La Commission européenne prend le parti de Spotify contre les pratiques d’Apple

01 mai 2021 à 15h00
15
Illustration logo Spotify © © Alexander Shatov / Unsplash

Apple tombe une fois de plus sous le coup des régulateurs. L'entreprise s'est faite épinglée ce 30 avril par la Commission Européenne après avoir été accusée par Spotify de profiter de sa main mise sur l'App Store pour créer une concurrence déloyale entre Apple Music et le reste des services de streaming .

Ce nouveau déroulement dans le conflit qui oppose Apple au géant de la musique Spotify devrait donner raison au service de streaming qui a déposé une plainte en mars dernier pour abus de position dominante contre la Pomme et son service Apple Music.

Apple dans le collimateur de l'Union Européenne

La nouvelle nous vient de Margrethe Vestager, commissaire en charge du numérique et de la concurrence au sein de la Commission Européenne, qui s'est fendue d'un tweet où elle explique qu'« Apple enfreint le droit européen de la concurrrence ».

Sont reprochés à Apple de :

  • Rendre obligatoire l'utilisation des achats in-app pour la distribution de contenus digitaux payants, forçant ainsi les services de streaming à laisser une commission égale à 30% des revenus générés à Apple.
  • Empêcher les développeurs d'informer les utilisateurs quant-aux autres moyens de paiement disponibles en dehors des achats in-app.

Cette annonce a été suivie d'une déclaration d'objections, une formalité juridique qui démarre le processus légal qui opposera Apple à la Commission européenne. La firme de Cupertino aura un droit de réponse et pourra demander une audience auprès de la Commission pour défendre son cas.

Une défense déjà prête pour Apple

Apple ne démord pas et prépare déjà sa défense d'après nos confrères d'Ars. « Spotify est devenu le premier service de streaming dans le monde, est nous sommes fiers du rôle que nous avons joué […] Spotify ne paie aucune commission à Apple sur 99% de ses abonnements, et ne paie que 15% de commission sur les abonnements restants acquis avec l'App Store. » a rapporté un représentant d'Apple.

Cette décision intervient alors qu'Apple comme Spotify se préparent tous deux à lancer leurs services de podcast payants.

