François JOSSE : "Seule l’extension .COM s'est imposée comme le symbole d'internet"

0
Directeur des opérations de Sedo.fr, François JOSSE présente sa société spécialisée dans le courtage des noms de domaines et analyse l'évolution du marché

JB - François JOSSSE, bonjour. Pouvez vous présenter votre parcours et l'activité de Sedo?

FJ - Fraîchement diplômé de l'IFI Rouen en spécialité e-commerce et en quête d'une expérience valorisante à l'étranger dans ce secteur, j'ai intégré la société allemande Sedo en juillet 2003 où j'y officie depuis en tant que directeur des opérations du site sedo.fr. L'idée originale des co-fondateurs de Sedo est venue de la découverte de l'existence d'un marché d'occasion des noms de domaine...

Un bon site a impérativement besoin d'un bon nom de domaine ! Ce second marché se devait d'être consolidé et organisé. Sedo (ou Search Engine for Domain Offers) est donc né de cette idée de créer une plate-forme globale de vente et d'achat de noms de domaine comprenant aujourd'hui une base de données de plus de 1 million de domaines et fréquentée par environ 300000 membres du monde entier mis en relation par un système d'offre/contre-offre. Né d'un projet de trois étudiants allemands en 1999, Sedo est aujourd'hui devenu le leader mondial du commerce de noms de domaine et intégré aux moteurs de recherche des principaux hébergeurs de noms de domaine dans le monde. Grâce à l'appui financier de l'investisseur allemand United Internet, Sedo est désormais intégralement disponible en quatre langues : français, anglais, allemand et espagnol ; et envisage également de se développer sur des marchés émergents tels que la Chine ou la Corée du Sud.

JB - A l'époque de la bulle les noms de domaines faisaient l'objet de beaucoup de spéculation et de nombreuses batailles juridiques. Le marché s'est -il stabilisé?

FJ - Le marché s'est en effet réorganisé et professionnalisé depuis l'éclatement de la bulle, aussi bien au niveau spéculatif que juridique. Je ne pense pas que l'on puisse revivre l'épisode vizzavi.fr, qui avait vu la société éponyme racheter le nom de domaine à son heureux propriétaire pour la modique somme de 4,2 millions d'euros.

Aujourd'hui, on peut déterminer de manière assez précise la valeur d'un nom de domaine, bien entendu par le trafic qu'il génère, mais aussi par sa taille, sa pertinence, sa faculté à être mémorisé ou son utilisation à l'international... Le commerce de noms de domaine est cependant actuellement en pleine expansion ; Le nombre de transactions à plus de 50000 euros réalisés par l'intermédiaire de Sedo fleurit, ce qui était encore assez rare il y a 2 ans. Même si celles-ci concernent principalement des acheteurs ou vendeurs anglo-saxons, certaines grandes entreprises françaises orientées e-commerce commencent à considérer leurs noms de domaine comme un outil de communication stratégique. Une entreprise désirant développer ses activités à l'étranger ne peut communiquer par l'intermédiaire d'un .fr. Elle va donc chercher à obtenir le .com, le plus souvent en le rachetant, au vu de la pénurie de noms de domaine sur le premier marché. Sedo a par exemple racheté le nom de domaine sedo.com à son propriétaire pour la somme de 80.000 US$, permettant d'appuyer notre présence sur les marchés anglophones, et particulièrement sur le marché américain.

D'autres sociétés préfèrent toujours récupérer leur nom de domaine par la voie juridique en faisant jouer le fameux "droit des marques", et s'engagent donc dans des procédures longues et coûteuses et où la décision finale reste très incertaine. L'OMPI propose également une procédure standardisée de récupération de noms de domaine par son Centre d'Arbitrage et de Médiation à Genève. Il permet de régler les litiges "à l'amiable" via une procédure extrajudiciaire assez rapide. Plus généralement, on note tout de même une tendance à la baisse du nombre de cas juridiques inhérents aux noms de domaine, sauf peut-être en France où l'ouverture récente du .fr a fait spontanément et logiquement augmenter les cas de cybersquatting.

JB - On observe une multiplication des extensions. Êtes vous favorable à cette surenchères de dénominations?

FJ - En effet, on assiste à une accumulation de nouvelles extensions, de type .BIZ, .INFO ou .AERO et même bientôt le .EU pour l'Union Européenne. Je ne suis à vrai dire pas vraiment convaincu par la multiplication de ces extensions. Selon moi, seule l'extension "reine" .COM s'est imposée comme le symbole d'internet et jouit d'une grande reconnaissance à l'échelle mondiale. Les .INFO/.BIZ et autres restent des extensions de seconde zone, convenant parfaitement à des particuliers ou amateurs désirant créer leur page perso ou - comme complément - à des entreprises souhaitant "verrouiller" le portefeuille de noms de domaine se rapportant à leur dénomination sociale ou celle de leurs produits. Ce serait une lacune stratégique pour une entreprise e-commerce que de se contenter de ce type d'extension, même si elle peut être tentée par le prix "discount" du nom. Ainsi, la valeur d'un nom de domaine en .NET sur le second marché correspond à peu près à 10% de la valeur de son équivalent en .COM.

Les extensions nationales - lorsqu'elles sont bien gérées - peuvent par contre voir leur taux de pénétration exploser et ainsi devenir leader dans leur propre pays. Le .DE pour l'Allemagne est aujourd'hui la deuxième extension au monde après le .COM avec 8 millions de noms de domaine enregistrés. Tout entreprise allemande se doit de communiquer avec un nom de domaine en. DE, le .COM étant simplement utilisé à l'international. Aujourd'hui un nom de domaine germanophone en .DE a certainement plus de valeur que son équivalent en .COM. On observe le même phénomène en Grande-Bretagne où l'extension .CO.UK prend doucement des parts de marché au .COM, ainsi qu'à plus petite échelle aux Pays-Bas avec le .NL ou en Autriche avec le .AT.

Quant au .FR, on pourrait parler là encore d'une exception culturelle... Handicapé à sa création par des règles d'obtentions extrêmement strictes, le .FR est une extension restée assez confidentielle sur le web, du moins jusqu'au 11 mai dernier, date de l'ouverture partielle du .FR aux entreprises. Si celle-ci a permis tout de même de doubler le nombre de noms de domaine en .FR enregistrés, s'élevant aujourd'hui à 360.000 noms. La France est tout de même bien loin des succès retentissants qu'ont pu connaître ses principaux voisins européens. La libéralisation totale du .FR est prévue vraisemblablement courant 2006, mais ne sera-t-il pas trop tard pour détrôner le .COM, omniprésent dans l'hexagone ?

JB - Avec les blogs et les réseaux sociaux, on observe l'apparition d'un web «internaute centric». Anticipez vous la convergence du nom de famille, du nom de domaine et du numéro de téléphone et l'émergence d'une identité numérique unique?

FJ - Il est clair que nous essayons en permanence de nous adapter à la demande. Les noms de domaine se rapportant aux blogs ou aux noms de famille ou plus généralement tournés vers la personne en tant qu'individu sont actuellement très prisés.
Nos équipes essaient constamment de suivre l'actualité, car il y a toujours une bonne occasion de vendre ou d'acheter un nom de domaine, que ce soit sur le prochain referendum sur la Constitution Européenne, sur une future star d'un reality-show ou sur l'élection du nouveau pape...

JB - François JOSSE, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
L'Arctique révèle deux millions de points chauds de méthane, selon un rapport de la NASA
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top