Shuttle SB51G

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
28 octobre 2002 à 00h21
0
00AC000000053765-photo-logo-shuttle.jpg
Alors que le secteur informatique n'est pas au mieux et que la morosité ambiante n'est pas aidée par des résultats très moyens, Shuttle est l'une des rares compagnies à dégager des bénéfices. Le Taiwanais profite très largement du succès remarquable des PC miniatures, marché qu'il a en grande partie créé. Leader incontesté dans ce domaine, Shuttle ne se repose pas sur ses lauriers et multiplie ces derniers temps les annonces en tout genre, cherchant par tous les moyens à maintenir sa domination.

Après le SS51G testé à la fin de l'été (cf. notre article), l'annonce du SN41 à base de nforce2 et la disponibilité de nombreux accessoires pour l'ensemble de la gamme XPC, Shuttle présente aujourd'hui un nouveau modèle de mini PC destiné au processeur vedette d'Intel : le SB51G. Architecturé autour du dernier chipset mis au point par le fondeur de Santa Clara, ce mini PC devait sur la papier apporter quelques innovations intéressantes par rapport au vieillissant SS51G.


Jumeaux !

Ils n'ont peut-être pas grand chose à voir avec Arnold Schwarzenegger ou Danny DeVito, mais le SS51G et le SB51G n'en demeurent pas moins incroyablement proches l'un de l'autre. A vrai dire, une fois déballés et mise à part la façade qui a légèrement changée de couleur, il s'agit tout bonnement de la même machine ! Les dimensions sont identiques, les formes sont identiques et même les connecteurs sont identiques ! Il n'est bien sûr pas question de coïncidence et si Shuttle lance des produits aussi proches les uns des autres c'est tout simplement qu'il tente d'imposer sa façon de voir le mini PC.

010A000000055093-photo-shuttle-ss51g.jpg
0136000000055094-photo-shuttle-sb51g.jpg

SS51G / SB51G : vous avouerez que la ressemblance est troublante !

Après avoir développé les SV24 et SV25, Shuttle a en effet trouvé un format qui semble offrir un bon compromis entre puissance, évolutivité et discrétion. Inauguré par le SS50G, ce format a été conservé pour tous les produits qui ont suivi afin de mettre en place un véritable standard. Si une telle norme pouvait se dégager cela serait d'ailleurs tout bénéfice pour Shuttle et les autres fabricants qui auraient la possibilité de réduire leurs coûts mais aussi pour les utilisateurs qui pourraient dès lors envisager l'avenir plus sereinement.

00C8000000054416-photo-le-heat-pipe-shuttle-est-identique-pour-toute-la-gamme-xpc.jpg
Les possesseurs de SS50G ont par exemple pu se rendre compte qu'il leur était possible de faire évoluer leur machine vers le SS51G en changeant de carte mère et en achetant le fameux heat pipe pour réduire les nuisances sonores. Shuttle commercialise également depuis peu des façades de différentes couleurs pour personnaliser le mini PC. Enfin, pour disposer d'une sortie TV ou d'un port DVI sur le SS51G, il est nécessaire d'acheter une carte fille qui s'enfiche dans le connecteur AGP, la CV20. Les utilisateurs seront ravis d'apprendre que cette carte est parfaitement compatible avec le SB51G !


Présentation générale

Un petit coup d'oeil à notre article sur le SS51G (cf. notre test) devrait vous donner une bonne idée de leurs innombrables ressemblances. Ils sont à ce point similaire qu'il nous a semblé inintéressant de refaire une présentation détaillée de ce modèle. Avant de voir en page suivante et de manière plus approfondie les modifications apportées par Shuttle, nous allons donc pour le moment nous contenter d'une présentation relativement sommaire de ce SB51G.

L'aspect extérieur est, c'est une habitude chez Shuttle, toujours aussi soigné et l'impression qui s'en dégage est confirmée sitôt le PC ouvert : tout a été assemblé avec un très grand soin. Au montage, il n'y aura pas plus de problème qu'avec les modèles précédents et si la taille de l'ensemble rend les opérations parfois un peu délicates (pour la mise en place des nappes IDE par exemple), on s'en sort tout de même très facilement. A l'intérieur, il n'y a pas de surprises puisque nous retrouvons ce qui a fait le succès du SS51G : 1 port AGP, 1 PCI, 2 connecteurs mémoire pour un maximum de 2 Go de DDR200 / DDR266 / DDR333, 2 ports IDE pour brancher jusqu'à 4 périphériques UDMA100 et 1 connecteur floppy.