Source : arstechnica

Modifié le 01/05/2021 à 15h21
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
15
10
HAL1
Oh, c’est nul, les personnes travaillant pour la Commission Européenne ne lisent apparemment pas les commentaires des articles sur les sites Web pro-Apple, où il a été expliqué et démontré en long, en large et en travers par certains qu’Apple était «&nbsp;chez elle sur iOS&nbsp;», qu’il n’y avait aucune chance que la plainte de Spotify aboutisse à quoi que ce soit, et que «&nbsp;les utilisateurs qui ne sont pas contents n’ont qu’à aller voir ailleurs&nbsp;» (ça n’a aucun rapport ? Oui… je sais… soupir…).<br /> Un peu comme, dans le même style, on a pu lire d’innombrables analyses sur le fait que la main-mise totale d’Apple sur sa boutique en ligne ne changeait rien en termes de concurrence, et que ni les développeurs ni les utilisateurs ne bénéficieraient de la fin de ce monopole. C’est étonnant comme les experts de la Commission Européenne, qui eux se sont penchés pendant des mois sur ce dossier, n’arrivent pas aux mêmes conclusions et qu’ils décident aujourd’hui d’accuser Apple d’enfreindre les lois européennes en la matière.<br /> Ah mais non, c’est juste, il y a une explication ultra simple : l’Europe est méchante envers Apple, et uniquement envers elle, parce qu’elle gagne beaucoup d’argent et que la méchante Europe est jalouse de ça. La méchante Europe qui n’a jamais, bien évidemment, condamné Google par exemple. Si ça avait été le cas – je ne sais pas moi, par hasard à propos de son système de publicité contextuelle – c’est sûr qu’on en aurait parlé. Non non, la méchante Europe s’acharne seulement sur Apple, alors que cette dernière gagne honnêtement sa croûte. D’ailleurs l’Europe, en plus d’être méchante, est fort bête : elle devrait accuser Apple d’enfreindre les lois européennes pour ce qui est des ventes d’iPhone. La Pomme engrange au moins 3x plus d’argent grâce à celles-ci que via sa boutique en ligne, c’est donc là qu’il faut taper ! Espérons que tous ces fonctionnaires fainéants qui travaillent pour la Commission Européenne y penseront… ou alors liront ce message qui, comme tant d’autres avant lui, donne les vraies solutions !
LeVendangeurMasque
La nouvelle nous vient de Margrethe Vestager, commissaire en charge du numérique et de la concurrence au sein de la Commission Européenne, qui s’est fendue d’un tweet où elle explique qu’« Apple enfreint le droit européen de la concurrrence ».<br /> Bon alors la même dame qui s’est prise un fail monumental devant le tribunal pour ses accusations fantaisistes sur les impôts d’Apple en Irlande, tente maintenant sa revanche sur musique en ligne ?<br /> À l’époque je lui avais conseillé de sérieusement envisager de passer un CAP/BEP en droit fiscal international si elle comptait s’attaquer à une multinationale. Je crains manifestement qu’elle n’ai pas suivi mon conseil. Bis repetita…
HAL1
Apple ne démord pas et prépare déjà sa défense d’après nos confrères d’Ars. « Spotify est devenu le premier service de streaming dans le monde, est nous sommes fiers du rôle que nous avons joué […] Spotify ne paie aucune commission à Apple sur 99% de ses abonnements, et ne paie que 15% de commission sur les abonnements restants acquis avec l’App Store. » a rapporté un représentant d’Apple.<br /> C’est tout de même impressionnant à quel point ces arguments d’Apple sont pourris.<br /> Le «&nbsp;rôle que vous avez joué&nbsp;» ? Pardon ? Spotify serait là où elle est même si l’iPhone n’avait jamais existé, hein… Et si l’App Store n’avait jamais existé, elle se porterait sans doute encore mieux…<br /> Si Spotify ne paie aucune commission à Apple sur 99% de ses abonnements, c’est parce que Spotify a retiré la possibilité de s’abonner depuis l’application iOS. Et, selon les règles arbitraires d’Apple, elle n’a pas le droit de mentionner dans son application comment contracter un abonnement, c’est à l’utilisateur de chercher et aller sur le site Web de la société. Face à cela, Apple Music est préinstallé sur les iPhone, imbriqué dans iOS, et s’y abonner est d’une simplicité enfantine. Mais, à part ça, il n’y a aucune distorsion de la concurrence…<br /> Encore une fois, si Spotify ne paie que 15% de commission sur les abonnements restants acquis avec l’App Store, c’est parce qu’ils ont retiré la possibilité de s’abonner directement depuis l’application iOS, et donc qu’aucun nouvel abonnement n’a été contracté depuis plus d’une année.<br /> Oui, en effet, Spotify a fait en sorte d’arrêter de payer une commission à Apple sur ses abonnements, car quand tu dois verser un pourcentage élevé de l’argent que tu gagnes à un de tes concurrents directs, étonnamment ça te met dans une position désavantageuse face à ce concurrent. Spotify est donc aujourd’hui dans une position un peu moins désavantageuse, puisqu’ils ne peuvent pas expliquer dans leur application iOS comment contracter un abonnement premium, ce qui rend l’expérience utilisateur moins bonne.
