MacBook Air : coup de bluff ou coup de génie ?

28 février 2008 à 11h20
0

Quid des performances ?

Ne pouvant guère déroger à la tradition qui veut qu'un test matériel soit accompagné de benchmarks, ou mesures de performances comparées entre différentes machines, nous avons cherché à situer le MacBook Air par rapport à ses deux grands frères que sont le MacBook et le MacBook Pro. Les performances brutes n'étant peut-être pas la principale attente de l'acheteur de MacBook Air, nous verrons ensuite ce que donne cette machine dans le cadre d'une utilisation courante, avant de nous intéresser à son autonomie.

MacBook

  • Intel Core 2 Duo 2,0 GHz,
  • 2 Go DDR2 à 667 MHz,
  • Intel GMA X3100,
  • Disque dur 5400 tours par minute


MacBook Pro

  • Intel Core 2 Duo 2,4 GHz,
  • 2 Go DDR2 à 667 MHz,
  • NVIDIA GeForce 8600 256 Mo,
  • Disque dur 7200 tours par minute


Xbench 1.3

00912224-photo-benchs-macbook-air-zbench.jpg


Xbench, que vous pouvez retrouver dans notre logithèque, est un utilitaire de test synthétique pour ordinateurs Mac. Appliqué à nos trois ordinateurs, il démontre assez clairement les lacunes du MacBook Air, ici handicapé aussi bien par son processeur que par son disque dur à 4200 tours par minute. Le MacBook, lui aussi équipé d'un GMA X3100, fait mieux que le MacBook Air dans toutes les situations, même si dans certains cas, l'écart n'est pas flagrant. Le MacBook Pro, avantagé qu'il est par sa carte graphique dédiée et son processeur plus rapide, affiche de son côté des performances supérieures en tout point.

Cinebench R10

00912216-photo-benchs-macbook-air-cinebench.jpg


Constat similaire du côté de Cinebench R10, un applicatif de simulation de rendu, lancé ici dans un mode capable de tirer parti des puces à double coeur. Le MacBook Air termine ici loin derrière le MacBook, 69% plus rapide.

Compression de fichiers - exprimée en secondes

00912218-photo-benchs-macbook-air-compression.jpg


Ici, nous mesurons le temps mis par nos trois machines à compresser un répertoire contenant un peu plus de 700 fichiers, pour un poids d'environ 120 Mo. La compression est effectuée à l'aide de l'utilitaire intégré à Leopard, pour une archive dont le poids final se situe aux alentours de 52 Mo. Les résultats sont exprimés en secondes, ce qui signifie que la barre la plus courte correspond aux meilleurs performances. Sans surprise, le MacBook Air termine derrière ses concurrents, avec un temps de compression d'environ 24 secondes, 50% supérieur à celui réalisé par le MacBook Pro.

Décompression de fichiers - exprimée en secondes

00912222-photo-benchs-macbook-air-decompression-petits-fichiers.jpg


La même opération est ici menée en sens inverse, de façon à visualiser le temps mis par chacune des machines à décompresser une archive composée de centaines de petits fichiers. Les résultats sont toujours exprimés en secondes, ce qui signifie que la barre la plus courte correspond encore aux meilleurs performances. Moins flagrante sur la décompression, qui sollicite nettement moins le processeur, la différence de performances est toujours largement en faveur du MacBook Pro.

Le MacBook Air au quotidien

Dans sa version standard, équipée d'un disque dur 4200 tours par minute, le MacBook Air accuse donc des performances en retrait par rapport à celles de ses aînés. Assez flagrant sur le papier, ce déficit de puissance porte-t-il réellement préjudice au confort de l'utilisateur dans le cadre d'une utilisation quotidienne ? Si l'on décide de le comparer à un MacBook Santa Rosa, peut-être pas. Pour résumer, on constate que les applicatifs qui sollicitent fortement le disque dur de la machine se voient pénalisés et que le chargement de suites logicielles lourdes se révèle assez long. De la même façon, certaines applications extrêmement gourmandes en ressources processeur fonctionnent nettement moins rapidement sur le MacBook Air, du fait de son processeur cadencé à 1,6 GHz. Autrement dit, la manipulation d'images de grande taille sous Photoshop ou le traitement de vidéos soumettront votre patience à une certaine épreuve.

012C000000912640-photo-boite-macbook-air.jpg

Boite et accessoires fournis. On note la taille modeste de l'adaptateur secteur !


A l'inverse, la manipulation « légère » de photos ou même de séquences vidéo au moyen d'iMovie se font sans difficultés, et sans entrainer de gêne notable, à moins que vous ayez vraiment l'oeil sur la montre. L'interface conserve la fluidité qui fait le charme de Leopard en dépit des piètres performances du GMA X3100 d'Intel. Quelques micro-saccades et ralentissements pourront toutefois être observés lorsque le système monte en charge. La navigation sur le Web ou le traitement de documents bureautiques ne posent fort heureusement aucun problème, tout comme l'écoute de musique ou la lecture de vidéos... tant qu'on ne cherche pas à afficher des flux haute définition ! Quant au jeu vidéo, nous préférons ne pas aborder la question, tant le GMA X3100 se révèle décevant. Inutile donc de penser afficher convenablement le moindre jeu un tant soit peu récent.

