GameStop : quand les internautes font trembler Wall Street

02 février 2021 à 11h30
20
gamestock © clubic
© Clubic

De nombreux Américains ont fait bondir l'action de GameStop en court-circuitant les fonds spéculatifs, qui misaient sur sa baisse. Retour sur un événement qui vient confronter deux époques, et peut-être dessiner un nouveau modèle.

On l'appelle « l'affaire GameStop ». Difficile de la nommer autrement, tant l'ampleur de ce qu'il se passe autour de ce géant américain de la distribution de jeux vidéo, accessoirement propriétaire de Micromania, est grande. En une phrase, on pourrait de façon vulgaire résumer la chose ainsi : de petits boursicoteurs ont fait tomber de gros investisseurs, le tout en jouant avec l'action de GameStop à Wall Street. Ce n'est évidemment pas aussi simple que cela. Avant d'expliquer le phénomène et de se projeter dans le futur au moins à court terme, mieux vaut comprendre qui a fait quoi.

Les hedge funds mangés par les spéculateurs du dimanche

D'abord, il faut avoir à l'esprit que GameStop est une entreprise qui souffre, et ce, depuis plusieurs années. L'arrivée de nouveaux visages à la tête de l'entreprise, la conclusion d'un accord avec une société de capital-risque, RC Ventures LLC, et la perspective de s'affirmer comme un vrai acteur de la vente en ligne avaient permis au groupe de sortir la tête de l'eau, et d'entrevoir le futur avec un peu plus de sérénité, les investisseurs pensant alors que la cote de GameStop était sous-évaluée. Mais cela n'est en rien comparable avec les événements de ces derniers jours.

D'un côté, les boursicoteurs…

Ces derniers jours, des milliers d'investisseurs individuels, que l'on appelle des « boursicoteurs », ont racheté des actions du groupe GameStop en se coordonnant, ce qui a permis, en plusieurs dizaines d'heures, de faire grimper sa cote jusqu'à environ 500 dollars, soit un bond de plus de 1 800% en à peine un mois. Le 1er janvier, en effet, le cours de GameStop dépassait à peine les 17 dollars.

… de l'autre, les fonds spéculatifs

De l'autre côté, les hedge funds, ou fonds spéculatifs, misaient sur un titre à la baisse. C'est un point capital. Ces fonds d'investissement, qui amassent (empruntent) de l'argent auprès de grandes fortunes, n'ont qu'un seul but : gagner beaucoup d'argent en très peu de temps, et ce en jouissant d'une grande liberté, puisqu'ils ne sont pas soumis aux normes réglementaires traditionnelles, étant souvent situés dans des paradis fiscaux.

Bourse GameStop
Les boursicoteurs de Reddit et les fonds spéculatifs se rendent coup pour coup (© Google)

Le piège de la vente à découvert d'actions

Les fonds spéculatifs, dans le cas de GameStop, ont opéré ce que l'on appelle la vente à découvert d'actions, actions rattachées au détaillant. Ici, l'objectif est de vendre, à une date donnée, des actions que le fonds n'a pas encore achetées, et qu'il s'engage à livrer à une date ultérieure, en cherchant alors à les acheter à un prix plus faible que celui auquel elles ont été vendues.

Sauf qu'un obstacle (et un gros !) s'est cette fois dressé en plein sur la route de ces hedge funds à la moralité douteuse.

Si à la base, la vente à découvert des fonds d'investissement paraissait bien sentie, aucun d'entre eux n'a pu voir venir l'effet de massue. Et surtout aucun d'entre eux n'a pris en considération le pouvoir potentiel d'une communauté, se croyant sans doute à l'abri d'interventions humaines diverses autres que purement boursières.

Des fonds d'investissement, qui en paniquant, ont contribué à faire gonfler un peu plus le cours de GameStop

Grâce à certaines plateformes, réseaux sociaux et plus particulièrement au subreddit r/wallstreetbets , ou, WallStreetBets (WSB), des centaines et des centaines de petits investisseurs ont donc racheté des actions de GameStop, faisant rapidement augmenter le prix de l'action, à l'opposé total de la stratégie des fonds spéculatifs de vente à découvert.

Comme nous l'expliquions en début d'article, la stratégie des boursicoteurs a fonctionné. Les hedge funds, pris de panique, n'ont pas eu d'autre choix que d'improviser. Certains ont en effet couvert leurs positions pour essayer de limiter les pertes, tandis que d'autres, les fameux vendeurs à découvert qui empruntent des titres pour les vendre, ont dû s'empresser de racheter leurs actions, voyant mécaniquement les pertes grandir à mesure que le titre augmentait. Les actions se comptant en centaines de milliers voire en millions pour certains fonds, la revente accélérait alors la hausse de l'action.

