L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni

14 octobre 2019 à 12h13
31
08268582-photo-eolienne-maison-panneaux-solaires.jpg

Pour la première fois, les énergies renouvelables constituent la première source d'électricité du Royaume-Uni. C'est un record pour ce type d'énergie, qui a représenté, au troisième trimestre, environ 40% de l'électricité britannique.

Il y a moins de 10 ans, les énergies fossiles représentaient 80% de l'électricité du pays.

29,5 terawatts-heure, un record

Le rapport du média spécialisé Carbon Brief indique que pendant le troisième trimestre 2019, les énergies renouvelables ont produit 29,5 terawatts-heure (TWh). Ces énergies sont issues de l'éolien (20% de l'électricité fournie), de la biomasse (12%), des panneaux solaires (6%) et des barrages hydroélectriques. Durant la même période, les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel) ont produit 29,1 TWh, soit environ 39% de l'énergie. Le secteur du nucléaire fournit pour sa part 19% de l'électricité totale.

Carbon Brief joint un graphique (image ci-dessous) montrant l'évolution des deux catégories d'énergies : en 10 ans, la part des énergies renouvelables n'a cessé d'augmenter. Celle des énergies fossiles, qui a représenté 80 TWh à l'hiver 2008-2009, fournit désormais moins de 30 TWh. C'est la première fois que les énergies renouvelables fournissent davantage d'électricité au Royaume-Uni que les énergies fossiles depuis la mise en service de la première centrale électrique britannique, en 1882.

UK électricité renouvelable
© Carbon Brief


L'éolien offshore à petit prix

Cette nouvelle répartition des énergies est conforme à une prévision émise en juin par le groupe National Grid, prédisant que celle-ci surviendrait avant la fin de l'année. Le pays a en effet largement développé son éolien : le parc Hornsea One, l'un des plus grands parcs éoliens offshore au monde, a commencé à produire de l'électricité en février 2019. Un autre parc, le parc Beatrice, a également ouvert cet été au large des côtes écossaises. Luke Clarke, de l'association RenewablesUK espère voir un développement continu de l'éolien offshore, afin qu'il produise un tiers de l'électricité britannique d'ici 2030.

Kwasi Kwarteng, le ministre de l'énergie et du développement durable, est confiant : « Nous avons déjà réduit nos émissions de 40% tout en enregistrant une croissance de l'économie des deux tiers depuis les années 1990. À présent, avec de nouveaux projets éoliens offshore à un prix bas, nous prévoyons d'aller encore plus loin et plus rapidement dans les années à venir ». Il est attendu que la nouvelle génération de parcs éoliens offshore affiche un coût de production d'environ 40 livres sterling (environ 45 euros) par mégawatt-heure (MWh). En comparaison, des appels d'offres concernant l'éolien offshore ont été gagnés en 2017 en Europe avec un prix du mégawatt-heure compris entre 50 et 80 euros.

En ce qui concerne les énergies fossiles, le Royaume-Uni s'est engagé à se passer entièrement du charbon d'ici 2025. D'ici le printemps 2020, il ne restera que quatre centrales utilisant cette énergie au Royaume-Uni. Toutes ne seront cependant pas fermées : deux d'entre elles seront converties au gaz. Le gaz, justement, représente de loin la principale des trois énergies : 38% de l'énergie britannique en est issue.

