Interview Opera : un nouveau navigateur attendu en automne

03 juin 2016 à 13h28
0
Depuis quelques années, Opera travaille sur son navigateur de nouvelle génération basé sur le projet Chromium. Depuis, plusieurs navigateurs alternatifs ont vu le jour, mais la société maintient sa stratégie et dispose toujours d'une base d'utilisateurs fidèles.

Où en est Opera Software aujourd'hui, quelle est la vision de l'entreprise sur le long terme ? Krystian Kolondra, vice-président de l'ingénierie et responsable du développement de la version desktop du navigateur a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

En 2006, l'homme a créé la division Recherche et Développement au sein de la société en Pologne où il est désormais responsable des activité du pays. En 2013, Krystian Kolondra a surtout été chargé de faire table rase des moteurs de rendu et d'exécution Javascript Presto et Carakan conçus en interne pour concevoir la nouvelle version du navigateur.


035C000008462280-photo-krystian-kolondra.jpg


Combien de personnes travaillent chez Opera aujourd'hui ?

Krystian Kolondra : Au total je dirais que nous sommes environ 800, mais il y a aussi les employés d'Opera Media Networks chargés des activités publicitaires.

Quelle est votre base d'utilisateurs actuelle ?

K.K : Au total, nous avons 350 millions d'utilisateurs et depuis deux ans, ces derniers ont migré depuis les feature phones vers les smartphones Android. Sur les PC, nous comptabilisons 60 millions d'internautes et environ 10 millions de personnes utilisent Opera Max. Notre base se développe désormais davantage vers les marchés de l'Ouest plutôt que dans les pays en voie de développement.

Où en est la procédure de rachat par des fonds d'investissement chinois ?

K.K : Nous n'avons pas encore été officiellement rachetés. Nous attendons les approbations des gouvernements américains et chinois. Ce que je peux dire c'est que ça serait bien d'avoir ces investisseurs afin de repousser nos stratégies. Lorsque nous aurons ces feux verts, alors il y aura une décision finale qui sera votée sur ce rachat. Voilà la situation aujourd'hui.

Google fait son chemin avec les Chromebook. Si a priori ce rachat vous permettra de vous rapprocher des fabricants chinois, l'idée d'un « Operabook » vous séduit-elle ?

K.K : Ça serait très tentant d'avoir un Operabook. Mais nous devons nous concentrer sur ce qui est le plus important pour nous et nous ne sommes pas des fabricants. Nous continuerons à travailler sur les navigateurs. En ce moment nous investissons dans l'intelligence artificielle. Nous souhaitons intégrer ces technologies directement dans le navigateur. L'idée est de retourner la bonne fonctionnalité ou le contenu pertinent à la bonne personne et au bon moment.

035C000008462300-photo-opera.jpg


Pourquoi avez-vous choisi de baser Opera sur Chromium et non pas Gecko ?

K.K : Lorsque nous avons réfléchi au sujet, nous nous sommes dit que WebKit était déjà devenu le standard sur mobile. Or le moteur de rendu Blink étant un fork de WebKit, nous avons opté pour Chromium.

Entendez-vous réintroduire toutes les fonctionnalités autrefois présentes au sein d'Opera Classic ?

K.K : Depuis 20 ans, le Web a évolué. Le poids des pages s'est considérablement alourdi et le navigateur se transforme un peu en système d'exploitation. Nous pensons que d'ici 2020, 80 à 85% des terminaux seront mobiles. Aujourd'hui, le PC est principalement utilisé au travail et les besoins des gens vont changer.

Les tentatives de piratage vont augmenter. Il faudra donc assurer la vie privée et la sécurité des internautes. C'est ce que nous faisons avec l'insertion d'un VPN. Je pense qu'à l'avenir tous les navigateurs disposeront d'un VPN. Aussi, à l'ère de la mobilité, nous souhaitons optimiser l'autonomie des appareils, d'où le blocage publicitaire.

Nous avons déjà presque toutes les fonctionnalités d'Opera Classic comme les gestuelles de la souris. Nous nous concentrons plutôt sur le multi-tâche comme le pop-out des vidéos.

Toutes les options d'Opera Classic ne sont pas pertinentes aujourd'hui et il existe des extensions vous permettant de les retrouver, par exemple si vous êtes un programmeur.


Que pensez-vous des travaux de Jon von Techzner portés au sein de Vivaldi ?

K.K : C'est juste un navigateur de plus comme on en voit tous les ans, il y a Brave aussi. Je pense que c'est bien de voir ces navigateurs, ça favorise l'innovation. Avec Vivaldi, la cible est toutefois un peu différente. Vivaldi touche les gens qui veulent modifier l'interface utilisateur. C'est vrai qu'il y a des personnes qui veulent ça. Mais selon nous, les avancées ne sont pas forcément techniques. Ce que nous voulons, c'est que vous puissiez faire plus de choses sur Internet.

035C000008462314-photo-opera.jpg


En mars, Håkon Wium Lie laissait suggérer qu'Opera Software planchait sur un nouveau navigateur, pourriez-vous nous en dire un peu plus ?

K.K : Ce navigateur sera lancé ou présenté dans le courant de l'automne. Ce dernier sera centré sur le multitâche et particulièrement pour les écrans multipoints. Nous souhaitons mettre en place une alternative pour les PC tactiles, mais il sera toujours possible d'utiliser la version normale d'Opera.

Il y aura beaucoup de travail sur l'aspect visuel de l'application avec des animations. En ce sens, cela se rapprochera de Coast mais cela ne se fera pas au détriment des fonctionnalités pour les utilisateurs les plus avancés.

Enfin, quid d'une application universelle pour Windows 10 ?

K.K : Nous réfléchissons à cela mais même si l'application peut fonctionner partout, cela n'a pas trop de sens sur un smartphone parce que l'interface utilisateur ne fonctionne pas vraiment bien. C'est intéressant techniquement mais pas forcément approprié sur tout l'éventail des appareils.

Je vous remercie

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top