C'est bien évidemment en situation de mobilité que le MacBook Air révèlera le mieux son potentiel. Mise en veille et reprise d'activité sont immédiats grâce à Leopard, et l'on se prend, comme le font déjà bon nombre d'utilisateurs de MacBook, à n'éteindre sa machine que lorsqu'on sait qu'on ne l'utilisera pas pendant plusieurs jours. Légère, la machine peut être utilisée sur les genoux, dans un avion ou dans un train du moment que l'on dispose de la place nécessaire. Reste la question de l'autonomie.

Autonomie

Dans sa communication, Apple parle d'une autonomie d'environ cinq heures, WiFi activé. Les indications des fabricants se révélant souvent des plus optimistes, nous avons bien entendu souhaité vérifier dans les faits quelle était la durée d'utilisation maximale du MacBook Air en conditions de mobilité. La réalité n'est pas aussi rose que la décrit Apple, mais notre exemplaire de test se tire tout de même des tests d'autonomie avec des résultats satisfaisants pour ce qui est des tâches de type bureautique et navigation Web.

En plaçant le mode d'alimentation sur le mode « meilleurs économies d'énergie » proposé par Mac OS X et la luminosité de l'écran à 75% de sa capacité (soit 12 cases sur les 16 proposées dans le menu de réglage), le MacBook Air a pu fonctionner pendant 3h15 avant que l'avertissement signalant la décharge de la batterie ne nous interrompe. Equipé d'une dalle aux couleurs vives, particulièrement lumineuse, le MacBook Air est ici parfaitement utilisable en plein jour, dans une pièce bien éclairée. En pratique, cette luminosité de 75% n'est pas loin de valoir celle que l'on retrouve à 100% sur des ordinateurs portables à dalle moyenne, dépourvue d'un rétroéclairage LED.

000000C800911716-photo-macbook-air-magsafe.jpg
000000C800911718-photo-macbook-air-dos.jpg

A gauche, le désormais fameux connecteur d'alimentation aimanté Magsafe


En passant la luminosité à 25% de ses capacités, (soit 4 cases sur 16) nous avons pu dépasser 4h d'utilisation, WiFi activé, en n'ayant de cesse de naviguer sur Internet et d'utiliser messagerie et traitement de texte. A 25%, l'écran est encore lisible, mais l'on ressentira une gêne dans un environnement très lumineux. La lecture d'une vidéo stockée directement sur la machine sollicite plus fortement la batterie, et l'on devra ici se contenter d'une autonomie légèrement supérieure à deux heures, la durée de fonctionnement exacte dépendant des réglages de l'écran. Le MacBook Air ne pourra donc pas rivaliser avec les ténors du secteur en termes d'autonomie. Les R500 et autres TZ lui dament en effet le pion, parfois de plusieurs heures, mais pour un tarif qui se révèle souvent supérieur aux 1.700 euros.

La recharge se révèle quant à elle terriblement longue : plus de quatre heures pour atteindre un niveau de batterie supérieur à 95% si la machine est utilisée pendant la charge, l'obtention des derniers crans pouvant requérir de longs moments supplémentaires !

Un mot de Vista

Comme tout Mac Intel, le MacBook Air est susceptible de voir cohabiter une édition de Windows aux côtés de Leopard. Une version familiale Premium de Windows Vista nous a ainsi permis de consater un score de 528 au benchmark synthétique de 3DMark 06. Avec ce processeur et 2 Go de mémoire vive, Vista fonctionne très bien même si le disque dur à 4200 tours par minute rend le lancement du système et d'applications volumineuses relativement long. Toutes les options spécifiques à la gestion d'un ordinateur portable et de sa batterie sont présentes et fonctionnelles, des différents modes d'énergie à la mise en veille en passant par la prise en charge du WiFi ou du Bluetooth.

Bien que nous ayons passé l'essentiel de notre temps sous Mac OS X, nous avons toutefois constaté un léger règlement du dispositif de refroidissement sous Vista. Même lorsqu'il est soumis à une lourde charge de travail, le MacBook Air reste relativement silencieux sous Leopard, mais le ventilateur qui dissipe la chaleur du processeur se met assez rapidement à plein régime sous l'OS de Microsoft, sans que nous n'ayons forcément sollicité celle-ci de façon importante.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Asus resserre les vis des dissipateurs sur les GPUs... pour mieux les refroidir
Linky : un bug à plus de 14 000 euros pour un habitant de Quimper
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top