Sony Vaio VGN-P11Z, netbook ou ultra-portable ?

11 mai 2009 à 14h25
0

Sony Vaio VGN-P11Z, un netbook au format particulier

Alors que le marché des netbooks semble prôner l'immobilisme technologique, certains constructeurs tentent de tirer leur épingle du jeu. C'est le cas de Dell par exemple, avec sa gamme Mini dont le Mini 12, ou encore d'Asus, avec son Eee PC S101. Sony, de son côté, ne s'est pas immédiatement jeté dans la bataille que se sont livrés MSI, Asus et bien d'autres encore. Et c'est avec quasiment un an de retard sur tout le monde que la firme japonaise annonce, lors du CES de cette année, son Vaio VGN-P11Z. Un an de réflexion, un an pour mûrir un produit qui allait se distinguer de la concurrence ? C'est ce que nous allons vérifier.

Sommaire :
Nous avons employé le terme « netbook » pour décrire cet ordinateur portable, et ce n'est pas forcément approprié. En effet, Sony même réfute en partie cette appellation, considérant son produit comme assez éloigné des netbooks traditionnels comme l'Eee PC d'Asus ou le MSI Wind. Nous le verrons plus loin, certains arguments nous amènent pourtant à le considérer comme tel. D'autres non. C'est le cas de la forme de son châssis, qui ne s'apparente à rien de ce qui existe à l'heure actuelle. Le Sony Vaio VGN-P11Z mesure en effet 24,5 cm de large, 12 cm de profondeur et 2 cm d'épaisseur. Il est donc quasiment aussi large qu'un netbook classique, mais est beaucoup moins profond et pèse surtout moitié moins lourd avec ses 600 grammes... batterie incluse ! Ce n'est pas le transformateur livré par Sony qui vous chargera davantage, ce dernier étant particulièrement discret.

000000FA02041858-photo-sony-vaio-p.jpg
   
000000FA02041890-photo-sony-vaio-p.jpg
   
000000FA02041976-photo-sony-vaio-p-chargeur.jpg

Le Sony VGN-P11Z placé sur le NC10 de Samsung, pourtant l'un des plus fins de sa catégorie


Dans les entrailles du Vaio VGN-P11Z

0064000001598018-photo-logo-vista-seguridad-bubble.jpg
Alors que la grande majorité des netbooks actuellement sur le marché sont équipés de l'ensemble processeur Intel Atom N270 et chipset Intel 945, Sony a opté pour la plate-forme Poulsbo déjà testée dans nos colonnes par l'intermédiaire de l'article du Dell Mini 12. Cette plate-forme est équipée du GMA 500 d'Intel, une puce graphique capable de décoder des flux HD matériel, mais assez peu à l'aise dans la 3D. Tant et si bien que même avec les 2 Go de mémoire vive prévus par Sony, l'activation d'Aero provoque, sous Windows Vista, de réelles lenteurs. Vous l'aurez compris, c'est bien Windows Vista Home Premium qui est installé sur le portable de Sony.

Quant au processeur implanté dans ce Vaio, c'est encore un modèle de la famille Atom, le Z520 en l'occurrence. Cadencé à 1,33 GHz (contre 1,6 pour le N270), son FSB n'est que de 533 MHz et sa quantité de mémoire-cache de niveau 2 de 512 Ko. Autant dire que ce processeur est tout sauf un foudre de guerre. Cependant, il a l'avantage d'être gravé en 45 nm et de posséder une enveloppe thermique (TDP) de seulement 2 Watts. C'est donc un composant qui chauffe très peu, ce qui explique l'absence de ventilation sur le netbook de Sony.

Le disque dur qui équipe le Vaio VGN-P11Z n'est pas non plus une source de chaleur importante. D'une capacité (assez faible) de 60 Go, ce disque dur 2,5 pouces ne tourne qu'à 4 200 tours par minute, ce qui diminue à la fois le bruit, la chaleur dégagée et... les performances. Notez toutefois qu'il est possible de substituer à ce disque un SSD de 64 ou 128 Go (proposée en option par Sony). Pour ceux qui en resteront au bon vieux disque magnétique, Sony a prévu un dispositif de protection de ce dernier. Accessible via le panneau de configuration, le Vaio Control Center vous offre trois réglages : protection faible, moyenne ou élevée. Si vous optez pour ce dernier réglage, les performances de votre disque seront significativement diminuées par rapport au réglage « Faible », d'environ 13% d'après nos tests.

