Conker, Donkey Kong Country, GoldenEye 007 : l’(extraordinaire) époque des jeux RARE (Hors-série)

Stéphane Ficca
Spécialiste hardware & gaming
17 août 2020 à 10h20
13
RARE collection jeux

Dans les années 90, à une époque où YouTube, les influenceurs et autres réseaux sociaux n’existaient pas, il fallait souvent s’en remettre à son flair (ou à sa bonne étoile) pour dénicher la perle rare parmi les nombreux jeux exposés alors en grandes surfaces. A défaut de bouche à oreille ou de jaquette aguicheuse, un simple éditeur/développeur était parfois un sérieux gage de qualité. Parmi ceux-ci, Nintendo bien sûr, mais aussi Capcom ou Konami, sans oublier un certain RARE.

Aux antipodes de la bataille des téraflops, de la 4K et des 60 fps, NEO•Classics vous propose un retour vers les origines du jeu vidéo. Du titre 2D en gros pixels au moins lointain jeu à la 3D hésitante, cette chronique vous invite à (re)découvrir les pépites vidéoludiques qui ont ouvert le monde au 10e art...

Battletoads

Au début des années 90, alors que RARE a déjà édité de très nombreux jeux (Marble Madness, Cobra Triangle, Captain Skyhawk, Super Off Road, Snake Rattle n’Roll…), les joueurs NES et GameBoy découvrent l’étonnant Battletoads. Un beat’em all à l’univers déjanté, permettant d’incarner des crapauds mutants.

Battletoads

La saga, tout comme RARE, s’attire rapidement un vrai capital sympathie, et celle-ci est déclinée plus tard sur MegaDrive, sans oublier un crossover avec une autre licence phare de l’époque : Double Dragon.

Battletoads

La saga Battletoads s’achève en 1994 avec Super Battletoads en Arcade, mais sera de retour dans quelques jours sur Xbox One avec un tout nouvel opus (forcément) très attendu.

Donkey Kong Country

Lancé en fin d’année 1994 sur Super Nintendo, Donkey Kong Country fait l’effet d’une véritable bombe, avec des graphismes absolument hallucinants pour l’époque.

Donkey Kong Country

Un jeu qui adopte une technologie de « pré-rendu 3D », qui a nécessité l’acquisition de plusieurs stations Silicon Graphics, les mêmes que celles employées par les productions hollywoodiennes de l’époque.

Donkey Kong Country

Un jeu qui fait aujourd’hui figure de classique parmi les classiques, et que l’on prend toujours un pur plaisir à parcourir, encore en 2020. Pour la petite histoire, en Amérique du Nord, Donkey Kong Country est sorti le même jour que le 32X de SEGA, avec les conséquences que l’on connait pour le module de la Mega Drive.

Killer Instinct

En 1994, les amateurs de bornes d’arcade découvrent un tout nouveau jeu de combat : Killer Instinct .

Killer Instinct © Rare

Un jeu là encore révolutionnaire pour l’époque, avec son lot de personnages ultra charismatiques, et une ambiance à tomber à la renverse, à base de fatalités à la Mortal Kombat et de C-C-C-C-Comboooo Breaker !

Aussi étonnant que cela puisse paraître, de ses prémices à la conception de la borne qui accueillera le jeu, Killer Instinct aura nécessité une petite dizaine de mois de développement seulement.

Killer Instinct

Un jeu décliné à la rentrée 1995 sur Super Nintendo, sur une inoubliable cartouche noire, et qui permettait de retrouver (toutes proportions gardées évidemment) toute l’expérience arcade à la maison.

GoldenEye 007

1997, Nintendo lance sa toute nouvelle console, la Nintendo 64. Pour accompagner sa nouvelle machine et sa manette si particulière, les joueurs pouvaient découvrir GoldenEye 007, adaptation vidéoludique du film James Bond éponyme.

Goldeneye

Un FPS au réalisme impressionnant (à l’époque), encensé pour son mode solo captivant, mais aussi (et surtout) pour son mode multijoueur à quatre en écran scindé. Ecoulé à plus de 8 millions d’exemplaires, il s’agit du troisième jeu Nintendo 64 le plus vendu, derrière qui vous savez.

goldeneye-n64

A noter qu’à l’origine, GoldenEye 007 était un jeu de plateforme prévu sur Super Nintendo. Il a ensuite évolué vers le rail shooter, avant de devenir le FPS que l’on connait tous.