0136000000055090-photo-shuttle-sb51g-un-peu-troit-du-c-t-de-la-m-moire.jpg
0136000000055091-photo-shuttle-sb51g-les-ports-ide-sont-la-norme-udma-100.jpg

La conception du SB51G est pratiquement identique à celle du SS51G.

On retrouve également les nombreuses solutions intégrées à la carte mère afin que la machine soit la plus complète possible. L'affichage est pris en charge via le Northbridge du chipset i845GE alors que c'est le Southbridge qui s'occupe des ports USB2 (2 à l'avant, 2 à l'arrière). Un contrôleur son AC'97 est de la fête afin d'offrir le 5.1 aux amateurs de DVD et notez au passage que les entrées et sorties SPDIF sont toujours présentes en façade et à l'arrière. Les contrôleurs réseau (10/100 Mb/s.) et FireWire (1 port à l'avant, 1 autre à l'arrière) sont bien évidemment encore au rendez-vous.

Enfin, sachez que l'alimentation est identique à celle qui prenait place dans le SS51G. Elle est donc capable de délivrer une puissance maximum de 200 W tout en restant extrêmement discrète. Le fameux heat pipe est à nouveau employé pour refroidir le Pentium 4 et le ventilateur choisi par Shuttle est toujours un modèle 80x80mm signé Sunon. Contrôlé par le système Fan Guardian, il sait lui aussi rester très silencieux, même si ce n'est pas encore le calme absolu et qu'un léger ronronnement pourra se faire entendre.

Quelques progrès...

La principale modification apportée par Shuttle concerne bien entendu le chipset embarqué sur la nouvelle carte mère (référence FB51). C'est en effet le petit dernier de chez Intel qui a été choisi par l'instigateur des XPC, celui-là même qui équipe la Gigabyte GA-8PE667 Ultra, testée il y a peu (cf. notre article). Un détail tout de même qui a son importance, Shuttle a bien entendu opté pour la version dotée d'une solution graphique intégrée : il s'agit donc du i845GE.

01F4000000055089-photo-sch-ma-du-i845ge.jpg

Ce nouveau chipset était, sur le papier, assez nettement supérieur au SiS651 adopté sur le SS51G. Plus récent, il garde l'essentiel des qualités du chipset SiS tout en apportant quelques innovations majeures. Il s'agit par exemple du premier chipset à exploiter la technologie "Hyper Threading" d'Intel. Cette fonction permet aux Pentium 4 qui en sont équipés de simuler un fonctionnement multiprocesseurs dans certaines applications afin d'obtenir, on s'en doute, des performances plus élevées.

La seconde innovation importante est le support de la mémoire DDR333 par le créateur même du Pentium 4 puisque ce support n'était pas des plus probants avec les autres mini PC. Ce type de mémoire est en théorie capable d'un débit de 2.7 Go/s. contre "seulement" 2.1 Go/s. pour la DDR266. Cet apport non négligeable est d'autant plus important que l'on connaît les besoins gargantuesques du Pentium 4. Sans parvenir au niveau des mémoires RAMBUS, cette DDR333 devrait permettre de combler encore un peu plus l'écart qui existe entre ces deux types de stations. Sachez toutefois que le SB51G permet toujours d'utiliser les anciennes barrettes de DDR200 et DDR266.


... Quelques regrets

A côté de ces améliorations, il est indispensable de parler de ce que l'on ne croyait de prime abord pas possible : des défauts sont apparus depuis le SS51G. Pas très importants, ils constituent toutefois une mauvaise surprise dans la mesure où certains d'entre eux pouvaient tout à fait être évités. Le premier défaut concerne le Southbridge du chipset qui n'est pas recouvert, comme c'était le cas pour le SiS651, d'un dissipateur thermique. Il chauffe bien sûr moins que son concurrent mais on aurait aimé voir un tel dispositif, rien que pour être rassuré.