0190000002041230-photo-protection-dd.jpg
Choisissez le mode de protection du disque dur selon vos besoins


Quel équipement pour ce netbook ?

La batterie est l'un des composants les plus importants d'un ordinateur fait pour la mobilité, car ses caractéristiques doivent composer avec le besoin d'une autonomie importante et un poids qui doit être le plus faible possible. Celle qui équipe le Vaio VGN-P11Z est particulièrement légère (moins de 140 grammes) et comporte 4 cellules pour une capacité de 2 300 mAh. Un rapport poids / capacité intéressant donc. Reste à voir l'autonomie réelle de la machine, sachant que si elle ne vous satisfaisait pas, Sony propose également des modèles avec des batteries 8 cellules, moyennant un effort financier supplémentaire.

0190000002043682-photo-sony-vaio-p.jpg
La batterie du Sony Vaio VGN-P11Z, fine et légère


La taille réduite de cet ordinateur associée à un clavier qui conserve une certaine ergonomie oblige à certains sacrifices. C'est pourquoi vous ne trouverez pas de touchpad sur ce portable. Il est remplacé par un trackpad à la mode Dell. Autant vous le dire tout de suite, nous ne sommes pas fans de ce type de dispositif : le temps mis à pointer un élément précis est bien plus important qu'avec une souris ou un touchpad. Cependant, celui fourni par Sony reste précis et maniable. La webcam placée dans le coin supérieur droit de l'écran est en revanche d'une qualité assez moyenne, puisque sa résolution ne dépasse pas 0,3 megapixel.

0190000002040500-photo-sony-vaio-p.jpg
   
0190000002040498-photo-sony-vaio-p.jpg

Faute de place, le trackpad a remplacé le classique touchpad


Si l'on se penche un peu sur les extrémités de ce Vaio, on trouve une prise USB, la sortie audio et la prise secteur sur le côté gauche, tandis que le côté droit comporte lui aussi une prise USB et un connecteur un peu particulier.

0190000002040502-photo-sony-vaio-p.jpg
Une prise USB, une sortie audio et la prise secteur sur le côté gauche...


Cette prise sert en fait de support à un module additionnel fourni par Sony et qui contient une prise VGA et un connecteur Ethernet. L'astuce pour délocaliser des ports qui ne sont pas toujours nécessaires en déplacement est plutôt bien trouvée, même si l'aspect du module en question gâche quelque peu l'esthétisme du Vaio.

0190000002040506-photo-sony-vaio-p.jpg
    
0190000002040508-photo-sony-vaio-p.jpg

... une seconde prise USB et un connecteur propriétaire sur le côté droit


Une connectivité à toute épreuve

Si le port Ethernet n'est pas présent « nativement » sur le Vaio VGN-P11Z, ce portable n'en reste pas moins extrêmement bien pourvu en matière de connectivité : une puce Wi-Fi 802.11n modèle AR928X signée Atheros, un contrôleur WWAN gérant la 3G, un module Bluetooth 2.1 et même une puce GPS : rien ne lui manque. Toutes ces connexions sont gérées à partir du Vaio Smart Network.

0190000002062190-photo-vaio-smart-network.jpg
Le Vaio Smart Network gère toutes les connexions de l'ultraportable


La puce GPS ne permet que la géolocalisation, et malgré tous nos efforts, nous n'avons réussi à lui faire admettre que nos bureaux ne se situaient pas... au Japon. Passons donc sur ce gadget dont Sony ne se vante d'ailleurs pas sur la boîte de son produit.

0190000002062186-photo-geolocalisation.jpg
La puce du Sony Vaio VGN-P11Z nous a situés... à Tokyo !


Le contrôleur WWAN a lui en revanche parfaitement fonctionné. Une fois la puce placée dans son réceptacle (qui se trouve derrière la batterie du Vaio), activez le WWAN dans le Vaio Smart Network. Puis lancez le GlobeTrotter Connect pour vous connecter. Par défaut, cette interface ne vous demande même pas votre code PIN. Vous pouvez toutefois forcer le logiciel à effectuer cette vérification de sécurité. Notez la présence de plusieurs options, comme la possibilité de désactiver la 3G, ou encore la présence du Centre SMS, qui autorise une gestion complète de vos SMS.

