Last.fm lance l'écoute gratuite à la demande

24 janvier 2008 à 10h32
0
00FA000000769468-photo-logo-last-fm.jpg
Précurseur de l'écoute de musique gratuite et légale sur Internet, l'américain Last.fm annonce cette semaine deux évolutions majeures de son service : le lancement d'un programme baptisé Artist Royalty Program qui permettra à tout indépendant de percevoir une rémunération à chaque fois que l'un de ses titres est diffusé en ligne, et l'ouverture d'un catalogue de musique à la demande qui réunira les fonds des quatre principales maisons de disque du marché. Auparavant limité au système de recommandation musicale instauré par Last.fm et repris par Orange et Lagardère au sein de Musiline, l'utilisateur pourra à terme écouter tout ou partie d'un album, sans limitation d'usage.

Aujourd'hui propriété du groupe américain CBS, Last.fm propose donc un système de partage des revenus issus de la publicité à tous les musiciens qui évoluent en dehors du circuit des maisons de disque et des sociétés d'auteur. La rémunération se fera à l'écoute et par paliers, en fonction du nombre de titres diffusés à destination des utilisateurs du service. Last.fm, qui revendique un respect sans failles du droit d'auteur, rémunèrera de la même façon les sociétés d'auteurs et différents ayants droits, en fonction du nombre d'écoute. Cette nouvelle version n'est pour le moment disponible qu'aux Etats-Unis, en Angleterre et en Allemagne. D'autres pays, dont la France, devraient pouvoir en profiter dans les mois à venir, le temps pour Last.fm de négocier les droits avec les différentes autorités concernées.

Fort d'un accord avec les quatre principales maisons de disque du marché, ainsi qu'avec une foule de labels indépendants, Last.fm estime être en mesure d'offrir rapidement le plus important catalogue de musique en écoute libre sur Internet. Pendant la période de lancement, chaque titre est toutefois limité à trois écoutes. « Nous construisons une plateforme qui aidera à redéfinir l'économie de la musique, permettant aux artistes et aux labels de récolter des revenus en fonction de ce que les gens écoutent et non en fonction de ce qu'ils achètent », déclare Felix Miller, cofondateur de Last.fm.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Amazon Music Unlimited : profitez de 3 mois gratuit pour découvrir le service de streaming Amazon
Bouygues Telecom et H4D dévoilent une cabine de télémédecine connectée en 5G
Huawei va investir un milliard dans les voitures électriques et autonomes
Les véhicules hybrides et électriques ont le vent en poupe chez Mercedes-Benz
Apple abandonnerait déjà son iPhone mini
Google Photos pour Android s'offre une fonctionnalité de montage vidéo
Binance propose désormais l’achat d’actions tokénisées et ouvre le bal avec celle de Tesla
Gestion des dossiers médicaux : Google pourrait retenter sa chance avec un nouveau service
DuckDuckGo va bloquer FloC, le nouveau système de traçage de Google
Unity ajoute un support natif du DLSS de NVIDIA à son moteur
Haut de page