En 2022, les cyberattaques russes contre les pays membres de l'OTAN ont augmenté de 300 %

17 février 2023 à 11h30
3
© VAKS-Stock Agency / Shutterstock
© VAKS-Stock Agency / Shutterstock

La guerre en Ukraine est aussi une guerre dans le cyberespace, comme le montre ce nouveau rapport.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie n'est pas qu'une guerre cantonnée aux confins de l'Europe de l'Est, Kiev étant fortement soutenu par l'OTAN. En retour, les pays de l'alliance atlantique sont eux aussi ciblés par la Russie, comme le montre un rapport du Threat Analysis Group (TAG) de Google.

La guerre se passe aussi sur Internet

Les images des bâtiments et des villes détruits par les bombardements ont marqué le public. Mais la guerre qui a lieu depuis maintenant un an sur le territoire ukrainien est aussi une guerre numérique, à l'aide de hackers et de groupes de pirates soutenus par des États. La Russie a intensifié ses efforts dans ce domaine, selon le TAG de Google qui a travaillé sur la question en collaboration avec l'entreprise de cybersécurité Mandiant.

Ainsi, le nombre de cyberattaques provenant de la Russie a explosé l'an dernier. Si le rapport explique que l'Ukraine est évidemment la cible prioritaire de ces menées, en témoigne une nouvelle vague de malwares lancée par le groupe Sandworm, l'Occident a pour sa part connu une montée en intensité inédite de ces offensives. En 2022, Kiev a vu dans ce cadre les attaques russes augmenter de 250 % par rapport à 2020, alors que les pays de l'OTAN, eux, ont eu à subir une augmentation de 300 % de ces attaques sur la même période.

La guerre a ses conséquences dans le cyberespace

Le schéma de ces assauts a connu deux temps, d'après le même rapport. Alors que les attaques contre l'Ukraine étaient particulièrement violentes durant les quatre premiers mois, avec notamment un haut niveau de coordination lors de l'offensive initiale en février 2022, elles ont ensuite vu leur rythme ralentir.

Surtout, et c'est l'une des découvertes intéressantes de la note publiée, la guerre a entraîné une restructuration de l'écosystème cybercriminel d'Europe de l'Est. Des groupes de pirates se sont en effet scindés sur la base d'allégeances politiques différentes, et certains ont même perdu des opérateurs importants. De quoi rendre leurs futures activités plus difficilement prédictibles, selon le TAG. Et ce, alors que les agressions contre les pays du Vieux Continent pourraient s'intensifier.

Source : Google

Samir Rahmoune

Journaliste tech, spécialisé dans l'impact des hautes technologies sur les relations internationales. Je suis passionné par toutes les nouveautés dans le domaine (Blockchain, IA, quantique...), les q...

Lire d'autres articles

Journaliste tech, spécialisé dans l'impact des hautes technologies sur les relations internationales. Je suis passionné par toutes les nouveautés dans le domaine (Blockchain, IA, quantique...), les questions énergétiques, et l'astronomie. Souvent un pied en Asie, et toujours prêt à enfiler les gants.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

  • Indépendance
  • Transparence
  • Expertise

L'équipe Clubic sélectionne et teste des centaines de produits qui répondent aux usages les plus courants, avec le meilleur rapport qualité / prix possible.

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (3)

Tadahiro-Nomura
Ce n’est pas nouveau, ca fait des années que la Russie nous attaque de tous les cotés, notamment via Lockbit, ils attaquent même nos hôpitaux. Sans parler de leur propagande très agressive contre nous en Afrique, qui fait des ravages.<br /> J’espère juste qu’on ne reste pas sans rien faire et qu’on réplique fort sans s’en vanter…
alabifr
Et dire que d’après la propagande russe, c’est l’otan, les ricains et l’occident de manière générale, qui l’agresse . Moi, j’aimerai juste que les anonymous qui se disent très forts, et autres champions du hacking, Occidentaux, renvoient la balle au moins autant de fois et efficacement. Ça n’est malheureusement pas le cas
pecore
Se poser en victime est l’une des plus vieilles ficelles du monde. En France, des politiques de premier plan ont fait et parfois font encore de cette méthode leur principal outil de travail. Bizarrement, se sont souvent ceux qui soutiennent Poutine, d’ailleurs.
Voir tous les messages sur le forum