000000FA02062188-photo-globetrotter-connect.jpg
   
000000FA02062182-photo-centre-sms.jpg

Le GlobeTrotter Connect vous permet de vous connecter sur le Net en un clin d'œil


Enfin le lecteur de cartes-mémoire dont est pourvu ce portable est également à la pointe, car en plus des traditionnelles cartes SD, il accepte également le dernier format de Sony, un nouveau type de cartes MS (Memory Stick) plus rapides, compatible avec les Memory Stick Duo et Pro Duo.

0190000002043680-photo-sony-vaio-p.jpg
Le slot HG Duo accepte les dernières cartes-mémoire de Sony, des Memory Stick plus rapides

Un design très réussi

Si ce modèle de Sony connaît le succès, ce sera probablement grâce à son design. En effet, cet aspect est particulièrement réussi : la robe métallisée du clavier, les coloris à la fois sobres et originaux de la coque (vert, rouge, noir et blanc), la discrétion des patins sur lesquels repose l'écran une fois fermé... Les finitions sont bonnes, même si l'écran nous a paru un peu fragile.

0000011302040488-photo-sony-vaio-p.jpg
    
0000011302040510-photo-sony-vaio-p.jpg

L'esthétique très réussie du Vaio VGN-P11Z est un argument de poids


Focus sur le clavier du Vaio P

Que ce soit sur les netbooks et a fortiori sur des modèles encore plus petits comme celui de Sony, le clavier est l'un des éléments sur lesquels il convient de porter une attention toute particulière. Vérifier que la touche CTRL, tellement utilisée dans différents raccourcis, est bien placée dans le coin inférieur gauche du clavier est un bon exemple de cette attention. C'est bien le cas ici. De même, la taille du bouton Enter est satisfaisante. En revanche, la touche Tabulation est bien trop petite et il est étonnant de trouver une touche « 1/& » aussi large dans le coin supérieur gauche du clavier alors que la touche Backspace aurait mérité une place plus importante.

0190000002043684-photo-sony-vaio-p.jpg
Certaines touches ont une taille adéquate, d'autres non...


De même, alors que sur un clavier classique la touche MAJ située à droite possède une taille plus importante que celle placée à gauche, c'est ici tout l'inverse. De quoi être un peu surpris.

Mais le problème le plus important présent sur le clavier du Sony Vaio VGN-P11Z concerne la barre d'espace. En effet, lorsque l'on tape sur ce clavier, on a la fâcheuse tendance à actionner les boutons du pointeur plutôt que la barre d'espace. En réalité, le clavier manque un peu de profondeur, particulièrement pour les grandes mains.

0190000002040496-photo-sony-vaio-p.jpg
Lorsque l'on tape sur ce clavier, la barre d'espace n'est pas facile à atteindre


Autre élément à l'ergonomie discutable, la mise sous tension. Elle est matérialisée par un bouton-poussoir placé à l'avant du Vaio et dont la manipulation n'est pas des plus aisées. Au contraire, le bouton activant ou désactivant le module Wi-Fi est lui à sa place et simple à utiliser. Enfin, les boutons du pointeur sont au nombre de trois, mais manquent singulièrement de place.

0190000002040492-photo-sony-vaio-p.jpg
    
0190000002040494-photo-sony-vaio-p.jpg

Si le bouton de mise sous tension n'est pas des plus commodes, celui activant le module Wi-Fi est bien pensé


Un affichage déroutant

Terminons ce tour d'horizon de ce Vaio VGN-P11Z avec un mot sur son écran. Sa résolution est surprenante pour un portable de cette taille : 1 600 x 768 pour un écran de seulement 8 pouces. Autant vous le dire tout de suite, ça pique les yeux. Au minimum, il vous faudra régler la taille de la police sur 120 ppp au lieu des 96 habituels pour éviter la rupture des ligaments croisés de l'œil. Problème : certaines applications supportent mal ce changement de taille de police.

