Kaspersky Lab prêt à dévoiler son code source aux Américains

03 juillet 2017 à 11h15
0
La cyberguerre froide entre les Etats-Unis et la Russie semble se concrétiser et inquiète certains acteurs du secteur. Kaspersky Lab, la firme spécialisée dans la sécurité informatique, notamment, est sous le coup d'une menace majeure : elle pourrait perdre des contrats gouvernementaux américains. La raison ? Certains haut-gradés estiment possible que Kaspersky soit en fait un cheval de Troie aux ordres de Poutine.

Kaspersky Lab est en effet une entreprise russe, mais aucune preuve d'une possible influence du Kremlin n'a été fournie. Dans son dernier projet de loi des Finances des Armées, toutefois, le gouvernement américain semble s'inquiéter.


Kaspersky banni des contrats de la Défense américaine ?

Dans l'une des dernières versions de la loi de Finances des Armées, qui doit encore être discutée, les Etats-Unis comptent tout simplement bannir Kaspersky Lab du marché lucratif des contrats de Défense. Actuellement, certaines agences gouvernementales et militaires utilisent les services de Kaspersky Lab pour protéger leurs systèmes et ordinateurs.

Perdre ces contrats serait un coup dur pour l'entreprise, d'autant plus qu'elle ne les perdrait que du fait de son origine russe. La crainte des élus américains ne semble pas être étayée par des preuves : ils estiment simplement que Kaspersky Lab pourrait être vulnérable à une certaine pression de Poutine. De fait, et face à l'augmentation des attaques par Ransomware dont la dernière, NotPetya, semble liée à la Russie, les élus s'inquiètent pour la Sécurité Intérieure.

01F4000008659570-photo-kaspersky-anti-virus-2017.jpg


Eugene Kaspersky prêt à montrer patte blanche

Preuve que le risque de perdre les contrats de la Défense américaine est réelle, Eugene Kaspersky, fondateur et PDG de Kaspersky Lab, a fait une déclaration à la presse. Il se dit prêt à donner le code source de ses logiciels antivirus, afin de prouver qu'il ne s'agit pas d'un troyen. De plus, il se dit prêt à aller lui-même devant le Congrès pour témoigner de sa bonne foi.

Est-ce que ça suffira à rassurer les élus ? Ce qui les inquiète n'est pas que Kaspersky Lab puisse être aujourd'hui un cheval de Troie pour la Russie, mais que le Kremlin puisse à l'avenir demander que des backdoors et des logiciels espions soient intégrés à l'antivirus.

La CIA et la NSA, au contraire, pourraient se frotter les mains : avoir à leur disposition le code source de l'un des logiciels anti-virus les plus utilisés au monde pourrait leur permettre de trouver des failles de sécurité et de développer de nouveaux outils d'espionnage ou de propagation de malwares.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
L’ONU tire le signal d’alarme sur la production massive de batteries de voitures électriques
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
Emmanuel Macron débarque sur... TikTok, pour féliciter les lauréats du bac 2020
Démarchage téléphonique : le parlement donne son feu vert contre les appels abusifs... ce qu'il faut retenir
Tesla : le niveau 5 d'autonomie des véhicules, le plus élevé, serait bientôt atteint, d'après Elon Musk
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
YouTube : préparez-vous à voir davantage de publicités
Le réalisateur de God of War en faveur d'une hausse du prix des jeux sur PS5 et Xbox Series X

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top