AdBlock Plus finaliserait un navigateur pour Android

01 juin 2018 à 15h36
0
La société Eyeo GmbH, qui édite l'extension AdBlock Plus, pourrait lancer cette semaine un navigateur pour le système Android.

Alors que le marché de la publicité se tourne vers le mobile, l'éditeur allemand Eyeo envisagerait de porter sa technologie sur le système Android. Sur ce dernier, l'équipe avait publié une application AdBlock Plus dédiée, laquelle est passée en version 1.0 finale au mois de novembre 2012.

Elle permet pour rappel de bloquer les publicités mobiles, les vidéos sponsorisées, les bannières, les notifications ou même les publicités présentées en HTML5. Toutefois son installation s'avère un peu compliquée puisqu'il faut un terminal rooté et, de surcroît, le dispositif ne fonctionne pas avec les sites Internet chiffrés par une connexion SSL.

0226000008042360-photo-adblock-plus.jpg


Selon le site FavBrowser, l'éditeur aurait désormais pris le parti de concevoir son propre navigateur, qui verra le jour ce mercredi, et pourra donc être configuré par défaut sur Android. Précédemment, certains rapports spéculaient sur l'arrivée d'une application pour iOS mais celle-ci n'a jamais vu le jour.

Un modèle économique controversé

Le modèle économique d'AdBlock Plus continue de faire polémique. L'éditeur explique qu'il ne bloque pas les publicités lorsqu'elles sont jugées acceptables par sa communauté. La société fait payer les entreprises dont le modèle économique repose sur la publicité pour s'inscrire sur une liste blanche.

Interrogé par nos soins en juillet 2013, un porte-parole d'AdBlock Plus précisait que cela ne garantissait pas pour autant leur ajout automatique à cette liste d'exclusion : « C'est toujours la communauté qui a le dernier mot et vérifie que les publicités sont conformes à la politique publicité acceptable d'Adblock Plus ». Google, Microsoft ou Amazon notamment ont participé au financement d'AdBlock Plus.

08040026-photo-publicit-mobile.jpg


Les opérateurs mobiles s'en mêlent

Outre la pression d'AdBlock Plus, les annonceurs - et donc les sites internet reposant sur un modèle publicitaire - pourraient également avoir une pression directement exercée par les opérateurs mobiles en Europe. En effet, pour les compagnies téléphoniques, les sociétés de médias et les régies publicitaires devraient participer au financement des infrastructures réseaux qu'ils utilisent au quotidien pour développer leurs modèles économiques.

Selon un récent rapport du Financial Times, plusieurs opérateurs européens auraient prévu de bloquer les publicités sur leurs réseaux mobiles via l'installation d'un logiciel spécifique. Une manière de faire pression et d'entamer des discussions comme Free a pu le faire avec Google. Des millions de mobinautes pourraient ainsi surfer la Toile sans pub - hormis celle de type native - avant la fin de l'année.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
L'Ukraine dans le noir à cause d'un virus informatique ?
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page