Plus gênant, le port AGP ne dispose plus comme sur le SS51G du petit ergot de plastique destiné à maintenir la carte graphique en place. Bien sûr, cet ergot est plus utile sur les boîtier tour puisque la carte graphique est alors à l'horizontal, mais là encore, on aurait bien aimé pouvoir bénéficier de cette sécurité supplémentaire puisqu'elle était présente sur le SS51G. Le dernier regret n'est pas vraiment du fait de Shuttle mais pourra décevoir ceux qui souhaitaient faire du SB51G un serveur de fichiers : il ne permet pas d'exploiter l'UDMA 133 des disques les plus récents du fait du chipset Intel, limité au "simple" UDMA 100.

0136000000055087-photo-shuttle-sb51g-disparition-de-l-ergot-agp.jpg
0136000000055088-photo-shuttle-sb51g-un-connecteur-disquette-toujours-aussi-peu-accessible.jpg

Dommage que l'ergot AGP ait disparu et que le connecteur floppy n'ait pas été déplacé.

Enfin, terminons sur un reproche plus général découlant directement de la volonté de diversification de Shuttle. Pour être en mesure de sortir rapidement de nouveaux produits et afin de conserver une ligne commune à tous ces mini PC, le constructeur n'a pas apporté beaucoup d'améliorations dans la conception même du boîtier ou de la carte mère. Ils sont pratiquement identiques à ceux du SS51G et ne tiennent par exemple pas du tout compte des astuces imaginées par Jetway avec son MiniQ (cf. notre test). On regrettera par exemple que la position des connecteurs IDE et surtout floppy n'ait pas été modifiée. De la même manière, le disque dur gagnerait à être positionné dans l'autre sens et on aurait bien voulu qu'un ventilateur 92x92mm remplace l'actuel 80x80mm du heat pipe.


La conception du SB51G reste bien évidemment excellente, mais et alors que le SS51G faisait encore figure de produit innovant, Shuttle rentre avec ce nouveau modèle dans une certaine routine. L'intégration du nouveau chipset devait toutefois permettre de meilleures performances. Nous attendions tout particulièrement le petit dernier d'Intel dans le domaine graphique, puisque intégrant une nouvelle solution vidéo, l'i845GE devait largement surpasser les médiocres performances du SiS651...
Doté d'un nouveau chipset, le dernier modèle de mini PC Shuttle se devait d'afficher des performances inédites afin de supplanter celui qui finalement est son concurrent le plus immédiat : le SS51G. Ce nouveau chipset dispose d'une solution graphique présentée comme novatrice et, en théorie, plus puissante que ce que propose la concurrence. Pourtant un premier problème est rapidement survenu avec le support de la mémoire DDR333 qui, comme nous le verrons plus en détails sur la page suivante, n'a jamais voulu fonctionner avec notre Pentium 4 de test que lorsque nous l'avons paramétrée en DDR266 ! Nos tests ont donc été réalisés, à notre plus grand regret, avec ce paramétrage !

Pour nos quelques tests nous avons utilisé les quatre logiciels qui nous ont déjà servis à évaluer par le passé les autres mini PC aussi bien signés Shuttle que Jetway. Dans l'ordre de lancement cela donne donc les programmes suivants : SiSoft Sandra 2002, Pc Mark 2002 de MadOnion, 3D Mark 2001 du même éditeur et enfin le célèbre jeu d'ID Software, Quake III Arena. Afin que les comparaisons soient concluantes, nous avons utilisé les mêmes composants que lors de nos précédents tests, en voici maintenant la liste :
- Intel Pentium 4 1.6A GHz
- 512 Mo DDR266, CAS2.5
- Disque dur Western Digital 20 Go UDMA100

022F000000055083-photo-shuttle-sb51g-sisoft-sandra-2002.jpg

SiSoft Sandra 2002 avait permis au début du mois de montrer comme Jetway a soigné son MiniQ 450, ce dernier se classant à deux reprises devant le SS51G. On peut dire qu'avec ce bench, notre nouveau SB51G commence très mal son examen de passage. Il n'arrive effectivement jamais en première position et, pire encore, il ne parvient pas vraiment à se détacher du vieux SS50 en ce qui concerne les tests mémoires. La déception est importante puisque sur 3 des 4 résultats obtenus, le SS51G et son chipset SiS651 se montrent plus véloces que le duo SB51G / i845GE.