LeVendangeurMasque
Oh, c’est nul, les personnes travaillant pour la Commission Européenne ne lisent apparemment pas les commentaires des articles sur les sites Web pro-Apple<br /> Ben à propos de lecture, cette dame devrait au moins une fois dans sa vie ouvrir un ouvrage de droit ou de fiscalité. Ça lui éviterait des déconvenues humiliantes et cuisantes devant le premier juge venu… <br /> Un peu comme, dans le même style, on a pu lire d’innombrables analyses sur le fait que la main-mise totale d’Apple sur sa boutique en ligne ne changeait rien en termes de concurrence, et que ni les développeurs ni les utilisateurs ne bénéficieraient de la fin de ce monopole.<br /> Ça c’est tout à fait vrai ! Apple a baissé sa commission sur les applications de 30 à 15%. Combien de développeurs en ont profité pour baissé le prix de leurs applis ? Le chiffre est simple à retenir: zéro !<br /> C’est pas parce qu’on est dans le virtuel que les contes de fées s’y produisent plus souvent que dans la réalité.<br /> C’est étonnant comme les experts de la Commission Européenne, qui eux se sont penchés pendant des mois sur ce dossier, n’arrivent pas aux mêmes conclusions et qu’ils décident aujourd’hui d’accuser Apple d’enfreindre les lois européennes en la matière.<br /> On va espérer que c’est pas les mêmes «&nbsp;&nbsp;»«&nbsp;experts&nbsp;»"" que pour la première plainte contre Apple… Sinon là on pourra vraiment dire qu’on gâche indûment l’argent du contribuable.<br /> Et nous faire tout un cinéma pour 15% du montant de 1% des abonnements à Spotify, ça tient franchement du dérisoire.<br /> Au fait: j’ai pas entendu dire que sous Android ou sur le net, l’abonnement Spotify était moins cher. Pas de «&nbsp;taxe&nbsp;» Apple là pourtant… <br /> Ah mais non, c’est juste, il y a une explication ultra simple : l’Europe est méchante envers Apple, et uniquement envers elle, parce qu’elle gagne beaucoup d’argent et que la méchante Europe est jalouse de ça.<br /> C’est surtout une commissaire sans grand talent qui cherche à exister médiatiquement… Tout ça pour diplomatiquement jouer les roquets devant les Américains.<br /> La méchante Europe qui n’a jamais, bien évidemment, condamné Google par exemple.<br /> Si, mais pour des broutilles, alors qu’Apple par contre est vraiment très loin d’être majoritaire dans un quelconque domaine. Un «&nbsp;abus de position dominante&nbsp;» à 15% de pdm quand ton concurrent en fait 85, moi j’appelle ça surtout un abus de mauvaise foi !<br /> Ce que cherche cette dame c’est surtout s’attaquer à des symboles et des entreprises ayant un énorme capital-sympathie dans le public (sauf chez les demeurés profonds). C’est médiatique, c’est parfait pour sa petite carrière.<br /> S’attaquer à un vrai méchant, comme Google, là ça semble d’un coup plus compliqué, alors que là on ne manque pourtant pas de griefs à son encontre !<br /> Espérons que tous ces fonctionnaires fainéants qui travaillent pour la Commission Européenne y penseront…<br /> Ils ont une liste de défauts assez impressionnants c’est vrai, mais le plus gros de tous: non élus.<br /> Rien de tout ça n’a avoir avec la démocratie, et encore moins le peuple.<br /> Mais quand je montre la faille tu regardes Apple…
LeVendangeurMasque
C’est tout de même impressionnant à quel point ces arguments d’Apple sont pourris.<br /> Tellement pourris qu’ils ont sans l’ombre d’un doute convaincu un juge dans l’affaire des impôts Irlandais. Franchement, Apple n’a pas besoin de toi pour les défendre…<br /> Le « rôle que vous avez joué » ? Pardon ? Spotify serait là où elle est même si l’iPhone n’avait jamais existé, hein… Et si l’App Store n’avait jamais existé, elle se porterait sans doute encore mieux…<br /> Si Apple n’avait pas sorti l’iPhone, ça n’aurait pas empêcher un autre acteur de faire son téléphone (Google le prévoyait) et d’y mettre une boutique en ligne (ex de Steam qui existait bien avant l’iPhone !). La même histoire mais avec un autre nom… Ça aurait changé quoi ?