Source : The Guardian
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
31
19
ABC
Le nucléaire à moins de 20%. Ils auraient pu s’en passer. Finalement, on aura pourri la planète avec le nucléaire pour des milliers d’années, juste pour un usage de quelques décennies tout au plus. Quel connerie !!<br /> Et dire que la France est le pays le plus recouvert au monde par les centrales nucléaires, dont les avaries n’ont pas encore commencé. Mais c’est imparable. Quand on joue avec le feu on finit toujours par se brûler. Toujours.
tfpsly
Heu…<br /> 76302956f31c2554f18b71ec3ac879ae96536709.png340×1038<br /> Source
Sinic
J’anticiperai d’éventuels commentaires en ajoutant que la France n’a pas des vents aussi propices qu’ailleurs en Europe pour l’éolien offshore. Les appels d’offres réalisés récemment tournaient davantage autour de 180-200 €/MWh.
tmtisfree
Après la dernière coupure majeure de courant d’août 2019 due à un coup de foudre sur une ferme éolienne et une autre centrale, et en l’absence de capacité de production pour les remplacer, le tout ayant plongé Londres et les environs dans le noir pendant une journée, il n’y a vraiment aucune raison de fanfaronner.<br />
Jacky67
Comment l’énergie renouvelable peut-elle être la principale énergie, face à l’énergie non renouvelable, si elle ne représente que 40 % ???
Sinic
D’après votre site, la production électrique de la Grande-Bretagne est de 38,6 GW. Je crois qu’il ne s’agit que d’une production à un instant T.
Sinic
Comme précisé dans l’article, les énergies renouvelables fournissent 40% d’électricité, les énergies fossiles 39%, et le nucléaire 19%. “Principal” et “majoritaire” sont deux choses différentes.
Jacky67
Oui, j’ai bien vu, mais pourquoi séparer fossile et nucléaire, alors que toutes les sources renouvelables sont cumulées ?<br /> Bizarre et peu cohérent, à mon avis.<br /> Mais je comprends bien que c’est votre choix rédactionnel.
Feladan
Événement exceptionnel, inattendu, inhabituel et n’entant pas lié aux EnR à outre mesure. Puisque l’autre centrale touchée est au Gaz. Commentaire à la limite du HS donc.<br /> tmtisfree:<br /> Après la dernière coupure majeure de courant d’août 2019 due à un coup de foudre sur une ferme éolienne et une autre centrale, et en l’absence de capacité de production pour les remplacer, le tout ayant plongé Londres Une partie des quartier de Londres et les environs dans le noir pendant une journée 1h30<br /> Exagération fixed. Poster des graphiques c’est bien, les comprendre, c’est mieux.<br /> Top pour le Royaume Unis en tout cas, qui arrive à bénéficier de ses fermes offshore, sur la bonne voie donc !
drissoun
Ca c’était avant, pour lancer la filière en France, histoire de combler notre retard (très grand retard). Le dernier appel d’offre d’envergure (600MW installés) c’était cet été à Dunkerque, à 50€/mWh. Voir ici par exemple : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/parc-eolien-offshore-de-dunkerque-le-groupement-edf-remporte-l-appel-d-offres-820483.html
Sinic
Effectivement, j’en prends note. Je suppose que le nord de la France est ce que nous avons de mieux si l’on souhaite développer de l’éolien offshore. Mais je me demande si l’on ne va pas manquer de place pour cela (à moins d’un développement dans les DOM, peut-être ?).
tmtisfree
@Sinic<br /> La valeur de 50 €/MWh est obtenue seulement parce qu’il a été décidé en haut lieu que le raccordement (l’ensouillage) serait à la charge de RTE et donc des consommateurs plutôt qu’à la charge du producteur, ce qui dans ce cas ramène la valeur à ~100 €/MWh.<br /> C’est typique des magouilles gouvernementales franchouillardes pour afficher sa vertu escrolo, le bon sens ayant fait naufrage depuis longtemps.<br /> Évidemment il faut aussi en compte les subventions crédits et autres incitations en amont de la chaîne de production éolienne off-shore sans lesquelles le coût réel de production serait de 150-250 €/MW selon les situations.
yoda_net
Bien pour les énergies renouvelables, mais la part des énergies fossiles est bien plus importante qu’en France. Le nucléaire permet d’avoir une électricité bien plus dé-carbonée comparé à eux. Sans oublier que les énergies renouvelables ne sont pas si vertes que ça. Une éolienne nécessite des tonnes de bétons dans le sol ou dans l’eau pour la faire tenir debout. Elle produit une pollution phonique et thermique (et visuelle) qui modifie l’écosystème environnant…
tfpsly
Oui, la plupart des graphs sont à l’instant T; + un graph sur 24h.
max_971
La bonne excuse : Au moins ça ne produit pas de CO2.<br /> Perso je préfère le CO2 aux radiations.
lepirate
En quoi cela a pourri la planète ?
lepirate
Mais les radiations ou ca finalement ? A part dans le site de stockage, et dans le réacteur lui-même, elles sont ou ?<br /> Par contre le CO2 il va partout.
jeremyb42
