J'ai testé pour vous : l'arnaque sur Internet

23 février 2012 à 16h41
0
00FA000004977216-photo-arnaque-en-ligne.jpg
Qui n'est jamais, au détour de sa boîte mail ou de sa magnifique collection de spam, tombé sur un message lui faisant miroiter des sommes d'argent colossales, mais coincées à la douane d'un pays d'Afrique qui n'attend qu'un virement Western Union pour prendre le bateau ? Tout le monde, ou presque. Ce qui est plus rare, par contre, c'est d'y répondre... c'est pourtant ce que j'ai fait !

Ca fait déjà plusieurs années que certains médias se font l'écho des conséquences dramatiques qu'entrainent souvent les arnaques sur Internet, également connues sous le nom anglophone de « scam ». On en distingue plusieurs formes allant de l'hameçonnage d'une personne sur un site de rencontres à une réponse intéressée par un produit sur un site d'annonces entre particuliers, en passant par le mail de relative apparence officielle, faisant miroiter de grosses transactions financières tombées du ciel. Des arnaques qui, stratégiquement ciblées ou non, vont tâcher de faire vibrer des cordes sensibles chez les internautes : sentiments amoureux, argent facile et j'en passe.

Mais quand même : si l'annonce fait vibrer les bonnes cordes, les ficelles semblent très souvent complètement fantasques. Comment expliquer qu'un riche consul de Côte d'Ivoire désire léguer sa fortune à un inconnu en France ? Comment justifier qu'un Béninois préfère acheter une voiture dans l'Hexagone via Le Bon Coin, plutôt que de chercher une affaire plus proche de chez lui ? Et surtout, comment expliquer que, chaque année, des centaines de Français se laissent tenter, et avoir, parfois jusqu'au surendettement ? Pour essayer de le comprendre, j'ai décidé de tenter l'expérience... et de me faire pigeonner de mon plein gré.

Les échanges qui suivent ont duré un peu plus d'un mois : l'objectif était de voir jusqu'où il était possible d'aller en échangeant avec un escroc sur Internet, sans envoyer d'argent cependant, mais également de cerner les méthodes employées pour tenter d'extorquer des fonds dans le cadre de l'affaire en question. La première partie de cet article se résume donc au cheminement, souvent rocambolesque, de cette aventure. Quant à la seconde, elle laisse la parole aux experts pour en démêler les ficelles.

Opportunité d'affaire !

Pour commencer cette petite enquête, je me suis rendue dans le dossier de spam de ma boîte personnelle : en faisant un peu de spéléo parmi les spams me promettant de perdre 15 kg en 3 jours ou de faire grossir mon pénis de 10 cm grâce à une pompe suédoise, j'ai trouvé moult appels à l'aide et autres propositions alléchantes me faisant à chaque fois miroiter monts et merveilles. J'ai répondu à plusieurs d'entre eux, sans grand succès puisque je n'ai, en premier lieu, pas reçu de réponse. J'en ai déduis le fait que pour se faire pigeonner, il faut fournir un véritable effort de persévérance. Ca m'a un peu découragé. Et puis, Franck est arrivé.

Franck Kilabongo, consultant en investissements privés à la recherche de débouchés financiers me fait une offre. Il vient « respectueusement soumettre à (ma) distinguée attention (une) importante offre de collaboration », ce qui aiguise forcément mon intérêt. (Précision : dans le cas de copier-coller, les textes sont d'origine, fautes comprises.)

01F4000004905746-photo-arnaque-benin-franck.jpg
Franck, un homme Kilabongo

Je ne comprends pas tout à l'histoire de Franck, si ce n'est qu'il y a visiblement une grosse quantité d'argent planquée dans un coffre à Bruxelles et qu'il faut se dépêcher de le récupérer sinon il va être perdu à jamais, ce qui serait triste. J'envoie donc un mail à Franck en espérant que cette fois-ci soit la bonne.

J'ai une réponse le lendemain, dans laquelle Franck met tout de suite les choses au clair : « Dans un premier temps une mise au point s'impose afin d'éviter de futurs malentendus. Internent est devenu aujourd'hui un outil incontournable de communication. C'est aussi devenu la bête noire des crédules (cybercriminalité grimpante) donc nous nous devons de nous méfions aux propositions qui nous sont faites. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle notre méthode de travail exige que nous privilégions les contacts par téléphones et fax puisque nous n'avions pas le vôtre nous étions obligés de vous contacter par mail. »

00FA000004905750-photo-arnaque-benin-document.jpg
Un PDF censé me mettre en confiance...
Au moins monsieur ne tourne pas autour du pot : si je suis une arnaqueuse, mieux vaut que je passe mon chemin. Monsieur se méfie, j'imagine que c'est censé être rassurant. Après une phrase de transition magnifique - « La lumière étant faite sur les points d'ombre de l'escroquerie via internet, revenons à nos moutons distraits » - Franck Kilabongo m'explique la suite de l'opération : je vais servir de pont entre les fonds qui se trouvent à Bruxelles, et un « paradis fiscal (Suisse ou Luxembourg) ». Une fois l'argent transféré, ce dernier sera investi dans un projet immobilier déjà défini, ainsi que dans les énergies renouvelables. Pour m'expliquer tout ça, j'ai droit à un petit PDF qui va bien avec un entête tout moche à base de cliparts et de coordonnées bidonnées (ci-contre, la première page).

Bien évidemment, j'adhère au projet. Franck est content et m'assure que je ne regretterai pas ma décision. Il m'annonce que je vais changer d'interlocuteur, mais m'explique que : « C'est déjà le weekend donc il serait vraiment difficile de vous mettre en contact avec le notaire. Dès lundi matin, je vous transmettrai ses contacts afin que vous le contactiez directement ». Je lui réponds que je suis d'accord, mais que comme je suis au travail toute la journée, il serait plus facile pour moi de parler avec lui par MSN ou Skype que par téléphone. Et puis je pars en week-end.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top