Les néobanques se démocratisent, mais ne gagnent pas (encore) d'argent

11 octobre 2018 à 06h01
4
Banque

Les banques en ligne sont apparues dans le paysage financier depuis plusieurs années, et côtoient désormais les réseaux bancaires dits « traditionnels ». L'engouement rencontré par les néobanques leur permet de se démocratiser... mais leur modèle économique reste encore fragile.

L'ACPR - l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution - a mené une étude sur les modèles d'affaires des néobanques.

6,5% des français clients des banques en ligne

On y apprend notamment que 6,5% des français sont aujourd'hui clients des banques en ligne, et surtout un tiers des conquêtes client ont été réalisées par ces nouveaux acteurs en 2017. La performance de ces néobanques sur le plan commercial est donc excellente, car du statut de solution complémentaire et confidentielle, les banques en ligne émergent comme réponse pour le grand public.

Une conquête liée notamment au fait que certaines de ces banques sont des filiales de grands groupes, qui leur apportent une assise financière mais également des outils de promotion puissants. C'est le cas par exemple avec BforBank (groupe Crédit Agricole), Boursorama (groupe Société Générale) et Fortuneo (groupe Crédit Mutuel).


Un modèle économique en construction

L'étude menée par l'APCR s'attarde sur le modèle de rémunération des banques en ligne. Ainsi, on y apprend que « les incertitudes restent nombreuses quant à la capacité des nouveaux acteurs bancaires à construire un modèle d'affaires rentable ». Avec la concurrence du secteur bancaire traditionnel qui a retrouvé des couleurs et a entamé sa transformation numérique, les banques en ligne doivent se défendre. Et elles ne sont que très peu à dégager des résultats positifs.

Le revenu net moyen par client est de 138 € pour les banques en ligne. Cela s'explique notamment par le fort pourcentage de clients inactifs (14 %) et le faible taux de clients qui choisissent la banque en ligne comme banque principale (seulement 23 %). De plus, on apprend que les dépenses en service clientèle et marketing sont plus importantes dans les établissements en ligne, et que les offres commerciales de bienvenue viennent plomber les marges.

Le rapport précise que de nombreux établissements sont encore en phase de lancement ou de croissance, et que la moitié d'entre eux vise la rentabilité à l'horizon 2020. Pourtant, le marché français est déjà très bien occupé. La croissance peut-elle y être suffisante pour améliorer les performances financières ?

Le rapport complet de 19 pages est à télécharger sur le site de l'ACPR : étude sur les modèles d'affaires des banques en ligne et des néobanques.

Est-ce vraiment si avantageux de quitter ma banque traditionnelle pour une solution 100% en ligne ?

Modifié le 18/12/2018 à 14h57
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
0
madforger
Quoi que l’on en dise on préférera toujours un guichet à une appli…
Tognopop
Parle pour toi
Altdorf
Moi je suis très content de ma banque en ligne. Les conseillers sont bien plus facile à joindre et plus disponibles que mon ancienne conseillère. En plus ça m’énervais de devoir me déplacer à chaque fois que mon ancienne conseillère avec une nouvelle offre commerciale à me faire (d’ailleurs je ne me déplaçait pas lol). Et je ne parle pas des frais!
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Les scientifiques créent de la «vie artificielle» grâce à un ordinateur quantique
EDF veut être le leader européen de la fourniture de courant aux véhicules électriques
Espace : une mystérieuse onde radio étonne les chercheurs
Amazon aurait utilisé (et abandonné) un outil de recrutement sexiste
Avec ses puces, Huawei ambitionne de concurrencer Qualcomm et Nvidia
Soundcloud Premier : comment les indés vont (enfin) pouvoir gagner de l'argent
Google+ : la faille qui n'en était pas une
Les premiers vols Virgin Galactic pourraient avoir lieu ces prochaines semaines
Europe, la lune de Jupiter serait tapissée de lames de glace gigantesques
Sennheiser lance Ambeo AR One, ses écouteurs de réalité mixte
Haut de page