0190000002041972-photo-sony-vaio-p-96-ppp.jpg
    
0190000002041974-photo-sony-vaio-p-96-ppp.jpg

Le passage d'une police à 96 ppp à une police de 120 ppp augmente déjà significativement le confort de lecture.


Si cette résolution peut surprendre, elle offre l'avantage de répondre à la norme HD, qui nécessite 720 lignes là où cet écran en propose 768. Cependant, le format très particulier de cet écran au ratio de 25:12 ne correspond à aucune norme précise et les films que vous regarderez sur cet écran seront toujours assortis de bandes noires. En utilisation classique, l'affichage d'une page Internet donne parfois envie de tourner l'écran de 90° pour éviter l'importante limitation en hauteur. Difficile donc de se faire à ce format que seule la taille du clavier semble avoir imposé.

Pour le reste, l'éclairage de type LED qui équipe la dalle lui offre une luminosité convenable alors que les angles de visions sont assez mauvais. En revanche, l'écran possède un bon degré d'inclinaison.

0190000002040490-photo-sony-vaio-p.jpg
L'écran du Sony Vaio VGN-P11Z trouble par son format hors norme


Signalons enfin la pauvreté des enceintes de cet ordinateur portable. Placées sous l'écran et matérialisées par deux petites fentes, elles produisent un son très peu puissant et assez mauvais.

Une ergonomie intéressante

Un beau portable, c'est bien, un beau portable pratique, c'est mieux. Le Vaio VGN-P11Z fait partie de la première catégorie, c'est certain. Pour la seconde, c'est plus mitigé. Car si certains éléments sont intéressants, d'autres laissent à désirer. Commençons par les points positifs. Les boutons d'accès rapide placés à droite des boutons « de la souris » sont par exemple plutôt bien pensés. Le premier d'entre eux permet de placer deux fenêtres l'une à côté de l'autre, le second lançant l'interface Vaio Media Plus, basée sur le XMD que les possesseurs de consoles PSP et de PS3 connaissent bien et qui n'a plus à faire ses preuves.

000000FA02041226-photo-easy-media.jpg


Autre bon point, le Vaio Control Center dont nous évoquions l'existence plus haut. Il autorise de nombreux réglages, notamment au niveau de la configuration des boutons de lancement rapide, mais aussi concernant les boutons de zoom présents sur les touches F9 et F10, la gestion de l'autonomie ou les paramètres de sécurité, comme la protection du disque dur que nous évoquions tout à l'heure.

0190000002041222-photo-boutons-speciaux.jpg
    
0190000002041224-photo-boutons-speciaux.jpg

Le Vaio Control Center, une mine de réglages utiles pour le Vaio VGN-P11Z


Notez enfin que ce Sony Vaio possède un grand nombre d'indicateurs visuels précisant l'état des divers verrouillages (numérique, majuscule), de la batterie, de la charge, ainsi qu'un témoin de mise sous tension.

0190000002043692-photo-sony-vaio-p.jpg
Le Sony Vaio VGN-P11Z possède de nombreux indicateurs visuels


InstantOn, ou peut-on se passer de Windows ?

Sony propose avec son Vaio un pré-OS développé par Corel sous le nom de InstantOn. Il est accessible en allumant l'ordinateur via la touche de fonction qui permet de lancer l'interface XMB sous Windows.

0190000002040504-photo-sony-vaio-p.jpg
Allumez l'ordinateur avec le bouton de fonction de droite pour lancer l'InstantOS


Comme son nom l'indique, ce mini-système d'exploitation se charge relativement rapidement (en 22 secondes exactement) et propose un panel de possibilité assez intéressant. Vous pourrez via cette interface :
  • écouter de la musique ;
  • regarder vos vidéos ;
  • visualiser vos photos ;
  • surfez sur Internet avec Firefox ;
  • discutez avec vos amis via IM ou Skype.
Les éléments de configuration sont nombreux, de l'affichage à la gestion de l'alimentation, et vous pouvez définir les répertoires de votre disque dur à partager avec cette interface. Au niveau du réseau, ce pré-OS autorise la connexion à un réseau Wi-Fi ou via la prise Ethernet, mais ne prend malheureusement pas en charge la carte SIM éventuellement installée.