<br /> Si Spotify ne paie aucune commission à Apple sur 99% de ses abonnements, c’est parce que Spotify a retiré la possibilité de s’abonner depuis l’application iOS<br /> Donc comme ça ils ne sont pas «&nbsp;victimes&nbsp;» des affreux 15% ? Pas de préjudice, pas de condamnation, sorry…<br /> et donc qu’aucun nouvel abonnement n’a été contracté depuis plus d’une année.<br /> Genre, moi utilisateur d’iPhone je pourrais pas faire l’effort de me rendre sur leur site web pour m’y abonner ? T’es Sérieux ?<br /> Oui, en effet, Spotify a fait en sorte d’arrêter de payer une commission à Apple sur ses abonnements, car quand tu dois verser un pourcentage élevé de l’argent que tu gagnes à un de tes concurrents directs, étonnamment ça te met dans une position désavantageuse face à ce concurrent. Spotify est donc aujourd’hui dans une position un peu moins désavantageuse, puisqu’ils ne peuvent pas expliquer dans leur application iOS comment contracter un abonnement premium, ce qui rend l’expérience utilisateur moins bonne.<br /> Excusez-nous cher client, on veut bien bénéficier de l’infrastructure d’Apple, de son store, de ses API, de sa popularité, de sa clientèle avec un bon pouvoir d’achat, mais pas question de leur reverser un centime…<br /> Sacré image, je savais pas que la pingrerie allait un jour devenir une religion !
Roger_Pimpon
Ces derniers mots du vendangeurMasqué, et tout particulièrement «&nbsp;sa clientèle avec un bon pouvoir d’achat&nbsp;» (un utilisateur Apple c’est sérieusement plus interessant pour un développeur qu’un utilisateur Android) devraient être considéré par tous. On peut avoir mille raisons de cracher sur cette boite (des bonnes et des mauvaises) mais on ne peut ne pas lui reconnaitre ça (on se moque assez des fanboys (toujours pareil, pour de bonnes et mauvaises raisons), mais les fanboys c’est une manne qu’Apple sait entretenir).<br /> Les business men qui veulent contourner les règles du magasin (tirer donc profit sans payer leur part (dont on peut discuter le montant, mais qui semble tout de même satisfaire finalement bien des développeurs puisqu’ils s’y maintiennent) ne devraient ils pas être aussi considéré pour ce qu’ils sont ?
HAL1
LeVendangeurMasque:<br /> Excusez-nous cher client, on veut bien bénéficier de l’infrastructure d’Apple, de son store, de ses API, de sa popularité, de sa clientèle avec un bon pouvoir d’achat, mais pas question de leur reverser un centime…<br /> Ohhh, Spotify veut ça ? Alors, voyons voyons, renseignons-nous un peu… ah, tiens, étonnant, ce n’est pas du tout ça ! Qui l’aurait cru, c’est fou…<br /> Ce que Spotify veut, c’est être sur un pied d’égalité avec ses concurrents. Or, quand Apple qui, longtemps après Spotify, s’est dit que ça serait sympa de gagner de l’argent avec un service de diffusion de musique, débarque avec son offre Apple Music et abuse de sa position dominante pour imposer celui-ci, eh bien Spotify fait appel aux autorités chargées de la lutte contre les pratiques anti-concurrentielles, celles européennes entre autres. Et, ooohhhh surprise !, il s’avère que la première conclusion de ces dernière accuse Apple de contrevenir aux règles européennes. Encore une fois : qui l’aurait cru, c’est fou…<br /> Car Spotify, contrairement aux contre-vérités que tu balances, ne veut pas «&nbsp;bénéficier de l’infrastructure Apple&nbsp;» (quand Spotify diffuse de la musique, ça passe par l’infrastructure d’Apple ? Première nouvelle…), de sa boutique ou de sa «&nbsp;popularité&nbsp;» (rien que cette idée est juste absurde). Si l’installation d’applications sur iOS n’était pas verrouillée par le monopole de l’App Store, Spotify distribuerait son application par d’autre voies, et pourrait être indépendante. Mais, actuellement, Apple dispose d’un monopole avec sa boutique, et utilise comme argument «&nbsp;c’est normal qu’on prélève une commission pour les services que l’on rend&nbsp;»… sauf que ses services sont imposés et non proposés.<br /> Quand au reste de tes commentaires, qui sont principalement des attaques personnelles contre Margrethe Vestager (une affreuse fonctionnaire que tu n’as même pas élu, quel scandale !), je m’abstiendrai d’y répondre tellement ils sont nauséabonds et dégoulinants de fan-boyisme.
HAL1
Roger_Pimpon:<br /> […] les fanboys c’est une manne qu’Apple sait entretenir.<br /> Les fan-boys ne représente qu’un infime pourcentage dans les ventes d’Apple. Parmi les centaines de millions de clients que compte l’entreprise, la quasi-totalité d’entre eux n’ont absolument rien de fan-boys.
Yorgmald
