Cinq DAC audio USB pour votre musique numérique

0

Arcam rPAC

Le britannique Arcam existe depuis une quarantaine d'années, son premier DAC externe date de 1988. Voilà qui plante le décor et situe le niveau d'expertise du fabricant pour ceux qui découvriraient aujourd'hui son nom. Arcam dispose d'une gamme très vaste d'amplificateurs, de lecteurs de CD/SACD et de DAC. C'est le rPAC que nous testons là.

0226000007728775-photo-arcam-rpac.jpg

Présentation de l'appareil

Autre petit boîtier de notre sélection, le rPAC impressionne par sa densité : 300 g, pour un format proche du paquet de cigarette. Cette masse conséquente tient essentiellement au lestage du boîtier, par une épaisse plaque de métal, et aux composants internes. De ce côté-là, pas d'excès, mais un tandem sérieux avec un chipset XMOS pour l'USB asynchrone et un Burr-Brown 5102 pour la conversion numérique/analogique. Arcam annonce un rapport signal/bruit de 106 dB, avec une réponse en fréquence de 10 Hz à 20 kHz (à plus ou moins 0,1 dB) et une distorsion harmonique totale (plus bruit) de seulement 0,002 %. Le DAC gère au maximum un échantillonnage de 96 kHz sur 24 bits.

012C000007728779-photo-arcam-rpac-3.jpg
012C000007728783-photo-arcam-rpac-5.jpg

En dépit d'une technique aguicheuse, le rPAC fait physiquement plutôt dans la simplicité, avec à l'arrière le port USB de type B et la sortie audio RCA, à l'avant la prise casque amplifiée, et sur le dessus deux boutons de volume. Arcam n'évoque pas d'impédance maximum de casque, mais il livre la puissance de sortie, 138 mW, et le rapport signal/bruit, 98 dB. Bon point : Arcam fournit le câble USB ainsi que le double RCA.

012C000007728777-photo-arcam-rpac-2.jpg
012C000007728781-photo-arcam-rpac-4.jpg


Installation

Le rPAC peut être plug & play... ou pas. Tout va dépendre du mode de connexion USB (classe 1.0 ou 2.0) que vous choisirez. Dans le cas le plus complexe, d'abord, il faut télécharger le zip qui rassemble les drivers USB Audio 2.0 et la mise à jour de firmware. Puis, pour activer le rPAC en mode USB Audio 2.0, il faut presser simultanément les boutons de volume + et - avant de brancher le câble USB. C'est seulement alors que le DAC va fonctionner.

00C8000007728769-photo-arcam-driver.jpg
00C8000007728771-photo-arcam-driver2.jpg
00C8000007728773-photo-arcam-driver3.jpg

On se demande par contre pourquoi Arcam propose une classe USB 2.0 alors que le convertisseur est limité à 96 kHz / 24 bits, un échantillonnage que la classe 1.0 gère. Le plus simple, c'est donc de faire avec l'USB 1.0, si le PC ne rechigne pas (le premier ordinateur de test a eu du mal à reconnaître le DAC autrement qu'en classe 2.0).

Qualité audio

Le rPAC apporte un bon gain de puissance par rapport à notre contrôleur intégré, mais surtout une sacrée dose de peps ! Le grave se densifie de façon conséquente, presque un peu trop, l'instrumentation s'espace, la scène sonore s'élargit. C'est d'ailleurs surtout sur l'aération sonore que le test en double aveugle entre le MP3 et le FLAC révèle des différences. Pas tant sur la précision. Pour cela, il faudra passer sur la gamme supérieure, en particulier chez Cambridge Audio.

Maintenant le souci que nous trouvons au rPAC, c'est qu'il ne sonne pas franchement mieux que le U-Sabre, vendu 139 € moins cher. Il y a bien une différence, sur la prise casque : celle du rPAC est nettement plus amplifiée (moins que le Aune T1 MKII), et ajustable en puissance. Et on peut mettre le DAC en sourdine en appuyant simultanément sur les touches + et - (il faut un bon timing mais ça marche), ce qui évite ainsi d'avoir à mettre pause sur le lecteur audio de l'ordinateur.

La fiche casque de meilleure qualité constitue un plus non négligeable, mais pour qui utilise essentiellement la sortie RCA, nous ne voyons pas ce qui légitime une telle dépense par rapport au U-Sabre.

Notre avis

Le rPAC est un petit DAC bien fini et qui sonne de façon énergique, particulièrement sur les basses. Sa prise casque bien amplifiée autorise des écoutes avec des casques exigeants, un bon point. Seulement voilà, Arcam réclame quelques 189 € pour son DAC, et nous trouvons la facture disproportionnée. L'absence de sortie audio numérique (comme sur le U-Sabre) ou d'entrée analogique (comme sur le Aune) limite le DAC à un usage USB exclusif. Et la sonorité proposée ne donne rien à envier au U-Sabre mini DAC USB. L'installation un brin hasardeuse des pilotes et l'activation tordue du mode USB 2.0 finissent d'enfoncer le clou. Dans l'absolu, le DAC n'est pas mauvais, mais dans la pratique, on trouve aussi bien pour beaucoup moins cher.

Arcam rPAC

Les plus
+ Peps sonore, basses gonflées
+ Prise casque puissante et réglable
+ Belle finition - compact
+ Câbles RCA et USB fournis
Les moins
- Pas d'entrée audio
- Fonctionnement USB seulement
- Activation de l'USB en classe 2.0
- Prix élevé pour l'offre
Sonorité
Connectique
Finition
Rapport qualité/prix
2.5
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
Découvrez en vidéo le face-à-face Drako GTE vs Tesla Model S P100D
Pour le patron d'Air France-KLM, la taxe carbone sur les billets d'avion sera contre-productive

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top