Sophos met en garde contre une fausse enquête qui se propage sur Twitter

03 mars 2011 à 12h15
0
L'éditeur Sophos met en garde les utilisateurs de Twitter contre une nouvelle menace qui circule sur la plateforme, sous la forme d'un sondage.

Nommé « 11.6 hours survey scam » par Sophos, cette escroquerie se propage rapidement sur le site de microblogging par l'intermédiaire d'un lien attaché à un tweet, toujours le même : « I have spent 11.6 hours on Twitter. How much have you? Find out here: », que l'on peut traduire par « J'ai passé 11,6 heures sur Twitter. Et vous ? Découvrez-le ici ».

04054650-photo-twitter-11-6h.jpg

L'utilisateur est ainsi convié à cliquer pour découvrir combien de temps il a passé sur le site, ce qui n'arrive bien entendu jamais puisque le lien, qui utilise le service d'url raccourcie bit.ly, renvoie sur une application qui va, d'une part, demander à l'utilisateur de s'inscrire sur des sites publicitaires, et d'autre part retweeter automatiquement prévenir.

L'éditeur rapproche le fonctionnement de ce type d'escroquerie à celles que l'on trouve souvent sur Facebook, mais souligne qu'elles sont beaucoup plus rares sur Twitter. Selon Sophos, la propagation est en train de freiner mais certaines variations ayant fait leur apparition, il recommande aux utilisateurs de Twitter d'être prudents avec les applications qui nécessite une connexion au compte de la plateforme.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
scroll top