GameStop_cropped_0x0

Certaines sources avancent des pertes dépassant les 13 milliards de dollars en janvier du côté des hedge funds, accusés d'être responsables de la crise financière des subprimes qui a frappé les États-Unis en 2007 et 2008. Le fonds spéculatif Melvin Capital a par exemple perdu 4 des 12,5 milliards de dollars d'actifs qu'il possédait au début du mois de janvier. Ce dernier a d'ailleurs accepté un peu dans l'urgence une aide d'autres fonds, Point72 et Citadel, de l'ordre de 2,75 milliards de dollars.

Les boursicoteurs ont-ils « tué le game »?

La première chose à retenir, c'est que la vente d'actions à découvert est à proscrire. Si elle est permise dans le système boursier américain (en France, il faut passer par un intermédiaire bancaire), elle est aujourd'hui peu courante, gardons les pieds sur terre, mais elle fait indiscutablement peser un danger extrême. Et cette fois, les fonds qui poussaient pour une baisse du titre de GameStop avant de se gaver sur son envolée ont eux-mêmes été les victimes d'une pratique qu'ils pensaient un minimum maîtriser jusqu'alors. Car au lieu de s'entendre (avec habileté et discrétion) pour faire directement monter le cours, ce sont des milliers d'anonymes et petits porteurs individuels qui se sont synchronisés, directement sur les réseaux sociaux, pour faire sauter le verrou, ou dit dans un langage boursier, faire « sauter les positions à découvert ».

Vous l'aurez compris, la démarche de la vente à découvert n'est pas nouvelle (Wirecard en fut un exemple récent). Ce qui est nouveau, c'est qu'elle a été apprivoisée par des acteurs que l'on n'attendait pas forcément sur ce terrain-là.

Les efforts des boursicoteurs, ces derniers mois, ne se sont pas limités à GameStop. Bien entendu, l'entreprise de jeux vidéo en est le symbole, puisque la communauté du gaming est particulièrement puissante, mais l'un des géants américains des médias, le groupe AMC, s'est aussi frotté les mains grâce aux petits investisseurs, en voyant son action bondir de 2 à 19 dollars en quelques jours, à la fin du mois de janvier. Un phénomène aussi connu par BlackBerry sur cette période.

Les plateformes ont bien tenté de contenir le mouvement. L'accès à WallStreetBets fut finalement limité un temps seulement, tandis que le Discord des boursicoteurs, banni pour contenus haineux, fut ensuite réhabilité, avec une modération plus stricte. Le cours, d'une volatilité difficile à suivre, a été suspendu à plusieurs reprises ces derniers jours, en raison notamment des actions menées « à la vue de tous » sur les réseaux sociaux, qui équivalent à une certaine manipulation du cours, mais que les USA ne se voient pas interdire puisque menées de façon individuelle.