Genre, moi utilisateur d’iPhone je pourrais pas faire l’effort de me rendre sur leur site web pour m’y abonner ? T’es Sérieux ?<br /> Si on prend du recule on conclura que oui les gens ne font pas l’effort de …(on peut mettre beaucoup de possibilité, comme aller sur un site pour souscrire à un abo, comme ne pas suivre bêtement les soit disant savants ou prêcheur de n’importe quelle religion, comme tout simple apprendre à lire et non juste à faire des sonorités avec des dessins.)<br /> M’enfin, on peut insérer ce que l’on veut comme on veut pour se justifier de «&nbsp;comprendre&nbsp;» ce que l’on veut pour rester la même chaire devenue parasitaire.
MattS32
LeVendangeurMasque:<br /> Si Apple n’avait pas sorti l’iPhone, ça n’aurait pas empêcher un autre acteur de faire son téléphone (Google le prévoyait) et d’y mettre une boutique en ligne (ex de Steam qui existait bien avant l’iPhone !). La même histoire mais avec un autre nom… Ça aurait changé quoi ?<br /> La différence c’est que sur le Play Store Spotify n’est pas obligé de passer par le système de paiement de Google pour les paiements in-app.<br /> Et surtout, là où Apple est particulièrement malhonnête quand elle prétend que sans elle les applications ne seraient pas là, c’est qu’elle occulte en fait complètement la réalité inverse : sans applications tierces, une plateformes mobile n’a aucune chance aujourd’hui. Donc Apple a bien plus besoin des applications tierces que l’inverse.<br /> LeVendangeurMasque:<br /> Donc comme ça ils ne sont pas « victimes » des affreux 15% ? Pas de préjudice, pas de condamnation, sorry…<br /> Si, préjudice : ils ne peuvent pas mettre de paiement in-app sans payer la communication. Ça fait un préjudice en terme d’ergonomie face à Apple Music (qui en plus est préinstallé sur les iPhone…). Entre deux préjudices (financier ou ergonomie), Spotify a simplement choisi celui qui lui coûte le moins cher.<br /> Y a qu’à voir la vitesse à laquelle s’est développé Apple Music, dans un marché pourtant déjà quasiment saturé, et sans avantage majeur sur les fonctionnalités pour comprendre qu’il y a une certaine distorsion de concurrence sur ce marché…<br /> LeVendangeurMasque:<br /> Excusez-nous cher client, on veut bien bénéficier de l’infrastructure d’Apple, de son store, de ses API, de sa popularité, de sa clientèle avec un bon pouvoir d’achat, mais pas question de leur reverser un centime…<br /> Non, justement, ils ne veulent pas bénéficier de l’infrastructure d’Apple. Ils veulent qu’Apple cesse de les obliger à utiliser ses infrastructures et à leur facturer cette utilisation.
Necron
Oui mais les fanboys sont présents sur tout les forums pour clamer leur amour de la Pomme et convaincre gratuitement les gens d’acheter du Apple. Ils agissent comme des commerciaux, mais sans rémunération et ils sont très actif.<br /> En ça, il sont indispensables à Apple car ils constituent un groupe près à défendre leur marque, même dans des cas d’évasion fiscale qui nuisent à tout le pays, ou des cas flagrant de distorsion de la concurrence.
HAL1
Je pense que le terme «&nbsp;indispensables&nbsp;» est exagéré, mais sinon je suis d’accord avec toi, les inconditionnels d’une marque font un travail «&nbsp;d’évangélisation&nbsp;» gratuit et souvent utile pour celle-ci.
smover
«&nbsp;des entreprises ayant un énorme capital-sympathie dans le public (sauf chez les demeurés profonds)&nbsp;»<br /> Tiens je dois être un demeuré profond, je n’aime pas Apple (ce qui ne m’empêche évidemment pas de reconnaître comme telles leurs innovations). Tu crois vraiment que ce genre de langage est correct et à sa place sur le forum de Clubic ?
bennukem
Du coup Apple, c’est bien ou pas ?<br /> Un troll , où ça !!!
pecore
Un avis préliminaire ne fait pas une décision de justice et effectivement on ne peut pas dénier que tous ces fonctionnaires européens sont très carriéristes. De plus cette dame semble avoir un truc contre Apple et cela risque du lui être opposé devant une cours.<br /> Je continue de penser que les arguments d’Apple sont défendables et d’ailleurs Spotify ne fait que copier Epic. Apple a mis du temps et de l’argent à créer son réseau et il n’oblige personne à s’en servir. Il y a des solutions alternatives donc aucune obligation de passer par l’App Store. Enfin mettre un lien dans l’application Spotify pour aller sur le site ce n’est ni plus ni moins qu’une tentative de contournement des règles pour profiter sans payer, ce qui n’a rien de bien glorieux, ni de bien honnête pour le coup.