Très Haut Débit : le VDSL2 en approche !

01 août 2013 à 18h06
0
Alors que le déploiement massif de la fibre optique tient encore aujourd'hui plus de la chimère que de la réalité tangible, d'autres solutions techniques sont envisagées pour démocratiser le très haut débit. Parmi ces dernières, le VDSL2 constitue certainement la piste la plus sérieuse. Il s'agit en tout cas de la plus concrète, puisque cette technologie sera officiellement disponible pour tous (ou presque...) avant la fin de l'année.

0064000000545285-photo-voirie-l-isle-d-abeau.jpg
A l'heure où de nombreux usagers de l'ADSL, pris en otage entre leur fournisseur d'accès et Google, ne peuvent plus regarder sereinement une vidéo Youtube, l'envie de très haut débit se fait de plus en plus pressante. Il faut dire qu'avec l'arrivée de la 4G, les débits de l'ADSL classique n'ont plus vraiment de quoi impressionner l'internaute moyen. Et si la fibre optique a longtemps constitué le Saint-Graal pour de nombreux usagers du net, ils sont aujourd'hui nombreux à avoir revu leurs ambitions à la baisse. En effet, après avoir promis monts et merveilles, les providers ne se pressent pas vraiment pour creuser des tranchées et fibrer l'ensemble de la population française.

01F4000006145702-photo-fibre-mars-2013.jpg
En rouge, les communes ayant déployé des réseaux FTTH au 31 mars 2013 (document Arcep).


C'est dans ce contexte que débarque enfin en France la norme VDSL2, susceptible de fournir du très haut débit sur de classiques lignes téléphoniques en cuivre. En avril dernier, l'Arcep (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) a autorisé les opérateurs à procéder à des tests grandeur nature "finaux" dans deux départements pilotes, afin de pouvoir proposer au public une offre fiable et généralisée à l'automne prochain. Cet été 2013 risque donc d'être particulièrement chaud dans les NRA (Noeuds de Raccordement d'Abonnés) et, à la rentrée, le paysage Internet français ne sera plus tout à fait le même. C'est pourquoi nous vous proposons cet article consacré au prometteur VDSL2 qui, nous allons le voir, n'est toutefois pas miraculeux.
0064000001894962-photo-logo-reseau-rj45-logo.jpg
Le protocole de transmission de données VDSL (Very high speed Digital Subscriber Line) est basé sur les mêmes principes généraux que le bien connu ADSL. Comme lui, il se contente de la paire de cuivre d'une ligne téléphonique classique pour transporter les informations, sans interférer avec la voix. La deuxième version de ce protocole, judicieusement appelée VDSL2, a été finalisée en 2005. Conçue dès le départ pour supporter les usages Internet les plus intensifs (notamment la vidéo HD), grâce à l'utilisation d'un spectre de fréquences plus large, cette norme permet d'atteindre théoriquement jusqu'à 250 Mbit/s à la source.

06145494-photo-debit-vdsl2.jpg
Sur des courtes distances, le VDSL2 (ici en profil 17a) offre des performances drastiquement supérieures à l'ADSL.


Naturellement, plus on s'éloigne de cette dernière, moins le débit est élevé. Au bout de 500 mètres, il faut se contenter de 100 Mbits théoriques, et on tombe à 50 Mbit/s au premier kilomètre. Des valeurs encore bien supérieures à ce qu'on atteint avec de l'ADSL classique, ou même de l'ADSL2+ (qui culmine à 25 Mbits/s à la source). En revanche, au-delà du kilomètre et demi le VDSL2 ne présente plus aucun intérêt et finit même par faire moins bien que les protocoles concurrents. De plus, il convient de relativiser ces performances théoriques, car il existe huit profils VDSL2 différents, qui n'offrent pas tous les mêmes débits.

ProfilFréquence (MHz)Nombre de porteusesFréquence des porteusesPuissance (dBm)Débit descendant max (Mbit/s)
8a8.83220484.3125+17.550
8b8.83220484.3125+20.550
8c8.519724.3125+11.550
8d8.83220484.3125+14.550
12a1227834.3125+14.568
12b1227834.3125+14.568
17a17.66440964.3125+14.5100
30a3034798.625+14.5200


Parmi ces huit profils, seuls les sept premiers ont été autorisés par l'Arcep. Les internautes français doivent donc d'ores et déjà faire une croix sur le 200 Mbit/s, et peuvent espérer bénéficier au maximum de 100 Mbit/s. Ce nombre n'est pas sans rappeler celui qu'on associe souvent à la fibre optique qui, dès lors, se trouve en concurrence directe avec le VDSL2. Du moins sur le premier kilomètre. Pour tous les usagers peu éloignés du DSLAM, le VDSL2 s'impose en effet comme une alternative idéale à la fibre, puisque la plupart des box modernes sont déjà compatibles avec la norme.

