L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni

14 octobre 2019 à 12h13
0
08268582-photo-eolienne-maison-panneaux-solaires.jpg

Pour la première fois, les énergies renouvelables constituent la première source d'électricité du Royaume-Uni. C'est un record pour ce type d'énergie, qui a représenté, au troisième trimestre, environ 40% de l'électricité britannique.

Il y a moins de 10 ans, les énergies fossiles représentaient 80% de l'électricité du pays.

29,5 terawatts-heure, un record

Le rapport du média spécialisé Carbon Brief indique que pendant le troisième trimestre 2019, les énergies renouvelables ont produit 29,5 terawatts-heure (TWh). Ces énergies sont issues de l'éolien (20% de l'électricité fournie), de la biomasse (12%), des panneaux solaires (6%) et des barrages hydroélectriques. Durant la même période, les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel) ont produit 29,1 TWh, soit environ 39% de l'énergie. Le secteur du nucléaire fournit pour sa part 19% de l'électricité totale.

Carbon Brief joint un graphique (image ci-dessous) montrant l'évolution des deux catégories d'énergies : en 10 ans, la part des énergies renouvelables n'a cessé d'augmenter. Celle des énergies fossiles, qui a représenté 80 TWh à l'hiver 2008-2009, fournit désormais moins de 30 TWh. C'est la première fois que les énergies renouvelables fournissent davantage d'électricité au Royaume-Uni que les énergies fossiles depuis la mise en service de la première centrale électrique britannique, en 1882.

UK électricité renouvelable
© Carbon Brief


L'éolien offshore à petit prix

Cette nouvelle répartition des énergies est conforme à une prévision émise en juin par le groupe National Grid, prédisant que celle-ci surviendrait avant la fin de l'année. Le pays a en effet largement développé son éolien : le parc Hornsea One, l'un des plus grands parcs éoliens offshore au monde, a commencé à produire de l'électricité en février 2019. Un autre parc, le parc Beatrice, a également ouvert cet été au large des côtes écossaises. Luke Clarke, de l'association RenewablesUK espère voir un développement continu de l'éolien offshore, afin qu'il produise un tiers de l'électricité britannique d'ici 2030.

Kwasi Kwarteng, le ministre de l'énergie et du développement durable, est confiant : « Nous avons déjà réduit nos émissions de 40% tout en enregistrant une croissance de l'économie des deux tiers depuis les années 1990. À présent, avec de nouveaux projets éoliens offshore à un prix bas, nous prévoyons d'aller encore plus loin et plus rapidement dans les années à venir ». Il est attendu que la nouvelle génération de parcs éoliens offshore affiche un coût de production d'environ 40 livres sterling (environ 45 euros) par mégawatt-heure (MWh). En comparaison, des appels d'offres concernant l'éolien offshore ont été gagnés en 2017 en Europe avec un prix du mégawatt-heure compris entre 50 et 80 euros.

En ce qui concerne les énergies fossiles, le Royaume-Uni s'est engagé à se passer entièrement du charbon d'ici 2025. D'ici le printemps 2020, il ne restera que quatre centrales utilisant cette énergie au Royaume-Uni. Toutes ne seront cependant pas fermées : deux d'entre elles seront converties au gaz. Le gaz, justement, représente de loin la principale des trois énergies : 38% de l'énergie britannique en est issue.

Source : The Guardian
Modifié le 14/10/2019 à 12h13
31
19
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Il va pleuvoir des radars tourelles, avec 1 200 installations supplémentaires d'ici 2020
Traçage numérique : Emmanuel Macron officialise l'arrivée prochaine d'une application
Porn : Macron veut
Trop chers, pas assez autonomes, les véhicules électriques n'intéressent qu'un français sur dix
Radars tourelles : on les croyait indestructibles, ils ne résistent pourtant pas à la colère de citoyens
Amazon suspend provisoirement l'activité de ses centres de distribution français
De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Le nucléaire provoque-t-il moins de morts que le solaire ou l’éolien ?
Convention citoyenne pour le climat : les propositions phares retenues, et leur avenir
Émissions de CO2 : l'Assemblée nationale vote l'augmentation du malus à 20 000 euros
scroll top