Est-ce que tu es sur que le CO2 c’est mieux que les radiations des déchets ?<br /> Le CO2 impact la totalité son environnement tout en se déplaçant aléatoirement sans aucune frontière pour finir stocké partout sur la planète en acidifiant tout ce qu’il touche, en provocant des effets de boule de neige dus aux dérèglements chimiques qu’il provoque.<br /> Les radiations quant à elles n’impactent que sur une zone limitée (que l’on peut considérée minuscule par rapport à la taille d’une planète) et ne se déplacent pas. Leur impact est donc localisé, connu et contrôlé.<br /> Quand aux durée de vie, le CO2 à un impact estimé de l’ordre d’une centaine d’année. Les résidus issues du nucléaire (principalement le Plutonium 239) seront radioactif à des niveaux dangereux (pour nous) pendant beaucoup plus longtemps (quelques dizaines de milliers d’années). Pour autant l’impact environnemental reste principalement limité aux radiations.<br /> Ensuite vient le problème des quantités : le CO2 on en produit 5 tonnes/an par habitant, alors que les déchets du nucléaire on a 2kg/an par habitant.<br /> Pour rigoler on peut comparer les chiffres : pour le nucléaire au cours de sa vie on produit des déchets pour remplir une poubelle. Pour le CO2 on serait plutôt à 2 ou 3 000 poubelles.<br /> Si je devais choisir, là tout de suite ma préférence irait plutôt au nucléaire
trollkien
/troll on<br /> Financé à coup de subventions européennes ?<br /> /troll off
lacaillasse
Ca me fait marrer ces articles…<br /> Vous dites que c’est devenu la principale source d’énergie au RU avec 40% de part dans le mix énergétique… bon mettons. Avec une photo d’éolienne et de panneaux solaires? Là ça devient du foutage de gueule… tout cela parce que on sépare le nucléaire des énergies fossiles.<br /> Si je reprends vos chiffres, l’éolien représente 7.6%, le solaire 2.28%. Les deux réunis représentent moins de 10% du global sur cette période. En suite il est faux de faire croire que l’on peut tendre vers du 100% énergie renouvelables au sens couramment compris par la population, c’est à dire eolien + solaire, alors que cela intègre aussi l’hydroélectrique et les déchets-biomasse. Un réseau de transport d’énergie peut absorber les manques aléatoires des sources éoliennes et solaires jusqu’à une certaine proportion et 10% semble déjà une limite au delà de laquelle il faut réfléchir à stocker l’énergie pour passer les creux de production.
jaceneliot
Bon en attendant, c’est pas si polluant. Il faut rappeler que la radioactivité, c’est “naturel”. On a des exemples de réacteurs nucléaires naturels sous le sol, je sais plus où en Afrique. En réalité (et la situation de nature et faune luxuriante à Chernobyl le montre), la radioactivité n’est absolument pas si dramatique que les films holywoodiens le montrent. Oui il y a eu des morts, mais infiniment moins que à cause du charbon, du pétrole ou même des barrages qui ont tué des milliers de gens.<br /> Et les énergies renouvellables ne le sont pas. Le seul truc qui est renouvelable pour encore quelques millions d’année, c’est le soleil. Les panneaux, les éoliennes, c’est très polluant et très peu durable (quelques dizaines d’années au mieux) et pas super recyclable, surtout les éoliennes.
Sinic
l’éolien représente 7.6%, le solaire 2.28%<br /> Je ne sais pas d’où viennent vos chiffres. Avec un éolien autour de 8%, j’imagine qu’ils ne tiennent pas compte des ouvertures récentes de parcs éoliens britannique (Hornsea et Beatrice, tous deux pourtant précisés dans l’article et auxquels on peut ajouter East Anglia One, qui a déjà commencé à produire alors qu’il n’est pas achevé).<br /> En suite il est faux de faire croire que l’on peut tendre vers du 100% énergie renouvelables au sens couramment compris par la population, c’est à dire eolien + solaire, alors que cela intègre aussi l’hydroélectrique et les déchets-biomasse<br /> Là encore, je cite l’article :<br /> Ces énergies sont issues de l’éolien (20% de l’électricité fournie), de la biomasse (12%), des panneaux solaires (6%) et des barrages hydroélectriques.<br /> A priori, vous vous êtes uniquement basé sur l’illustration de l’article.
vincentdelporte
Ça n’a pas de sens de mélanger ces différentes sources d’électricité, puisqu’elles sont de natures très différentes : l’éolien et le solaire sont intermittents et imprévisibles, alors que les centrales thermiques (fossiles ou nucléaire) sont pilotables.<br /> De plus, l’éolien et le solaire nécessitent beaucoup plus de surface, et des câbles pour raccorder tout ces équipements au réseau.<br /> Comme il n’existe pas de solution raisonnable — physiquement et financièrement<br /> permettant de stocker ne serait-ce que quelques semaines de consommation électrique (France : 1TWh/jour), la seule option pour produire des quantités massives d’électricité, en fonction de la demande, en utilisant au mieux la surface et sans émettre de gaz à effet est le nucléaire.<br /> Il suffit d’étudier les cas danois, allemands ou japonais avant/après Fukushima pour s’en rendre compte.