Banjo & Kazooie

En 1998, RARE est de retour, toujours sur Nintento 64, avec cette fois un tout nouveau jeu de plateformes mettant en scène l’ours Banjo et l’oiseau Kazooie.

Banjo Kazooie

Un jeu de plateformes en 3D, alors comparé à Super Mario 64, qui connait un vrai succès, aidé par son univers très coloré, sa bande-son et l’aura alors resplendissante des studios RARE.

Banjo Kazooie

Un jeu acclamé par la critique de l’époque, soulignant notamment sa technique, mais pointant du doigt certains soucis de caméra, certains magazine allant même jusqu’à affirmer que le jeu « surpasse largement » Super Mario 64.

Perfect Dark

Au début de l’été 2000, les joueurs Nintendo 64 (encore eux !) peuvent faire l’acquisition d’un nouveau FPS : Perfect Dark.

Perfect Dark Nintendo 64

Après GoldenEye 007, RARE se remet donc au FPS, avec une version améliorée du FPS tiré de la licence James Bond, permettant d’incarner Joanna Dark.
Pour beaucoup, il s'agit là d'une « suite non officielle » de GoldenEye.

Perfect Dark

Un Perfect Dark qui nécessitait alors le célèbre RAM Pack pour profiter d’un affichage haute résolution (640 x 480 pixels) et de l’intégralité du jeu. En 2005, RARE lancera une préquelle, figurant au line-up de la Xbox 360, avec Perfect Dark Zero.

Conker's Bad Fur Day

D’abord lancée sur GameBoy avec le jeu Pocket Tales, la licence Conker connait la gloire, le stupre et la notoriété avec un épisode Nintendo 64 mémorable, lancé en 2001.

Conker

Un titre assez inclassable permettant d’incarner Conker, un écureuil alcoolique, vulgaire et violent, qui tente de rentrer chez lui après une soirée trop arrosée.

Conker

Magré son côté « mignon », Conker’s Bad Fur Day est un jeu pour adultes, bourré de violence, d’humour potache et d’éléments sexuels, sans oublier un incroyable sens de la parodie. Un titre qui a eu les honneurs d’un « remake » en 2005 sur Xbox, avec l’opus Live and Reloaded.

Starfox Adventures

En septembre 2002, RARE délaisse Nintendo pour tomber dans les bras musclés de Microsoft (contre 377 millions de dollars, soit 49% du capital). Tous les jeux prévus alors sur GameCube sont annulés… à l’exception de StarFox Adventures, lancé à la toute fin de l’année 2002 sur la console de Big N.

Starfox Adventures

Un jeu qui faisait suite à Starwing sur Super Nintendo et LylatWars sur Nintendo 64, mais avec une toute nouvelle formule, proche d’un Zelda 3D. Dans StarFox Adventures, Fox McLoud est envoyé sur Dinosaur Planet, et va devoir venir au secours de la renarde Krystal.

Starfox Adventures

A noter que StarFox Adventures était prévu initialement sur N64, sous l’appellation Dinosaur Planet, et ne contenait alors aucun lien avec la licence StarFox.

Starfox Adventures

Un titre magnifique pour l’époque, qui scella en beauté la fin de la collaboration étroite entre RARE et Nintendo.

Kameo: Elements of Power

Au lancement de la Xbox 360, les joueurs ont non seulement pu découvrir Perfect Dark Zero, mais aussi un énigmatique Kameo: Elements of Power. Un jeu original, permettant d’incarner la petite elfe Kameo, capable de se transformer en faisant appel à divers éléments (feu, terre, glace…).

Kameo

Un titre original, très coloré, et qui faisait la démonstration de la puissance de la nouvelle Xbox 360 avec des décors fouillés, un rendu de l’eau époustouflant, mais aussi de très nombreux ennemis affichés à l’écran.
Bref, de quoi inciter de nombreux joueurs à passer à la "next gen" de l'époque !

Kameo

A noter que Kameo était initialement prévu sur GameCube, avant d’être porté quelques années plus tard sur la console de Microsoft.

Et RARE aujourd'hui alors ?