022F000000055084-photo-shuttle-sb51g-madonion-pc-mark-2002.jpg

Second outil de mesure très général, PC Mark 2002 de MadOnion permet heureusement au SB51G de retrouver un peu de sa superbe. Sans vraiment faire des étincelles il parvient déjà à rejoindre son cadet le SS51G sur les tests Processeurs et devance le produit de Jetway pour les tests mémoire. On lui reprochera tout de même d'être encore battu par le vieux SS50 lors du même test, ce qui laisse penser qu'Intel n'a peut-être pas très bien fait son travail par rapport à ce qu'à réalisé SiS. Enfin, le test disque dur ne permet pas de voir d'énormes différences et si le SB51G s'adjuge une seconde place, il se trouve encore derrière le SS50... A n'en pas douter, de gros progrès peuvent encore être faits dans la gestion du sous-système disque !

022F000000055085-photo-shuttle-sb51g-madonion-3d-mark-2001.jpg

Le premier de nos deux tests 3D est le célèbre 3D Mark 2001 de MadOnion. Cet outil de mesure exploite la bibliothèque mise au point par Microsoft : Direct 3D. Les résultats sont ici sans ambiguïté et trois niveaux peuvent clairement être dégagés. Le SS50 est le plus vieux de nos mini PC, il se retrouve fort logiquement à la traîne. Ensuite viennent les deux modèles à base de SiS651 : le SS51G et le MiniQ 450. Enfin, pour la première fois vraiment au-dessus du lot, le SB51G vient fermer la marche en dominant assez nettement ses concurrents aussi bien en 800x600 qu'en 1024x768.

022F000000055086-photo-shuttle-sb51g-quake-iii-arena.jpg

Cette première victoire doit bien sûr être confirmée par notre second test 3D : Quake III Arena. Le jeu signé ID Software utilise pour sa part une bibliothèque plus ancienne : OpenGL. Là encore les résultats sont sans appel et si le SS50 parvient à ne pas se faire trop distancer par les modèles SiS651, c'est avec un net avantage que le SB51G s'impose. En 800x600 par exemple, il devance le SS51G de près de 10 images par seconde tout de même. Ces résultats encourageants montrent sans équivoque qu'Intel dispose d'une solution graphique intégrée nettement plus performante que celle de SiS. Pour autant, le tableau est loin d'être parfait.

En effet, malgré le gain de performances observé, il n'est absolument pas possible de conseiller cette interface graphique pour un joueur, aussi occasionnel soit-il. Un titre comme Quake III est déjà relativement ancien et la plupart des jeux se basant sur son moteur sont beaucoup plus gourmands que lui. Sachant qu'il ne tourne qu'à 50 images par seconde en 800x600, il ne sera évidemment pas possible de jouer dans des conditions vraiment meilleures qu'avec le Shuttle SS51G ou le Jetway MiniQ 450. Pour n'importe laquelle de ces trois machines, la solution graphique intégrée suffira largement pour une utilisation bureautique / Internet, mais devra être remplacée par quelque chose de plus costaud pour se lancer dans le jeu.
0096000000055092-photo-i845ge.jpg

i845GE et DDR333

L'un des principaux atouts de ce nouveau chipset Intel était sans conteste la compatibilité annoncée avec la DDR333. Le Pentium 4 est réputé pour sa gourmandise en termes de bande passante mémoire et les résultats catastrophiques des solutions Pentium 4 / SDR sont là pour le prouver. Devant le coût prohibitif de la RAMBUS, la DDR passait donc pour la solution idéale afin de redorer la blason du dernier processeur Intel. La DDR266 n'étant pas parvenu à combler l'écart qui existe avec la RAMBUS c'est sur la DDR333 que tous les espoirs se sont reportés.

