Symantec surveille le trafic web contre les botnets

01 juin 2018 à 15h36
0
Symantec lance un service de surveillance du web destiné à repérer des malwares liés à des botnets au sein des entreprises. Ce logiciel de veille surveille en continu le trafic HTTP sortant pour dénicher d'éventuels signes de trojans essayant de contacter la machine du pirate qui les contrôle.

Selon Grant Geyer, vice-président des systèmes de sécurité chez Symantec, le service viendra compléter les solutions de l'éditeur pour le contrôle des réseaux d'entreprise. Le service de surveillance du web utilise plusieurs moyens pour identifier le trafic lié à des botnets au sein d'un réseau, comme la capture de flux des données de connexion depuis les passerelles sécurisées, sur tous les systèmes Symantec, Blue Coat, Citrix et Impervia. Cet historique est ensuite analysé dans l'un des centres d'opérations de sécurité de Symantec (SOC). Le service de Symantec est capable d'archiver l'historique de connexions durant 92 jours.

Généralement, les botnets qui essaient de voler des données essaient de dissimuler leurs tentatives de connexion à leur machine mère au sein du trafic HTTP des compagnies visées. Le service de Web Monitoring de Symantec cherche donc à détecter la première tentative pour en informer le client immédiatement et lancer un remède dans la foulée. Symantec a refusé pour l'instant d'annoncer un prix.

01F4000003033802-photo-symantec.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

VIA lance un chipset basse conso qui lit les Blu-ray
Virtualisation : Microsoft renforce son offre avec Citrix contre Vmware
Gmail essaie de repérer les piratages de compte
Synology DX510 : ajoutez 5 disques durs à votre NAS
Mac : Messenger 8 disponible en version bêta
Skype arrive demain sur le réseau américain Verizon
Twitter s'invitera sur BlackBerry le 31 mars
EVO 4G : HTC lance le Supersonic, premier smartphone WiMAX sous Android
Le système Mac OS X fête ses 9 ans
Jeux d'argent en ligne : tous les acteurs sont dans les starting-blocks
Haut de page