0190000002061386-photo-instanton-sony-vaio-p.jpg
   
0190000002061384-photo-instanton-sony-vaio-p.jpg


0190000002061378-photo-instanton-sony-vaio-p.jpg
   
0190000002061376-photo-instanton-sony-vaio-p.jpg


0190000002061372-photo-instanton-sony-vaio-p.jpg
   
0190000002061374-photo-instanton-sony-vaio-p.jpg

Quelques photos de l'interface InstantOS de Corel


Tests synthétiques

Pour appréhender les performances du Vaio VGN-P11Z, nous avons effectué une série de tests synthétiques. Pour présenter les résultats de ces tests, nous avons utilisé des graphiques dans lesquels apparaissent également les performances du Dell Mini 12 et de l'Eee PC 901 d'Asus. Le premier fonctionne sur la plate-forme Poulsbo et grâce au processeur Atom Z530 cadencé à 1,6 GHz. Le netbook d'Asus utilise quant à lui le chipset 965GSE d'Intel et l'Atom N270 cadencé également à 1,6 GHz. Tous les tests ont été réalisés sous Windows Vista Home Basic.

Test sur le processeur

ScienceMark 2 Primordia

ScienceMark 2 est un utilitaire de test utilisant le processeur pour effectuer toute une batterie de calculs scientifiques. Ici, c'est le fameux Primordia qui va mettre à l'épreuve notre portable. La fréquence de fonctionnement du processeur étant le paramètre prépondérant dans ce type de calcul, il n'est pas étonnant de retrouver les deux CPU cadencés à 1,6 GHz devancer l'Atom Z520 du portable de Sony, quasiment 20% plus lent que ces deux compères.

02046288-photo-primordia.jpg
Temps pris pour effectuer le calcul Primordia de ScienceMark 2. Le plus petit est le meilleur.

3DMark06 - CPU Test

Nous avons également eu recours à la partie CPU du logiciel 3DMark06 afin de juger des performances du couple chipset-processeur de nos trois modèles. Là encore, l'Atom Z520 du Vaio VGN-P11Z le pénalise face aux deux autres portables, avec un score inférieur de 25%.

02041466-photo-3dmark06-cpu.jpg
Résultats obtenus sous 3DMark06, CPU Test. Le plus grand est le meilleur.


Cinebench 10

Cinebench 10 est basé sur le moteur de l'application professionnelle Cinema4D. Cet utilitaire utilise, dans sa dernière version 10, une nouvelle scène 3D. Pour évaluer les performances de nos systèmes, le logiciel effectue le rendu 3D de la scène en question de manière logicielle uniquement et nous donne un indice final sur la rapidité de la machine sans faire intervenir les performances des contrôleurs graphiques. Les résultats sont les mêmes que lors des tests précédents, le portable de Sony affichant des performances encore une fois 25% plus faibles que celles des netbooks de Dell et d'Asus.

02041474-photo-cinebench.jpg
Score obtenu sous Cinebench 10. Le plus grand est le meilleur.


Test sur le contrôleur graphique

Nous avons utilisé le module destiné aux tests GPU de la suite PCMark05. Il est clair ici que le GMA 500 que l'on trouve sur les portables de Dell et de Sony n'est pas à son avantage face au GMA 950 qui équipe la majorité des netbooks, dont l'Eee PC 901. Si la puce de décompression HD présente sur cette plate-forme donne un avantage au GMA 500 en ce qui concerne la vidéo, ce test montre que le GMA 950 reste bien meilleur au niveau du traitement 3D. Face au Dell Mini 12, le portable de Sony accuse par ailleurs un léger retard qu'il doit probablement à la fréquence réduite de son processeur.

02041482-photo-pcmark05-gpu.jpg
Résultats obtenus sous PCMark05. Le plus grand est le meilleur.


Test sur la mémoire vive

La mémoire vive est un autre élément essentiel dans un ordinateur, et les netbooks n'échappent pas à la règle. Pour évaluer leurs capacités en la matière, nous avons utilisé le fameux Memory Benchmark de Sandra XII. Les résultats sont retranscrits dans ces deux graphiques représentant la faculté des plates-formes à travailler sur des nombres entiers pour le premier, à virgule flottante pour le second. Ici aussi le netbook de Sony est à la traîne et affiche des performances nettement en deçà de celle du Dell Mini 12, pourtant équipé de la même plate-forme.

