DLNA, le réseau multimédia de la maison !

16 décembre 2009 à 16h00
0

Le DLNA dans la pratique

Sur le papier, la technologie DLNA est très intéressante : une connexion simple et rapide, sans configuration, entre des appareils très différents... De quoi rêver ! Mais dans la pratique, où en est-on exactement ? Quelles sont les vraies avancées apportées par l'UPnP AV et les défauts qui subsistent ?

Une satisfaction, la mise en place du réseau

C'est la vraie avancée de l'UPnP AV : partager ses fichiers est vraiment devenu simple et ne nécessite pas de connaissances particulières en réseau. Plus besoin d'ouvrir les ports de son routeur ou de configurer son pare-feu, le partage se fait relativement simplement. Relativement, car il subsiste ci ou là quelques étapes à valider avant de pouvoir bénéficier du contenu de son disque dur sur son téléviseur, par exemple.

012C000002673666-photo-pare-feu.jpg
Les programmes comme PS3 Media Server s'ajoutent automatiquement à la liste des exceptions du pare-feu


Voici un exemple : si vous utilisez Windows Media Player ou le Samsung PC Share Manager comme serveur UPnP, vous devrez autoriser le périphérique « client » à accéder à vos données. L'autre légère difficulté consiste également à définir quels sont les dossiers que vous souhaitez partager. Si Windows Media Player sélectionne automatiquement les dossiers Musique, Vidéo ou Images de vos documents, il faudra lui préciser le chemin d'un autre dossier, placé sur un disque externe par exemple. PS3 Media Server ne fait pas mieux, puisqu'aucun dossier n'est présélectionné. En revanche, tous les périphériques sont acceptés par défaut et le logiciel, comme bien d'autres, s'ajoute automatiquement à la liste des exceptions dans le pare-feu de Windows.




000000C802678638-photo-partage-wmp.jpg
 
000000C802678648-photo-droits-ps3.jpg

Pensez à autoriser vos périphériques dans Windows Media Player sans quoi ils ne pourront pas accéder à vos dossiers partagés


On s'aperçoit également de l'intérêt de la technologie DLNA lorsque l'on utilise un matériel tel que l'appareil photo numérique Samsung ST1000 ou le smartphone Nokia N95 : connectés au même réseau que notre téléviseur DLNA, ces périphériques ont immédiatement été reconnus. Les photos de l'appareil pouvaient alors être affichées sans autre configuration qu'il soit, tandis que sur le N95, la manipulation restait simple, malgré quelques étapes supplémentaires propres au modèle testé.

Sur le téléviseur, la manipulation est enfantine : grâce au bouton « Sources » de la télécommande, vous accédez aux différents périphériques DLNA présents sur le réseau et pouvez afficher leur contenu via des menus, certes basiques, mais explicites.

0000012C02678642-photo-sources-dlna.jpg
 
0000012C02678640-photo-navigation-televiseur-samsung.jpg

Choisissez votre source sur le téléviseur et naviguez parmi les fichiers disponibles sur le serveur

Notez enfin qu'aucun problème de débit ne nous a gênés durant nos tests, sachant que nous utilisions une connexion câblée. Comme nous le disions en introduction, le Wi-Fi n'est pas une solution envisageable lorsqu'il s'agit de lire des fichiers vidéo HD dont le bitrate peut atteindre 9 000 Kbits/s.

Nos différents tests

Pour appréhender en détail l'apport de l'UPnP dans notre utilisation du partage de médias, nous avons rassemblé de nombreux périphériques compatibles : un ordinateur, tout d'abord, le disque dur multimédia Xtreamer, une Xbox de Microsoft, une Sony PlayStation 3 et un téléviseur Samsung 46B7000WW.

Du côté des logiciels, nous avons testé de nombreuses solutions avec TVersity, PS3 Media Server, Orb, Nero MediaHome, Windows Media Player et le programme propriétaire Samsung PC Share Manager. Nous avons effectué des tests basiques de lecture vidéo notamment, en tentant à chaque fois :
  • de lire tous les fichiers que contenait notre dossier de test ;
  • de naviguer parmi les films via le contrôle du flux ;
  • d'afficher, pour certaines vidéos, les sous-titres ;
et ce pour nos trois DMP que sont le téléviseur Samsung, la Xbox et la PS3.