Sinic
Je suis forcé de vous donner raison concernant le caractère imprévisible de l’éolien et du solaire, mais pour le reste, je ne suis pas d’accord. Le graphique résume bien l’expansion de ces énergies (qui comprennent la biomasse et l’hydro, bien entendu) et, à mon sens, prouve que l’on peut bâtir quelque chose autour d’elles. Comme nous le faisons depuis bien longtemps avec les fossiles.<br /> A lire votre commentaire, on dirait que les énergies renouvelables ne fournissent de l’énergie que de manière extrêmement ponctuelle, les rendant sans intérêt.
Jeanguybz
A noter que cela concerne un trimestre de l’année et que solaire/éolien ne produisent pas pareil en hiver et en été. La conso électrique du pays varie aussi en fonction de la saison. On peut donc être sceptique de la comparaison entre été 2019 et hiver 2009 ! Pour des données fiables sur ce sujet, il faudra attendre le bulletin annuel.
lacaillasse
Mes chiffres viennent de l’article! Calculez, c’est facile.<br /> Je me base sur le titre et l’illustration pour dire que celà induit une pensée. Effectivement quand on lit l’article et qu’on le comprend on peut faire le tri. Pour ceux qui s’arrêtent au titre c’est autre chose…<br /> Pour le reste l’hydroélectrique est au max de ses capacités dans tous les pays développés (ou en tout cas pas de site encore exploitable - voir Sivens), et la biomasse pollue…
max_971
On peut réfléchir à réutiliser le CO2 produit pour l’agriculture mais les déchets radioactifs sont rarement utilisés jusqu’à ce qu’ils ne soient plus radioactifs.<br /> Un emploi d’avenir, surveillant de déchets radioactifs.
Thoach
Bonjour à tous,<br /> “Eoliennes : la face noire de la transition écologique”<br /> amazon.fr<br /> Eoliennes : la face noire de la transition écologique<br /> 4.4 sur 5 étoiles, <br /> 15,90 €<br /> Court, très documenté, nuancé, redoutable.<br /> Je vous invite à le lire (le cas du Royaume-Uni y est notamment traité).<br /> Bonne journée.
Palou
Tout ça va se calmer assez rapidement avec la fin des subventions par centaines de milliards : http://www.economiematin.fr/news-eoliennes-marche-mondial-effondre
televore
C’est 117 €/mwh si on passe à 95% d’électricite venant d’énergies renouvelables en france selon l’étude de l’ademe : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/mix100-enre-synthese-technique-macro-economique-8892.pdf<br /> C’est quand même hallucinant de voir tant de commentaires venant de climato-sceptiques (y compris le livre à charge super honnête venant d’un collectif anti éolien) suite à un article montrant que l’éolien est efficace dans la réalité…L’étude de l’ademe montre qu’on peut passer au 100% renouvelable en France (et OUI on peut stocker l’éolien!) et qu’on a un gisement en France non exploité.
televore
“article” d’économiematin (j’ai jamais entendu parlé de ce site au fait) écrit par le chef du collectif anti-éolien… super fiable comme source. Il suffit de faire une recherche sur internet pour voir que c’est faux… “Global Wind Energy Council Market Intelligence expects new installations for onshore and offshore of more than 55 GW each year until 2023.” https://gwec.net/wp-content/uploads/2019/04/GWEC-Global-Wind-Report-2018.pdf<br /> La France a le deuxième potentiel éolien européen après celui de la Grande-Bretagne https://fr.wikipedia.org/wiki/Énergie_éolienne_en_France#Potentiel_éolien
Jacky67
Sinic:<br /> “Principal” et “majoritaire” sont deux choses différentes.<br /> …
Palou
televore:<br /> La France a le deuxième potentiel éolien européen après celui de la Grande-Bretagne https://fr.wikipedia.org/wiki/Énergie_éolienne_en_France#Potentiel_éolien<br /> Merci, j’ai bien rigolé en l’écrivant ici et je me doutais qu’il y aurait au moins une réaction.<br /> Mais je rigole encore plus avec ton dernier commentaire, et je ne savais pas que Wiki était une source sûre car écrite par tout le monde. Bref …<br /> De plus, faut pas parler d’éoliennes quand on ne connait pas le dossier, à part celles en mer la moyenne de production des terrestres est de 5 à 6h par jour (et c’est très facile à vérifier, pas par des sites et liens pro-verts)
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Nintendo Switch avec Joy-Con rouge fluorescent et bleu néon à moins de 250€
L'avion géant Stratolaunch change de propriétaire, et pourrait donc revoler !
Opera 64 se veut (encore) plus rapide et privé, VPN et bloqueur de pub en première ligne
Le service Amazon Channels va se lancer prochainement en France
3,67 Gbps, le record en 5G de Huawei et Sunrise, opérateur suisse
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
Haut de page