Kaspersky Lab prêt à dévoiler son code source aux Américains

03 juillet 2017 à 11h15
0
La cyberguerre froide entre les Etats-Unis et la Russie semble se concrétiser et inquiète certains acteurs du secteur. Kaspersky Lab, la firme spécialisée dans la sécurité informatique, notamment, est sous le coup d'une menace majeure : elle pourrait perdre des contrats gouvernementaux américains. La raison ? Certains haut-gradés estiment possible que Kaspersky soit en fait un cheval de Troie aux ordres de Poutine.

Kaspersky Lab est en effet une entreprise russe, mais aucune preuve d'une possible influence du Kremlin n'a été fournie. Dans son dernier projet de loi des Finances des Armées, toutefois, le gouvernement américain semble s'inquiéter.


Kaspersky banni des contrats de la Défense américaine ?



Dans l'une des dernières versions de la loi de Finances des Armées, qui doit encore être discutée, les Etats-Unis comptent tout simplement bannir Kaspersky Lab du marché lucratif des contrats de Défense. Actuellement, certaines agences gouvernementales et militaires utilisent les services de Kaspersky Lab pour protéger leurs systèmes et ordinateurs.

Perdre ces contrats serait un coup dur pour l'entreprise, d'autant plus qu'elle ne les perdrait que du fait de son origine russe. La crainte des élus américains ne semble pas être étayée par des preuves : ils estiment simplement que Kaspersky Lab pourrait être vulnérable à une certaine pression de Poutine. De fait, et face à l'augmentation des attaques par Ransomware dont la dernière, NotPetya, semble liée à la Russie, les élus s'inquiètent pour la Sécurité Intérieure.

01F4000008659570-photo-kaspersky-anti-virus-2017.jpg


Eugene Kaspersky prêt à montrer patte blanche



Preuve que le risque de perdre les contrats de la Défense américaine est réelle, Eugene Kaspersky, fondateur et PDG de Kaspersky Lab, a fait une déclaration à la presse. Il se dit prêt à donner le code source de ses logiciels antivirus, afin de prouver qu'il ne s'agit pas d'un troyen. De plus, il se dit prêt à aller lui-même devant le Congrès pour témoigner de sa bonne foi.

Est-ce que ça suffira à rassurer les élus ? Ce qui les inquiète n'est pas que Kaspersky Lab puisse être aujourd'hui un cheval de Troie pour la Russie, mais que le Kremlin puisse à l'avenir demander que des backdoors et des logiciels espions soient intégrés à l'antivirus.

La CIA et la NSA, au contraire, pourraient se frotter les mains : avoir à leur disposition le code source de l'un des logiciels anti-virus les plus utilisés au monde pourrait leur permettre de trouver des failles de sécurité et de développer de nouveaux outils d'espionnage ou de propagation de malwares.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top