Modifié le 05/02/2021 à 15h35
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
20
16
sandalfo
Quand les gros manipulent les cours ensemble, on ne dit rien.<br /> Quand les petits s’unissent pour faire face aux gros, on suspend les forums et le trading.<br /> Moralité, la bourse est un jeu fait pour les riches, il serait un comble que les pauvres veuillent s’en mêler.
SlashDot2k19
Les Hegde funds parasites de l’économie…
elminster44
Tout comme les supercalculateurs boursier, l’humain est capable de se surpasser pour faire du fric le plus vite possible sans se soucier des répercutions…
Theodri
Oui en gros il s’est passé ce qui se passe habituellement sur des périodes beaucoup plus longues et qu’on ait pas le temps de se rendre compte mais là c’était trop visible et les gens du milieux ont pris peur qu’on fasse les liens trop rapidement
MattS32
«&nbsp;Les fonds spéculatifs, dans le cas de GameStop, ont opéré ce que l’on appelle la vente à découvert d’actions, actions rattachées au détaillant. Ici, ils rachètent les actions à un prix très bas, pour les revendre plus tard à un prix plus élevé.&nbsp;»<br /> Non, acheter à un prix bas pour vendre plus tard à un prix plus élevé, ce n’est pas de la vente à découvert, c’est juste de la spéculation classique.<br /> La vente à découvert, ça consiste à vendre aujourd’hui, des actions qu’on n’a pas encore (d’où le «&nbsp;découvert&nbsp;»), en s’engageant à les livrer à une date future. Avec du coup l’obligation d’en acheter entre aujourd’hui et cette date future. Et en espérant bien sûr que le cours aura baissé d’ici là, pour pouvoir les acheter moins cher qu’on les a vendues.
cunlhaontz
C’est d’ailleurs ce qui est arrivé : les fonds ont VADé en pensant racheter plus bas.<br /> Mais l’achat coordonnée des boursicoteurs a fait monter le cours obligeant les fonds à solder leur position au prix fort d’où un effet d’emballement comme on en a connu avec le brut en 2020 (mais là dans l’autre sens).
Turd
MattS32:<br /> La vente à découvert, ça consiste à vendre aujourd’hui, des actions qu’on n’a pas encore (d’où le « découvert »), en s’engageant à les livrer à une date future. Avec du coup l’obligation d’en acheter entre aujourd’hui et cette date future. Et en espérant bien sûr que le cours aura baissé d’ici là, pour pouvoir les acheter moins cher qu’on les a vendues.<br /> C’est exactement ce qui s’est passé ,des (((spéculateurs))) se sont engagé à vendre des actions de GameStop pour disons 1$ tout en sachant que cette action allait baisser (disons 0,8$ ,le prix qu’ils allaient/croyaient payer).<br /> Des «&nbsp;boursicoteurs&nbsp;» ont fait en sorte d’augmenter la valeur de l’action (225US$ actuellement).<br /> Les (((spéculateurs))) étant dans l’obligation de vendre leurs actions leurs (((amis))) des autorités boursière sont venus à leurs rescousses pour annuler cette affaire ou du moins pour leurs éviter une perte colossale.
AlexLex14
C’est très juste, merci pour cette précision <br /> Effectivement, dans le cas de la VAD, on n’achète pas les actions, mais on pose des options sur des actions prêtées, jusqu’au moment fatidique. Et ça a sacrément bien marché ici <br /> À voir maintenant si les autorités américaines vont essayer de réguler la pratique, mais quand on sait à quel point tout le secteur de la tech subit une surenchère depuis plusieurs années, les conséquences pourraient être assez impressionnantes
Sans_Plot
Merci de l’explication, c’est beaucoup plus clair dans mon esprit à présent
MattS32
Il faudra forcément trouver une solution pour réguler la chose, parce que là, fondamentalement ce qui a été fait, c’est de la manipulation de cours, ce qui est illégal (d’où les blocages par certaines plateformes, qui ne savaient pas trop comment réagir face à ça et ont préféré tout couper…). Mais la façon de le faire était originale et nouvelle, et ça va être compliqué à encadrer et contrôler.<br /> Mais en même temps, si ça peut calmer les ardeurs de certains traders, c’est pas plus mal. Finalement la solution ça serait peut-être d’ailleurs d’interdire la VAD et toutes les autres méthodes d’achat autres que l’achat direct de titres avec livraison immédiate. Ça serait une grosse révolution, mais je pense que ça assainirai pas mal le marché…
AlexLex14
J’ai trouvé «&nbsp;amusante&nbsp;» la réaction de Discord : non, oui, non, oui, bon finalement oui mais avec modération.<br /> C’est clair que tout ça va créer une sorte de jurisprudence.<br /> Je suis d’accord avec toi, ça pourrait calmer les ardeurs de certains, installer une sorte de doute et reconsidérer la puissance potentielle d’une communauté vent debout contre des fonds.<br /> Pour l’interdiction de la VAD, ça résoudrait le problème, mais je vois venir de là un gros lobbying qui menacerait de faire péter pas mal de boites outre-Atlantique
Mel92