<br /> Alors oui, certains disent qu’App-Store est devenu incontournable lorsqu’on veut percer. Et alors quoi, ça en ferait un bien d’utilité publique ? Pas du tout, si la plateforme a du succès c’est grâce à la stratégie de l’entreprise, à l’investissement et à la qualité du service proposé. Comme je le disais dans un autre topic, on ne peut tout de même pas reprocher à une société de trop bien faire son travail, si ?<br /> J’attendrai la décision finale de la cours de justice mais vraiment je continue de ne pas voir comment Apple pourrait être condamné à autre chose qu’une tape sur les doigts, pour la forme, voire relaxé.<br /> Bon, je met tout de même un bémol parce qu’il y a le soucis qu’Apple propose le même service que Spotify. Sans cela il n’y aurait même pas d’affaire. Mais je ne pense pas que cela change fondamentalement le problème.
Roger_Pimpon
Ma formulation était très mal venue. Outre que c’était effectivement factuellement faux (tous les utilisateurs Apple ne sont pas des fan-boys), elle entretenait cette guéguerre stérile. Pas un mot à lâcher comme ça.<br /> Apple est une alternative (c’est déjà important). Et les produits Apple sont de qualité (mon iMac m’a accompagné tous les jours pendant 10 ans. c’est assurément le meilleur achat informatique que j’ai jamais fait même si je reste critique sur plusieurs points. Le plus rentable et le plus satisfaisant (pas l’ombre d’un soucis en pendant toute cette période jusqu’à ce que le circuit graphique grille)).
HAL1
pecore:<br /> […] on ne peut tout de même pas reprocher à une société de trop bien faire son travail, si ?<br /> Il ne s’agit nullement de reprocher à une entreprise de «&nbsp;trop bien faire son travail&nbsp;», simplement de s’assurer que ses pratiques ne crée pas une distorsion du marché en défaveur des consommateurs et qu’elle ne profite pas de la position qu’elle a acquise pour entraver ses concurrents dans d’autres domaines.<br /> Or, il est difficile de contester que le fait qu’Apple impose l’utilisation de sa boutique en ligne à toutes sociétés voulant proposer une application native aux utilisateurs iOS, qu’elle établit des règles arbitraires unilatérales qu’elle peut modifier du jour au lendemain lorsque ça lui chante, qu’elle prélève une commission non seulement lors de l’achat initial d’une application mais également sur les achats intégrés et les abonnements, et qu’elle étudie les applications et services qui ont du succès pour ensuite proposer les siens qu’elle imbriquera profondément dans iOS constitue une sérieuse entrave à la concurrence.<br /> Microsoft a été condamné pour des pratiques anti-concurrentielles. Google également. Il est fort possible qu’Apple finisse également par être condamné pour cela, et ça n’a strictement rien à voir avec le fait que Margrethe Vestager ait «&nbsp;un truc contre Apple&nbsp;». Elle fait le travail pour lequel la Commission Européenne l’a nommée et qui a pour but de protéger les consommateurs.
pecore
Tes arguments ont du mérite. On verra ce que la commission décidera au final. Tout ce que j’espère c’est que la décision, quelle quelle soit, sera motivée en droit. Parce qu’on peut ne pas aimer les pratiques d’Apple, cela ne veux pas dire pour autant qu’elle sont illégales et c’est cela qu’il faut prouver au final. Trop de personnes se prennent pour des justiciers à vouloir prendre la loi à leur compte sans trop se soucier des textes. J’espère que cela ne sera pas le cas ici.
HAL1
pecore:<br /> Trop de personnes se prennent pour des justiciers à vouloir prendre la loi à leur compte sans trop se soucier des textes. J’espère que cela ne sera pas le cas ici.<br /> Je ne me fais pas trop de souci pour ça, mais j’espère aussi qu’on aura pas de mauvaise surprise à ce niveau.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

What If…? : de l'anthologie et de l'animation pour un résultat qui fait des Marvel
Mission M’Other : on visite la France (apocalyptique) de 2032
Marier Raspberry Pi et LEGO® n'a jamais été aussi facile grâce au Build HAT
Ce téléphone que vous aviez enfant, vous vous souvenez ? Maintenant il passe des appels
La Jetée — Plus qu'un court-métrage, un véritable classique
Hawkeye : la série de Disney+ s'offre un nouveau trailer prometteur
DC FanDome 2021 : les annonces qu'il ne fallait pas manquer
DC FanDome 2021: Doom Patrol et Titans reviendront pour des saisons 4
DC FanDome 2021 : enfin un premier aperçu pour Black Adam avec The Rock
Lucifer : l'Enfer est pavé de bonnes intentions... et de nids-de-poule
Haut de page