02041676-photo-sandra-integer.jpg
    
02041674-photo-sandra-floating.jpg

Calculs sur les entiers à gauche, sur les nombres à virgule flottante à droite. Le plus grand est le meilleur.


Test sur le disque dur

L'unité de stockage est un élément également très important dans l'évaluation des performances d'une machine. Pour effectuer nos mesures, nous avons utilisé l'utilitaire dédié de la suite PCMark05 ainsi que le très connu HDTach.

HDTach

L'utilitaire HDTach est très utile pour en savoir un peu plus sur un disque dur. Il précise les taux de transfert en lecture, un critère important dans les performances d'un ordinateur. Ici, le disque dur du Sony affiche des performances comparables à celui du Dell Mini 12, qui fonctionne à la même vitesse, 4 200 tours par minute. Le SSD de l'Asus Eee PC est quant à lui loin derrière. Notez toutefois que ce test a été réalisé en choisissant le mode « Faible » pour la protection du disque dur.

02046650-photo-hdtach.jpg
Performances obtenues sous HDTach en lecture. Le plus grand est le meilleur.

PCMark05 - HDD Test

Le test de l'unité de stockage réalisé par PCMark05 diffère sensiblement de celui effectué par HDTach. Ici, le score reflète également les performances en écriture et en temps d'accès, ce qui vient relativiser les résultats vus précédemment. Toutefois, l'allure de ce graphique ressemble fortement à celle du précédent, les performances du Sony Vaio et du Dell Mini 12 étant très proches.

02041486-photo-pcmark05-stockage.jpg
Performances obtenues sous le HDD Test de PCMark05. Le plus grand est le meilleur.

Tests applicatifs

Si les tests synthétiques (qui éprouvent les différents composants de manière à donner une vision globale des performances de l'ordinateur) sont intéressants, rien ne vaut quelques applications classiques pour apprécier de quoi sont capables nos plates-formes dans une utilisation « de tous les jours ».

Compression de fichiers

Winrar est une application traditionnellement utilisée pour apprécier les performances d'une machine au moyen d'un test se rapprochant des conditions normales d'utilisation. Notre test consiste ici à compresser un dossier de près de 270 Mo par la méthode standard du logiciel. Surprise, alors que son processeur est moins puissant que celui du Dell Mini 12 et que son disque dur n'est pas plus rapide, le Sony Vaio P surpasse de loin le portable de Dell. Notez que le Mini 12 n'est équipé que d'un gigaoctet de mémoire vive quand le Vaio en possède deux. L'explication se trouve peut-être ici. L'Eee PC 901 est quant à lui pénalisé par son disque SSD peu performant sur notre version de test.

02041498-photo-winrar.jpg
Temps mis pour effectuer la compression de notre dossier. Le plus petit est le meilleur.


Lecture et écriture depuis et sur une clé USB

Les ports USB sont souvent sollicités pour effectuer des transferts en tout genre et les tester nous a paru intéressant. Nous avons donc fabriqué un petit échantillon de près de 2 200 fichiers (dont un fichier de 700 Mo), pour un total de 966 Mo, que nous avons transférés sur une clé USB Corsair Flash Voyager GT. Nous avons répété l'opération à plusieurs reprises, que ce soit pour la lecture des fichiers (de la clé vers le disque dur) ou l'écriture (du disque vers la clé). Là encore, les performances du Vaio sont de loin les meilleures, notamment en lecture. Encore une fois, la quantité de mémoire vive disponible est peut-être à l'origine de ces performances.

02041672-photo-transfert-usb-lecture.jpg
    
02041670-photo-transfert-usb-ecriture.jpg

Test de lecture (à gauche) et d'écriture (à droite). Le plus petit est le meilleur.


Le temps d'allumage du netbook

Nous nous sommes enfin prêtés au petit jeu de la mesure du temps de démarrage de Windows, du moment où nous avons actionné le bouton d'allumage jusqu'à l'apparition du fond d'écran de notre bureau. Windows Vista oblige, le temps de démarrage est particulièrement important, notamment sur un Eee PC handicapé par un disque SSD aux performances déplorables, alors que le portable de Sony se situe à mi-chemin entre la performance de l'Eee PC et celle du Mini 12, qui lance Vista en moins d'une minute.