01F4000005099986-photo-freebox-r-volution.jpg
Chez la plupart des opérateurs, les box les plus récentes sont compatibles VDSL2.


Du coup, le passage au VDSL2 se fait de manière transparente et automatique, et l'on peut du jour au lendemain bénéficier d'une connexion quatre fois plus rapide. Du côté des opérateurs, le choix du VDSL2 est également intéressant puisque, contrairement à ce qu'il se passe avec la fibre, il n'y a pas à engager de gros et coûteux travaux de génie civil. Il suffit d'équiper les NRA avec du matériel compatible VDSL2. Seulement voilà, cette bonne opération est loin de pouvoir concerner tout le monde.

0258000005938446-photo-arcep-vdsl2.jpg


Du fait de l'absence du profil 30a et des performances pratiques nécessairement moins élevées que les chiffres théoriques, le VDSL2 n'est en réalité plus intéressant que l'ADSL qu'avec des lignes de cuivre de moins d'un kilomètre. Problème : selon l'Arcep, seuls 16,3 % de la population se retrouvent dès lors concernés. Le VDSL2 est donc une technologie qui s'adresse essentiellement à des internautes déjà privilégiés, tandis que la fibre est susceptible (au moins techniquement si ce n'est économiquement) de changer la vie d'un nombre de personnes bien plus important. Pour augmenter la portée du VDSL2, il reste tout de même la solution des NRA-Med (Montée en Débit), anciennement appelés NRA-ZO (Zone d'Ombre).

0280000006145468-photo-vdsl2.jpg


Le principe de ces NRA secondaires consiste à installer des DSLAM près des sous-répartiteurs (SR) France Telecom, initialement dévolus à la téléphonie analogique. Ainsi, la source Internet se rapproche des usagers. Le VDSL2 peut alors concerner plus de monde. Mais l'opérateur historique est le seul à pouvoir intervenir sur cette partie du réseau et des travaux de génie civil peuvent être nécessaires. D'autant plus que le passage par des sous-répartiteurs équipés avant 2005 ne fonctionne tout simplement pas. Dans ces conditions, le VDSL2 perd une partie de ses avantages face à la fibre.
00C8000005773342-photo-dslam.jpg
Alors que certains pays européens sont déjà passés au VDSL2 depuis longtemps (2006 en Allemagne, 2007 en Suisse, 2008 en Belgique, 2009 au Royaume-Uni...), la France est sensiblement à la traîne. L'opérateur Erenis avait bien tenté de déployer cette norme en 2007, mais son rachat par Neuf Cegetel est venu stopper net cet élan. À vrai dire, ce n'est que depuis octobre 2012 que des expérimentations grandeur nature ont été réalisées par différents fournisseurs d'accès. Elles ont duré trois mois et ont permis de vérifier que le déploiement du VDSL2 n'avait aucun impact négatif sur les lignes ADSL voisines.

0258000006145466-photo-perturbations-vdsl2.jpg
Les tests l'ont prouvé : l'installation de lignes VDSL2 ne perturbe pas les lignes ADSL.


Suite à cela, l'Arcep a autorisé en avril dernier la phase dite de pré-généralisation, qui a débuté en juin et devrait s'achever avant l'automne. Les deux départements pilotes retenus pour cette phase sont la Gironde et la Dordogne. Certains bordelais, notamment, profitent donc d'ores et déjà du VDSL2. Mais pour les autres, il va falloir attendre la fin de ce lancement progressif. Si l'on en croit leurs propres déclarations, on peut raisonnablement espérer que le déploiement sera effectif et total chez la plupart des opérateurs fin octobre. Heureusement, cette période de test reste riche en enseignements pour tout le monde, puisqu'elle permet de s'affranchir des chiffres théoriques et d'observer les débits réels offerts par la technologie.

0258000006145458-photo-d-bit-ovh.jpg


Ainsi, OVH met en avant l'exemple de cet utilisateur situé à 260 mètres du NRA, qui obtient un débit descendant de 100 014 kbit/s/ et un débit montant de 30 312 kbit/s. Le site Univers Freebox remonte quant à lui les témoignages d'abonnés Free qui atteignent les 90 voire les 100 Mbit/s. Des cas d'école, qui ont pour point commun une distance entre le domicile et le NRA inférieure à 300 mètres. Pour ces chanceux, le VDSL2 offre des performances proches de celles de la fibre (plus en débit descendant qu'en débit montant, qui varie généralement entre 10 et 30 Mbit/s). Pour les autres, il faudra juger au cas par cas, mais on sait déjà qu'il ne faut s'attendre à aucun miracle au-delà d'un kilomètre.

Le mieux est encore de tester son éligibilité au VDSL2, une opération très simple mais que la plupart des fournisseurs d'accès ne proposent bizarrement pas. Heureusement, OVH et l'opérateur professionnel Nerim font exception à la règle, et vous permettent donc d'obtenir une estimation des débits VDSL2 que votre ligne pourra atteindre... ou pas, puisque statistiquement il y a plus de quatre chances sur cinq pour que votre domicile soit trop éloigné du NRA !