Des possibilités encore trop limitées

Après ces différents tests, nos conclusions sont plus que mitigées : certes, la mise en réseau des différents périphériques est relativement simple, quoiqu'elle pourrait l'être encore davantage. Orb, TVersity ou PS3 Media Server font par exemple mieux dans le domaine que Windows Media Player ou le logiciel propriétaire de Samsung. De même, certains appareils comme le N95 ne facilitent pas vraiment le partage, contrairement au ST1000 de Samsung dont le module DLNA est particulièrement réussi.

Si l'on parle de formats en revanche, le constat est accablant : le DLNA se veut une certification amenant l'utilisateur à ne plus se poser de telles questions, et pourtant nous sommes loin, très loin du compte. Selon le logiciel employé et le périphérique utilisé, nous n'obtenons quasiment jamais le même résultat... Nero MediaHome, Windows Media Player ne nous ont pas permis la lecture des fichiers MKV sur la Xbox, la PS3 ou le téléviseur. TVersity nous a également posé quelques soucis avec la bande-son des fichiers MKV. Orb, quant à lui, transcode le signal de manière assez chaotique, laissant apparaître une vidéo particulièrement laide.

La problématique des sous-titres et des pistes audio est également d'importance. Et le constat n'est pas meilleur. Nous avions à notre disposition plusieurs fichiers MKV proposant (c'est tout l'intérêt du conteneur en question), plusieurs langues pour la bande-son et les sous-titres. Le téléviseur et le logiciel de Samsung n'ont pas pu nous offrir la liberté de choisir ce qui nous intéressait, alors que le logiciel est parvenu à transmettre les dits fichiers au téléviseur. De même, nous avions dans notre échantillon de test un fichier avec sous-titres séparés : seul le Samsung PC Share Manager s'est montré capable d'intégrer automatiquement les sous-titres.

0190000002679698-photo-pc-share-manager.jpg
Le PC Share Manager de Samsung est efficace mais pas exempt de tout reproche


Le cas de PS3 Media Server est à part : grâce à Mencoder, le logiciel réencode à la volée les fichiers et propose, dans un dossier séparé, plusieurs fichiers selon la langue ou les sous-titres. Mais les fonctions « Langue » ou « Audio » des télécommandes ou des menus des Xbox, PS3 et autres téléviseurs sont inutiles.

Les MKV ne sont évidemment pas les seuls types de fichiers vidéo. Les AVI sont quant à eux mieux partagés... Néanmoins, si les logiciels serveurs se montrent à l'aise avec ce type de fichiers, les clients se montrent quant à eux plus difficiles. Ainsi, le téléviseur n'accepte que les flux issus de Windows Media Player et du logiciel dédié Samsung PC Share Manager, tandis que la Xbox nécessitera une mise à jour gratuite, mais qui vous contrait à vous connecter au Xbox Live. Autre limitation du « client » qu'est le téléviseur Samsung, son incapacité à décoder le son au format DTS. N'hésitez pas, à ce propos, à consulter le site du constructeur de votre matériel afin de vérifier si certains formats ne sont pas pris en compte via des mises à jour du firmware de votre appareil.

0190000002678644-photo-telechargement-xbox.jpg
Pour lire certains fichiers, la Xbox nécessite une mise à jour, heureusement gratuite


Enfin, évoquons la possibilité de contrôle du flux vidéo : elle est nulle avec la Xbox ou le téléviseur, quel que soit le logiciel utilisé. Avec la PS3, les choses s'améliorent quelque peu, puisque la console est en mesure d'avancer ou de reculer dans le flux de manière relativement fluide, du moins pour les fichiers qui ne dépassent pas la dizaine de gigaoctets. L'interface de navigation sous forme de vignettes est alors particulièrement agréable.

0190000002678646-photo-navigation-ps3.jpg
La navigation par vignettes sur la Sony PS3
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Le MacBook Pro 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top