02041470-photo-boot.jpg
Temps de démarrage de Windows. Le plus petit est (évidemment) le meilleur.

Consommation et autonomie

L'autonomie et la consommation sont deux notions primordiales quand il s'agit d'ordinateurs fortement nomades comme le sont les netbooks. Voyons les performances du Sony Vaio VGN-P11Z dans ce domaine.

Autonomie - BatteryMark

Évoquons tout d'abord les performances en matière d'autonomie. Elles dépendent fortement de la consommation du netbook (que nous étudierons plus avant), mais aussi de la batterie qui l'équipe. Pour effectuer ce test d'autonomie, nous nous sommes servis du logiciel Battery Mark, qui simule une activité bureautique. Durant le test, nous avons placé la luminosité au milieu de sa puissance et désactivé les liaisons sans fil. Le Sony Vaio s'en sort mieux que le Dell Mini 12 pour des batteries relativement proches (4 cellules dans les deux cas, 2 200 mAh pour le Dell, 2 300 pour le Sony). L'Asus Eee PC et ses 6 cellules sont logiquement loin devant. Nous avons également effectué un autre test avec le portable Sony, le sollicitant avec une vidéo en plein écran, une luminosité au maximum et un son également à son niveau le plus élevé, ce dernier étant dirigé vers un casque et non vers les enceintes. La batterie a rendu l'âme au bout de 2 heures et 10 minutes. Précisons que Sony propose en option une batterie longue durée autorisant, d'après le constructeur, une autonomie de 8 heures.

02041468-photo-battery-mark.jpg
Autonomie des différents PC pour une utilisation bureautique. Le plus grand est le meilleur.


Notez que le Sony Vaio VGN-P11Z possède un mode de recharge rapide qu'il vous faudra toutefois utilisé avec parcimonie, puisque ce dispositif peut fortement influer sur la longévité de votre batterie. Précisons enfin que vous trouverez dans le Vaio Control Center des papiers peints de bureau destinés à allonger l'autonomie de votre batterie.

Consommation au repos

L'autonomie d'un ordinateur est une chose, mais la notion de consommation est tout aussi importante. Pour évaluer les performances des netbooks en la matière, nous avons tout d'abord mesuré leur consommation au repos, la luminosité de l'écran réglée au milieu de sa capacité, le tout grâce à un wattmètre. Comme nous l'attendions, la consommation est quasi-similaire à celle du Mini 12 de Dell. L'apport de la plate-forme Poulsbo est ici réel face au 965GSE de l'Eee PC.

02048770-photo-consommation-repos-sony-vaio-p.jpg
Consommation en mode économie d'énergie, luminosité à la moitié de sa puissance. Le plus petit est le meilleur.


Nous avons par ailleurs voulu vérifier la consommation de l'appareil dans le mode InstantOn : le résultat est plutôt intéressant, puisqu'avec une luminosité réglée à moitié de son intensité, le Vaio VGN-P11Z ne consomme que 8,1 Watts.

Consommation à pleine charge

Pour cette seconde mesure, nous avons chargé le processeur grâce à deux sessions de Prime95 et poussé la luminosité à fond. Ici, le Sony Vaio se démarque un peu en consommant moins que le Mini 12. La raison de cette différence est probablement la taille de l'écran : il ne faut pas la même énergie pour éclairer au maximum un écran 8 pouces et un écran 12 pouces.

02048772-photo-consommation-charge-sony-vaio-p.jpg
Consommation en mode ordinateur de bureau, luminosité à fond, en charge. Le plus petit est le meilleur.


Un mot sur la température

Avoir son portable sur les genoux est une chose très commune. C'est pourquoi un appareil qui chauffe de façon excessive est à proscrire. Pour vous éviter ce désagrément, nous avons donc fait quelques relevés de températures grâce à Speedfan, au repos tout d'abord, puis lors de sessions de Prime95. Dans les deux cas, le Sony Vaio VGN-P11Z est nettement plus chaud que ses concurrents du jour, notamment en charge. Cette montée en température s'explique en partie par le fait qu'il n'existe aucune ventilation à l'intérieur du portable Sony, mais cet argument est loin d'être valable, le Dell Mini 12 étant lui aussi dépourvu de système de ventilation actif. Ce dernier est toutefois d'une taille plus importante qui lui permet de dissiper plus facilement la chaleur.