Au début des années 2000, après avoir été (en partie) racheté par Microsoft, RARE se spécialise dans l’adaptation de jeux sur GameBoy Advance, sans oublier bien sûr d’alimenter la catalogue Xbox. La firme proposera notamment l’étonnant Grabbed by the Ghoulies sur Xbox, Perfect Dark Zero au line-up de la Xbox 360, sans oublier Viva Pinata en 2006, ainsi qu’une « suite » de Banjo & Kazooie en 2009 avec Nuts and Bolts.

Sea of Thieves

On se rappelle aussi (ou pas) des titres compatibles Kinect, avec la saga Kinect Sports, sans oublier sur Xbox One le retour de Killer Instinct, la compilation RARE Replay et le plus récent Sea of Thieves .

Battletoads

Dans quelques jours, c’est Battletoads qui sera de retour sur Xbox, et un certain Everwild est attendu sur Xbox Series X.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
14
Nissart
Quel souvenir ce Goldeneye sur la N64 ! Incroyable les aprems avec les copains dans le mode multijoueurs qui était vraiment exceptionnel pour l’époque
wackyseb
Rare est l’un des meilleurs éditeurs de sa génération. Pour moi c’est killer instinct et la serie donkey kong qui m’aura le plus marqué.<br /> N’ayant pas eu golden eyes à l’epoque (j’ai zappé la génération nintendo 64 pour passer de la Snes à la PS1 ).
stbx00
Même si youtube et les influenceurs n’existaient pas il y avait quand même une presse mag. assez présente pour orienter nos choix plutôt que de s’en remettre à son flair ou à la chance (surtout qu’à l’époque mon budget était très limité, aucune erreur d’achat n’était envisageable !).
SlashDot2k19
Golden Eye, quel pied ce jeu!<br /> Avec les tirs qui sont localisés, tellement novateur à l’époque.
vince974
Tout à fait d’accord, d’autant que je n’ai jamais passé une seule seconde à regarder un influenceur et je m’en sors très bien
icejedi
Certes la N64 avait rarement l’air à la hauteur des capacités graphiques de la PS1, mais elle était de la même génération, et même théoriquement faite pour surpasser la console de Sony… Juste que l’utilisation maximale des capacités graphiques était un casse-tête sans nom.
Remi_Sireau
GoldenEye bizarrement ma fait basculer sur PC car j’ai adoré ce FPS et je voulais une meilleure expérience et depuis je n’ai plus u de console !
wackyseb
Les jeux étaient incomparablement meilleurs sur PS1, les licences gran turismo, final fantasy, ridge racer, destruction derby, teken, metal gear solid, crash bandicoot, tomb raider, soul edge, wipeout, battle arena toshiden, bloody roar, etc…<br /> Alors oui j’ai joué à certains jeux N64 via émulateur des années après et c’est vrai qu’il y avait de bonnes pépites mais c’est comme la guerre Sony-Microsoft, chacun choisi son camps.<br /> La PS1 a été ma dernière console avant de basculer sur PC et les FPS jouable au clavier-souris.<br /> Je me suis pris le dernier Killer instinct sur PC quand il est sorti. Que du bonheur. Dommage que l’optimisation ne soit pas bonne, et que ce soit un jeu UWP, c’est vraiment pas terrible cette plateforme microsoft. Le seul jeu vraiment bien sur cette plateforme microsoft c’est la serie des Forza qui sont bien optimisés sinon c’est rarement de bons jeux. Dommage, il y a du potentiel.
Mr_Fi
Pareil, ça m’avait bluffé à l’époque ^^
dredd
Fallait avoir un sacré problème de vue pour ne pas voir en deux seconde que les capacités graphiques de la N64 étaient supérieures dans quasi tous les domaines à la PS1. Ce qui a plombé le rendu c’est surtout sa sortie composite pourrie. Même le brouillard n’était pas un vrai problème parce que sur PS1, c’est pas parce que la console était incapable d’en afficher que le popping ultra tardif et les décors invisibles à plus de 5 mètres n’étaient pas la norme. Sauf que sur PS1, c’était direct un beau fond noir avec rien ou le bitmap de fond de décors.<br /> Le problème des filtrages de textures etc c’est que si la texture est en basse résolution, ben si les artistes sont un peu des branques, ça fait des gros pâtés. C’est plus un problème de graphiste que de technique.<br /> Perso j’avais aussi saute le pas de le SNES à la PS1 lassé d’attendre la N64, surtout avec Resident Evil qui sortait. Il n’empêche que les bons jeux N64 au niveau technique étaient au dessus de la PS1 et le contraire aurait été étonnant vu le hardware. Les cinématiques ne font pas tout heureusement. Mais le filtrage de textures non plus bien heureusement. La PS1 abrite un paquet ahurissant de hits dans tous les domaines, et la technique reste secondaire.
