Microsoft corrige des failles d'Internet Explorer

09 décembre 2009 à 12h55
0
0000008702384152-photo-logo-s-curit-microsoft.jpg
Comme tous les seconds mardis de chaque mois, Microsoft mettait en ligne hier un ensemble de correctifs à destination de ses logiciels et systèmes d'exploitation. Avec une fournée relativement modeste en terme de nombres de patchs, Microsoft revient sur des problèmes de sécurité au sein de son navigateur Internet. Ce sont pas moins de cinq vulnérabilités qui ont été identifiées et corrigées pour les versions 5, 6, 7 et 8 d'Internet Explorer. Les failles en question peuvent permettre l'exécution de code à distance à l'insu de l'utilisateur alors que celui-ci affiche une page internet.

Un correctif pour le service IAS de Windows est également au programme alors que les applications de la suite Office bénéficient de mises à jour visant à empêcher l'exécution non autorisée de code à l'ouverture d'un fichier par exemple (c'est le cas de Project). Naturellement, Microsoft profite de sa mise à jour mensuelle pour proposer une version au goût du jour de son outil de suppression des logiciels malveillants ainsi qu'une mise à jour des filtres de courrier indésirable pour Outlook notamment.

Le téléchargement de ces mises à jour se déroule naturellement sur Windows Update.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Le World Rally Championship adopte les carburants
Cookies walls : la bourse ou la vie (privée) ?
Comparatif des meilleurs casques gamer sans fil (2021)
La justice US fait pression sur Facebook pour ne jamais voir Instagram Kids
Test du Legion 5 Pro : la machine démentielle qui prouve que Lenovo a tout compris
L'UFC-Que Choisir lance une action en justice contre SFR et ses forfaits RED
Sennheiser annonce les écouteurs très haut de gamme IE900 : le dernier grand produit de la marque ?
Comparatif des meilleures dashcam (2021)
Xiaomi sortirait cette semaine des écouteurs à réduction de bruit active
Le bitcoin consommerait plus d’électricité que la Norvège, plus qu'un tiers de la France
Haut de page