Ce n’est pas ((leurs amis)) qui sont venus à la rescousse, c’est le gendarme de la bourse car il est formellement interdit de s’entendre pour manipuler les cours, qu’on soit plein de petits ou quelques gros. Et dans le cas présent, c’est une manipulation de grande ampleur, qui va donc mériter une grande punition.<br /> Et si on parle des hedge fonds ici, ce n’est pas parce que c’est ((des méchants)) mais parce que GameStop est dans une mauvaise passe (contrairement à ce que dit l’article). Ils ont estimé qu’elle allait sinon mourir d’ici peu, ou au moins continuer à s’enfoncer, d’où le moyennage à la baisse.<br /> Parier à la baisse n’est pas plus immoral qu’à la hausse. Dans les deux cas, on achète et on vend du risque, ce qui est la base de la bourse (et aussi des banques, des assurances, des mutuelles etc etc.)
AlexLex14
Mel92:<br /> Et si on parle des hedge fonds ici, ce n’est pas parce que c’est ((des méchants)) mais parce que GameStop est dans une mauvaise passe (contrairement à ce que dit l’article). Ils ont estimé qu’elle allait sinon mourir d’ici peu, ou au moins continuer à s’enfoncer, d’où le moyennage à la baisse.<br /> Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi <br /> GameStop est dans une mauvaise passe, oui, mais l’entreprise a su attirer de nouveaux investisseurs ces derniers mois, et elle est en train de se réinventer, en bifurquant lentement mais sûrement vers ce qui lui faisait cruellement défaut il y a quelques années : la vente en ligne. On verra dans le temps si ça fonctionne, mais GameStop a parfaitement exploité l’engouement autour des consoles next-gen en augmentant ses ventes en ligne de 309% en fin d’année. Ventes en ligne qui, pendant les fêtes, correspondaient à 34% du CA de l’entreprise. Ce n’est pas rien.<br /> Je ne préfère pas les enterrer trop vite, au contraire
Mel92
C’est vrai, peut-être GameStop va-t-elle survivre ou même peut-être prospérer. Mais lorsque des hedge fonds commencent à miser à la baisse, ce n’est pas bon signe. Les gestionnaires de fonds sont des professionnels qui savent en général ce qu’ils font (ils ont intérêt d’ailleurs).
Atlas_78
Risqué !! . À moins d’avoir les bonnes infos… . Il est vrai qu’on ne parle jamais de délit d’initiés, mais seulement de bons carnets d’adresses.
Adavo
Pour aller plus loin : https://youtu.be/EGs5kYYw6d8<br /> Wall Street gagne toujours.
Njbx
Il y a plusieurs phénomènes qui commencent à émerger dans le monde du jeu vidéo et qui menace directement ce type de société.<br /> Nous avons tout d’abord l’augmentation du débit Internet qui ne cesse de croître grâce à la fibre et à la 5G, ce qui encourage les consommateurs à acheter une version digitale du jeu.<br /> Nous avons aussi des consoles sans lecteur disque qui commence à faire leur apparition.<br /> La vente en ligne n’est plus une garantie de survie à cause de l’extrême concurrence.<br /> Pour le marché d’occasion qui subsiste, les consommateurs préfèrent utiliser des sites en ligne pour vendre leurs jeux eux-mêmes.<br /> Pour finir le cloudgaming n’arrange pas les choses…<br /> Bref, l’étau se resserre pour Gamestop…
pecore
Il est toujours délicat de définir ce qui est moral ou immoral. Disons que parier sur la baisse d’un titre et donc la mauvaise santé d’une entreprise est plus cynique qu’immoral et à ce titre ne devrait pas être encouragé. En revanche, encourager la baisse d’un titre pour pouvoir bénéficier de cette baisse est immoral car on cause du tort à l’entreprise, à ses salariés et aux actionnaires qui ont investi de manière «&nbsp;classique&nbsp;».<br /> A titre personnel je suis d’accord pour dire que la VAD devrait être interdite parce qu’elle flirte tout de même beaucoup avec la limite de la décence et de la malhonnêteté.
molotofmezcal
Ca apporte surtout aux hedge funds qui eux vont suivrent le cours sur le moyen/long terme … même en perdant sur le coup, ca ouvre encore plus de possibilités spéculatives pour eux, encore plus facilement prévisibles et sur de plus grandes et rapides variations. Enfin je ne suis pas un expert, mais c’est ce que je me dis à première vue…<br /> D’autant qu’ils vont garder en mémoire ce modèle et agir ensuite en conséquences.
fg03
Non je crois au contraire que la Bourse est rentré dans l’ère du «&nbsp;Panem et Circenses&nbsp;» cad que les gens de toutes CSP vont pouvoir investir leurs maigres économies ou leur fortune motivés tantôt par l’esprit de Robin des bois, de l’écolo warrior ou de l’ultracapitaliste… à chacun son avatar, mais toutes les consciences pourront s’y cotoyer alors qu’avant il n’y avait qu’un seul profil les gros poissons, voire un 2e profil, les petits qui se faisaient défoncer (exemple Eurotunnel, EuroDisney) et pleuraient que l’on ne l’y reprendraient plus.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Les États-Unis approuvent un traitement fondé sur la réalité virtuelle pour soigner l’amblyopie
NVIDIA lance GeForce Now RTX 3080, pour du cloud gaming en 1 440p à 120 fps
Une vulnérabilité critique découverte dans un langage de programmation utilisé pour des mods de jeux vidéo
Les gens sortent moins malgré la fin du confinement, et le marché du jeu vidéo en profite
Nintendo Switch OLED : la nouvelle console est moins chère aujourd'hui chez Amazon
Locus-Mate participe à la mode du revival des bornes d’arcade
Monde virtuel, concerts et jeux : deadmau5 lance Oberhasli, soutenu par Epic Games
Mighty Final Fight : l'opus NES qui a pastiché le célèbre beat'em all de Capcom
DC FanDome 2021 : les annonces qu'il ne fallait pas manquer
Switch OLED : la Fnac casse le prix de la console Nintendo avant même le Black Friday 🔥
Haut de page