k43l
Les gars faite pas une guerre des consoles sur des consoles qui font maintenant partie de l’histoire notable du jeux vidéo.<br /> PS1 et N64 était deux consoles incroyable. Même si techniquement la console de nintendo était plus puissante, le support utilisait était limitant par rapport à la PS1, ce qui a permis de mieux exploiter cette dernière.<br /> Pour répondre à un autre commentaire, oui avant il y avait les magazines, mais personnellement c’était pas tout le temps que je pouvais en avoir. On consultait quand on pouvait directement dans les librairies quand ça existait encore…<br /> Mais comme dit en intro, y’avait des valeurs sur. EA, capcom, konami, namco, rare et nintendo, tu étais dans les valeurs sur de l’époque.<br /> Enfin pour revenir au sujet de l’article, Rare c’était les jeux must have à avoir sur nintendo. A part conker bad fur day j’ai connu tout leurs jeux sur les consoles de big N.<br /> Et sur tout les jeux j’y ai passé des heures et des heures.<br /> C’était des sensations et des découvertes qui sont désormais difficle à avoir de nos jours je trouve.<br /> Dommage que Rare n’a pas su garder cette flamme de créativité sur les consoles de microsoft et surtout cette productivité presque au point mort.<br /> Espérons qu’avec les nouveaux objectif de microsoft sur la sortie de jeu plus récurrente il soit un peu plus productif.
Blues_Blanche
Que de souvenirs et bons jeux.<br /> Ca a mal tourné quand ils sont passés sur XBox.
Urleur
et ouais dommage pour eux, la chute fut la sortie de leur jeux de pirate vide de contenus.
icejedi
Prend côte à côte des jeux PS1+N64 tel que je ne sais plus lequel de F1 : sur PS1, t’as des textures, plein de logos de sponsors, etc. Sur N64 par contre ça ressemblait plutôt à un jeu 32X ou Jaguar tellement c’était moins détaillé…
dredd
Ce n’est pas dû à la technique moins bonne de la console mais à la pingrerie de l’éditeur qui a privilégié une cartouche plus petite et moins chère, à la pingrerie de Nintendo qui se gavait trop sur les ventes de cartouches vierges et aux développeurs chinois sous payés qui n’avaient pas le temps, les ressources et les capacités pour pondre des algo de compression puissant et rapides. Le résultat ce sont des textures en très basses résolution et moins nombreuses. Ils existent heureusement bien plus d’exemples du cas inverse.<br /> Il y a des jeux dont la 3D était bien plus réussie sûr Saturn que sur PS1. Il suffisait que le projet ne soit pas filé aux mêmes studios et ça pouvait arriver.
icejedi
Relit les messages, je ne dit pas que la technique était moins bonne, au contraire, je reprend ceux qui croient qu’elle est d’une génération entre la S-Nes et la PS1
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

General Motors redépose la marque E-Ray : une Corvette électrique à venir ?
Poietis : la startup française de bio-impression 3D relance une campagne de financement participatif
La Lune est plus jeune que ce qu'on avait estimé jusqu'à présent
Zelda Skyward Sword : la version Deluxe sur Nintendo Switch pour Noël ?
L'étoile la plus rapide jamais vue se déplace à 8% de la vitesse de la lumière
La GDC 2021 sera un événement hybride proposant un programme réel et virtuel
Les ingénieurs de Tesla ont fait des progrès importants sur les batteries de nouvelle génération
Les transactions en Bitcoin représentent les deux tiers de la consommation énergétique des cryptomonnaies
Tesla veut faire payer la charge à destination
Neo Geo MVSX : un mini-meuble arcade avec 50 jeux intégrés
Haut de page