02046752-photo-temperatures-repos-sony-vaio-p.jpg
    
02046754-photo-temperatures-charge-sony-vaio-p.jpg

Températures du processeur relevées par Speedfan au repos, à gauche, puis en charge, à droite. Le plus petit est le meilleur.

00C8000001887828-photo-ordinateur-portable-sony-vaio-vgn-p11z-q-clone.jpg
Que dire du Sony Vaio VGN-P11Z ? Que c'est un portable atypique, au format particulier que l'on ne retrouve nul par ailleurs. Aussi large qu'un netbook classique, il est deux fois moins profond. Pourquoi un tel format ? Nous avons eu l'impression que Sony a simplement « posé » un écran au-dessus d'un clavier par ailleurs bien pensé. C'est donc la taille de ce dernier qui semble avoir déterminé le format général du Vaio VGN-P11Z. D'où un écran à la taille surprenante et à la résolution qui l'est encore plus : 1 600 x 768 sur une diagonale de 8 pouces. A l'usage, c'est vraiment petit, même si Sony a prévu des fonctions de zoom très utiles.

Côté équipement, ce portable est plutôt intéressant : modules 3G, Bluetooth 2.1, un design et une finition d'un très bon niveau, aucun bruit de ventilation... de nombreuses qualités qui ne feront toutefois pas oublié un prix bien trop élevé.

En effet, le Sony Vaio VGN-P11Z est proposé aux alentours de 950 euros, ce qui est bien plus cher que les netbooks avec lesquels il est en concurrence au niveau des performances. Car c'est encore là que le bât blesse : l'Intel Atom Z520 qui équipe ce portable est certes économe en énergie et dégage très peu de chaleur, mais il est également très peu performant.

De plus, vu le tarif pratiqué par Sony, on pouvait s'attendre à une batterie un peu plus musclée ou un son d'une qualité acceptable, et non médiocre. Au rang des points négatifs se trouve également le trackpoint installé par Sony au milieu du clavier de son Vaio. Ce dispositif s'imposait sur un ordinateur de cette taille, mais il n'en reste pas moins que ce périphérique de pointage n'est pas ce qu'il se fait de mieux en terme de précision.

Discutons également de la pertinence d'installer Windows Vista sur une telle machine. Premier point, cette décision s'imposait du fait des 2 Go de mémoire vive dont dispose le portable de Sony. Dans ces conditions, l'utilisation de Windows Vista n'est pas désagréable sur le Sony Vaio VGN-P11Z... jusqu'à l'activation d'Aero. On approche alors de la catastrophe, le GMA 500 de la plate-forme Poulsbo n'étant pas assez puissant pour faire tourner l'interface de Vista.

Enfin, le Sony Vaio VGN-P11Z appartient-il à la catégorie des netbooks ? Si cette appellation est revendiquée par Asus avec son luxueux Eee PC S101, Sony ne l'emploie qu'à demi-mot au sujet de son ultraportable qui, s'il partage certains composants des netbooks, officie dans une cour bien différente, étant donné son prix. Un segment particulier dont on ne sait s'il a un réel avenir.


Sony Vaio VGN-P11Z

2

Les plus

  • Design très réussi
  • L'équipement, plutôt riche
  • Le mode InstantOn

Les moins

  • La résolution de l'écran
  • Quelques défauts d'ergonomie
  • Un prix bien trop élevé

0

Ergonomie5

Esthétique8

Qualité / prix4



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Test de l'ultraportable de Sony, le Vaio VGN-P11Z
Wolfram Alpha sera disponible le 18 mai
iPhone : SFR passe le cap des 100 000 mobiles écoulés et lance de nouveaux forfaits
  Two Worlds  : Curse Of Souls maintenant disponible
Garmin repousse à nouveau la sortie de son Nüvifone G60 sous Linux
Test de l'ultraportable de Sony, le Vaio VGN-P11Z
Bethesda annoncera un nouveau FPS à l'E3
Les proches de TSMC à la tête de GlobalFoundries
Le cofondateur de Twitter devrait miser sur l'iPhone avec sa nouvelle startup
Olivier Creiche, Six Apart :
Haut de page