Or, comme vous avez pu le remarquer, nos tests de la page précédente n'ont été réalisé qu'avec de la DDR266 ! La faute à Intel semble-t-il et aux limitations de son i845GE. Shuttle nous a en effet signalé que pour être en mesure de tester la DDR333, il fallait disposer d'un processeur Pentium 4 de type "B", c'est à dire fonctionnant sur un FSB à 133 MHz ! Nous n'avions hélas qu'un simple 1.6A à notre disposition pour cet article et nous sommes donc limités aux tests DDR266. Le chipset Intel semble donc dans l'impossibilité de réaliser ce que faisait ce bon vieux SiS651 qui équipe les Shuttle SS51G et Jetway MiniQ 450... Un comble !

Enfin le BIOS du SB51G limitera les ambitions des amateurs d'overclocking. On savait déjà que les mini PC n'étaient pas vraiment taillés pour ce genre d'utilisation "extrême", mais là il faut reconnaître que nous avons été un peu déçus par ce qu'offrait Shuttle. Impossible en effet de forcer un FSB de 133 MHz pour mon Pentium 4 1.6A : soyez prévenus, avec le SB51G vous ne pourrez régler le FSB de votre P4A que de 100 à 132 MHz et celui de votre P4B de 133 à 165 MHz... Dommage !


Conclusion

00FA000000055095-photo-shuttle-sb51g.jpg
Alors que nous avions été très impressionnés par le SS51G, ce nouveau barebone Shuttle déçoit quelque peu. Il dispose d'atouts indéniables puisque, pour une bonne part ils proviennent du modèle précédent, et l'intégration du dernier chipset Intel en date ne souffre aucune critique. Il faut en revanche bien reconnaître que le constructeur taiwanais n'a pas cherché à innover avec ce nouveau produit. Les améliorations au concept de base sont vraiment mineures et même s'il n'en est pas responsable (Shuttle ne pouvait refaire le travail d'Intel), l'i845GE ne tient pas toutes ses promesses.

La solution graphique intégrée est certes un peu meilleure que celle du SiS651, mais nous sommes encore bien loin de pouvoir en faire une machine de jeux et à contrario nous perdons le support des disques UDMA 133. On pourra fort bien se débrouiller pour faire tourner les Disques durs en mode UDMA 100 mais cette impression de régression technologique est un peu frustrante. Enfin, le support de la DDR333 qui devait en faire le barebone Pentium 4 ultime est pour le moins capricieux : impossible en effet avec un processeur 1.6A de faire tourner la DDR333 à sa fréquence normale et nous avons dû nous contenter de mémoires DDR266.

En définitive, le SB51G ne peut prétendre remplacer le SS51G, il n'a d'ailleurs pas été mis au point dans cette optique. Shuttle a décidé de proposer une offre complète aux utilisateurs afin que ceux qui préfèrent Intel à SiS puissent avoir leur solution "Shuttle". Cette politique est d'ailleurs parfaitement visible dans l'offre Athlon puisque avant même leur sortie respective, deux produits Shuttle se font déjà concurrence : le SK41G à base de VIA KM266 et le SN41G2 à base de NVIDIA NFORCE2.


Alors que le SS50, le SS51G et le MiniQ 450 avaient décroché la note de 9, ce SB51G n'obtient que 8 sur 10 pour sanctionner le manque d'innovation dont a fait preuve Shuttle. Il reste une excellente machine, mais nous en attendions plus.

Shuttle SB51G

6

Les plus

  • Compacité et finition remarquables
  • Connecteur AGP4X
  • Port USB2.0, FireWire en façade
  • Gestion du 5.1 et présence d'un port optique

Les moins

  • Pas de port infra-rouge ou radio intégré
  • Gestion étrange de la DDR333

Note globale8

Performances8

Fonctionnalités9

Confort d'utilisation8

Innovation7

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le Shuttle SB51G en test sur Clubic.com
Des nouvelles de l'équipe SETI
Pinnacle lance le logiciel Pinnacle Expression
Quand le DV Action! d'Hercules devient Pro
Le nForce2 d'Abit change de nom
'Créer en France' propose 4 services aux informaticiens indépendants
Tiscali et Olitec lancent l'ADSL à 0 euro jusqu'en février 2003 !
Bruxelles donne le feu vert à
PeopleSoft EPM 8.8, suite de gestion des risques conforme à Bâle II
Photos 'Live' du Smartphone de Compal
Haut de page