Une plainte vise à faire condamner Google pour avoir collecté des données même en navigation privée

03 juin 2020 à 13h58
0
Chrome navigation privée

La firme de Moutain View fait face à un recours collectif lui réclamant pas moins de 5 milliards de dollars, pour avoir trompé les utilisateurs dans la protection de leur navigation.

Une plainte a été déposée à l'encontre de Google sur le bureau du tribunal fédéral de San Jose, mardi en Californie, dans laquelle il est indiqué que le géant américain a violé le respect de la vie privée de millions d'utilisateurs en continuant de prélever des données sur ces derniers, même en cas de navigation privée depuis son navigateur, rompant ainsi sa promesse d'offrir une protection avec le mode Incognito.

Google enfreindrait les lois californiennes sur la confidentialité et sur l'écoute électronique

Lorsque vous utilisez Google Chrome en navigation privée, le navigateur vous indique ne pas enregistrer votre historique de navigation, les cookies et les données du site ni les informations que vous avez saisies dans des formulaires. Pourtant, selon la plainte déposée devant le juge californien, visible sur Bloomberg Law, Google se livrerait à une telle collecte de données en brisant ses propres engagements.

La requête mentionne la violation de deux lois californiennes, l'une sur la confidentialité qui exige que les utilisateurs donnent leur consentement pour pouvoir avoir accès aux contenus issus d'une communication privée, et l'autre sur l'écoute électronique qui donne la possibilité de poursuivre toute entreprise en justice qui intercepterait des communications censées demeurer privées. C'est le point central de la plainte.

Google prélèverait des données grâce à plusieurs de ses services et applications, comme Google Analytics ou Google Ad Manager, mais aussi via des plugins de site internet. Et ce, même lorsque vous utilisez la navigation privée.

L'entreprise se défend et se voit réclamer plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts

La plainte, contestée par Google, dénonce le fait que la firme californienne procède au recueil des données privées pour en savoir plus sur les amis, sur les habitudes d'achat, sur les loisirs ou les aliments préférés des utilisateurs. Avec un accès aux recherches et aux données les plus intimes, forcément. Google « ne peut pas continuer à s'engager dans la collecte de données secrète et non autorisée » des utilisateurs, précise la plainte qui touche autant à la collecte effectuée sur ordinateur que celle entreprise sur smartphone.

Google, de son côté, n'approuve pas la plainte et conteste avec fermeté ces affirmations. « Nous nous défendrons vigoureusement contre elles », prévient un porte-parole de l'entreprise, Jose Castaneda. Et le représentant de Google de rappeler que « le mode navigation privée de Chrome vous donne le choix de naviguer sur Internet sans enregistrer votre activité sur votre navigateur ou appareil. Comme nous l'indiquons clairement dès que vous ouvrez un nouvel onglet de navigation privée, les sites web peuvent être en mesure de collecter des informations sur votre activité de navigation pendant votre session ».

Sur ce dernier point, c'est effectivement ce qu'il est précisé sur la fenêtre de navigation privée. « Votre activité peut rester visible par les sites web que vous consultez, par votre employeur ou votre établissement scolaire ou votre fournisseur d'accès à Internet », peut-on lire, sous-entendant ainsi que ce n'est pas Google qu'il faudrait nécessairement blâmer dans cette affaire.

En attendant, les plaignants réclament 5 milliards de dollars de dommages et intérêts au géant du numérique, pour verser 5 000 dollars à chaque utilisateur, en réparation.

Source : NY Times

Modifié le 03/06/2020 à 14h28
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Facebook Messenger et WhatsApp bientôt réunis ?
Au diable AMD ? Apple travaillerait, aussi, sur des GPUs de son cru
Les États-Unis songent à interdire TikTok
Freebox Pop : Free propose de nouvelles offres
scroll top