0258000006145594-photo-eligibilite-vdsl2.jpg
Nerim le confirme : avec une ligne qui frôle les 4 kilomètres, il n'y a aucune chance d'avoir du VDSL2.


Du côté des fournisseurs d'accès vous aurez en tout cas le choix, puisque tous les grands noms ont fini par déclarer leur amour du VDSL2 en juin, après avoir laissé Free et OVH prendre de l'avance. Tous promettent des débits allant jusqu'à 100 Mbit/s en descente et 50 Mbit/s en montée et, quand ils acceptent d'en parler, des tarifs identiques à ceux de leurs offres ADSL habituelles. Mais tous les modèles de box ne sont pas compatibles pour autant. Comme certains opérateurs ne semblent pas avoir anticipé le virage VDSL2, il faudra parfois migrer vers la dernière box en date, ce qui ne se fera pas forcément sans frais. On pense notamment à Orange et SFR, dont les modems compatibles ne sont sortis que cette année (Livebox Play pour l'un, Box Evolution estampillée NB6V pour l'autre).

OpérateurBouyguesFreeOrangeOVHSFR
Box nécessaireBbox SensationFreebox RevolutionLivebox PlayModem ProBox Evolution NB6V
Clairement intéressant pour une fraction de la population française, et totalement inutile pour les autres, le VDSL2 reste quoi qu'il en soit un pas de plus vers la démocratisation du Très Haut Débit. À ce titre, il pourrait bien devenir à la fois le meilleur allié et le pire ennemi de la fibre.

Puisqu'il concerne surtout une frange de la population réduite et déjà privilégiée, le VDSL2 ne résout pas le problème des zones rurales et peu denses. En dehors de son rayon d'action, limité en gros à un kilomètre de cuivre, il laisse donc a priori le champ libre à la fibre optique. On peut même imaginer qu'il participera à populariser le Très Haut Débit. Les bénéficiaires du VDSL2 s'habitueront aux débits élevés et, par effet de contagion, les autres usagers d'Internet finiront par en ressentir plus que jamais le besoin. La demande en fibre se fera alors encore plus pressante qu'elle ne l'est actuellement, ce qui poussera les opérateurs à investir dans cette direction. Mais ce scénario positif a également son pendant pessimiste.

01F4000006000768-photo-fibre-optique.jpg
Le VDSL2 peut tout aussi bien entraîner la fibre optique dans son sillage que la phagocyter.


Après tout, il est tout aussi légitime de penser que les efforts et l'argent dépensés sur le VDSL2 sont autant de ressources en moins pour la fibre. Les abonnés du premier kilomètre devenant particulièrement rentables (puisqu'on peut leur fournir du très haut débit sans engager de frais trop importants), la perspective de creuser des tranchées pour atteindre les usagers les plus éloignés pourrait devenir encore moins attirante pour certains opérateurs. D'un point de vue plus général, on peut également considérer que le fait de tirer toujours plus de débit des lignes téléphoniques en cuivre freine automatiquement l'engouement pour la fibre, dans la veine du fameux "syndrome du Minitel".

01F4000003382694-photo-un-minitel.jpg
Si le Minitel a freiné l'Internet en France, le VDSL2 freinera-t-il la fibre ?


Les seuls à pouvoir trancher entre ces deux scénarios sont finalement les opérateurs. Non seulement dans leurs discussions avec l'Arcep, mais également dans leur communication. En mettant trop en avant des débits de 100 Mbit/s, ils pourraient en effet entretenir une certaine confusion auprès du grand public. D'ailleurs, Free nous en a donné un bon exemple récemment. En juin, la page d'inscription au service portait fièrement la mention "90 Mbit/s en réception"... quelle que fût la longueur de la ligne du futur abonné ! Depuis, cette maladresse a été corrigée et les lignes trop longues ne voient plus apparaître cette mention. L'internaute doit donc rester vigilant, et ne surtout pas prendre les vessies VDSL2 pour les lanternes de la fibre.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Portrait : Tint Travel, pour voyager avec les amis de ses amis
Sigma libère les photographes avec un service de changement de monture
AMD : Catalyst 13.8 disponibles et arrivée du frame-pacing
Infos US de la nuit : achat pour Apple, Nouveauté pour Amazon et Censure pour Alibaba
Google Drive pour Windows : des raccourcis bureau pour une édition plus rapide
La pression des gouvernements sur Twitter s'accentue
Samsung Galaxy Folder : le smartphone à clapet et double écran se précise
Red Rice : un smartphone de 4,7 pouces à moins de 100 euros chez Xiaomi
Google Calendar, l'une des premières application Android à synchroniser ses notifications
Haut de page