BadRabbit : tout savoir sur ce nouveau malware

27 octobre 2017 à 18h17
0
BadRabbit, le ransomware qui s'est brièvement répandu le 24 octobre 2017, avant d'être désactivé, est lié au malware ExPetr mais ne fonctionne pas exactement de la même manière.

BadRabbit : adieu l'exploitation de faille, vive l'ingénierie sociale !



BadRabbit n'aura pas été aussi destructeur que Petya, NotPetya ou ExPetr. Ayant frappé un peu plus de 200 victimes surtout en Russie, mais aussi en Ukraine, en Turquie et en Allemagne, il a été rapidement désactivé par ses propres auteurs. Cet épisode mérite néanmoins une analyse, car un lien avec les ces précédents ransomwares destructeurs a été établi.

Selon les résultats des investigations d'Avira, pour attraper BadRabbit, il fallait visiter l'un des sites préalablement infectés par les hackers, cliquer sur un lien vers une soi-disant mise à jour d'Adobe Flash Player, télécharger le redoutable fichier et le lancer. En apparence, l'objet malicieux ressemblait effectivement à un installateur de Flash Player, il arborait même le logo de ce dernier. Mais la combine du Flash Player avait en réalité une visée précise : pousser l'utilisateur à lancer le mode administrateur, le mode qui donne aux logiciels un accès maximum à l'ordinateur. A la différence des récents malwares destructeurs, BadRabbit n'exploite donc pas de failles de Windows mais s'appuie sur l'« ingénierie sociale ».

Une fois lancé, le malware ajoutait un fichier malicieux dans c:\windows. Par ailleurs, il entamait une recherche d'ordinateurs liés et de machines virtuelles pour y semer le même type de dégâts, ce qui laisse supposer que les auteurs de BadRabbit ciblaient en priorité les entreprises, estiment les spécialistes d'Avira.

08763758-photo-la-ransomware-badrabbit.jpg


BadRabbit, ExPetr : mêmes auteurs ?



Selon Kaspersky Lab, toutes les attaques se sont déroulées le 24 octobre 2017 et aucune nouvelle attaque n'a été constatée depuis. Une fois l'infection largement répandue et les investigations entamées, les cyber-attaquants ont immédiatement supprimé le code malveillant qui avait été ajouté aux sites hackés. Selon les investigations de Kaspersky, les attaquants derrière cette opération la préméditaient depuis au moins juillet 2017, en installant leur réseau d'infections sur des sites hackés (principalement des plateformes médias et sites d'informations). Ces sites ont été hackés dès juin 2017, mais n'ont pas été exploités lors de l'attaque ExPetr.

Selon les spécialistes de Kaspersky, BadRabbit chiffre certains types de fichiers et installe un « bootloader » (lanceur) différent. Ainsi, une fois allumé, l'ordinateur ne lance pas Windows mais l'interface conçue par les cyber-attaquants. Si vous avez été infecté mais que la création de copies masquées était autorisée sur votre ordinateur, il y a des chances que vos fichiers puissent être récupérés.

Aux plus prudents, Kaspersky recommande de restreindre l'exécution de leurs fichiers sous les chemins c:\windows\infpub.dat et C:\Windows\cscc.dat en utilisant les instruments de l'Administrateur Système.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top