisse son prix pour la 2ème démarque
B&You lance une super offre avec son forfait 200 GO à moins de 15€ 🔥
Soldes : une imprimante HP DeskJet 2721 encore moins chère chez Cdiscount
L'interface
Haut de page