Piratage : les extensions de Kodi ferment une à une

08 juin 2017 à 15h10
0
Les utilisateurs du lecteur multimédia libre Kodi ont la mauvaise surprise, depuis quelques jours, de voir certains add-ons fermer leur service. Ce sont essentiellement des extensions utilisées pour regarder illégalement des films et séries protégées par le droit d'auteur, mais d'autres seraient également concernées. Ce vent de panique aurait pour origine une plainte déposée aux Etats-Unis.

Comme le signalait le site TorrentFreak le 5 juin 2017, l'opérateur satellite Dish Network a porté plainte pour violation du droit d'auteur contre deux extensions de Kodi. Depuis, c'est la Bérézina chez les développeurs.

Une plainte pour violation de droits d'auteur contre des extensions pirates

Le lecteur multimédia libre Kodi bénéficiait d'une zone de non-droit : il permettait à des tiers de développer des extensions et certains en ont profité pour fournir des services de VOD et streaming illégaux, un peu comme le propose PopCorn Time. Une situation qui a duré longtemps, mais qui semble être terminée depuis la plainte par Dish Network contre une de ces extensions, Zem TV, et contre la plateforme TVAddons.


Zem TV permettait à ses utilisateurs de regarder des chaînes de l'opérateur satellite Dish Netwotk gratuitement, donc sans payer l'abonnement. Une claire violation du droit d'auteur qui n'a, semble-t-il, pas plu au groupe. Avec cette plainte, qui englobe également la plateforme de téléchargement d'extensions pour Kodi TVAddons, Dish Network vise à obtenir 150 000 dollars de dommage et intérêts auprès de chacun des accusés.

01F4000008709828-photo-kodi-les-meilleurs-extensions-pour-le-meilleur-des-media-centers.jpg


Les extensions disparaissent les unes après les autres

La décision d'attaquer en justice Zem TV et TVAddons semble avoir créé la panique chez les développeurs d'applications tierces pour Kodi : un grand nombre d'extensions permettant de faire un usage illégal du lecteur multimédia ont fermé leurs portes, selon Torrentfreak. C'est le cas de Cosmix ou encore Echo Coder, mais la liste s'allonge de jour en jour.


Les développeurs, pour la plupart bénévoles, semblent avoir peur qu'une plainte ne les vise à leur tour. Les dommages et intérêts que pourrait leur réclamer Dish Network, mais également tout autre ayant droit qui déciderait de saisir la justice, sont sans aucun doute une bonne raison d'arrêter l'aventure.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top