MacBook Air : coup de bluff ou coup de génie ?

28 février 2008 à 11h20
0

Connectique, absence de lecteur optique ?

A défaut de s'arroger le titre de portable le plus fin au monde, le MacBook Air remportera sans doute la palme de la connectique la plus chiche. Jugez plutôt : un port USB, une sortie au format mini DVI et une sortie audio composent l'essentiel des prises proposées par le dernier né d'Apple ! L'utilisateur devra donc faire l'impasse sur le FireWire - un comble chez Apple ? - l'Ethernet, le RJ11 d'un éventuel modem intégré (certes, celui-ci ne manquera guère), le VGA, le DVI sans adaptateur, le HDMI mais également les cartes mémoire, les cartes PMCIA ou les périphériques Express Card, à moins d'opter pour les adaptateurs et autres hubs proposés en option par Apple.

Les trois connecteurs proposés par le MacBook Air sont rangés sur côté gauche, abrités par une petite trappe qui, une fois ouverte, ne laisse que peu d'espace pour accéder aux prises. Concrètement, si vos écouteurs adoptent un embout épais, ou si vous utilisez une clé USB un tant soit peu large, vous ne pourrez même pas les brancher directement. Afin de remédier au problème, Apple suggère dans les deux cas l'utilisation d'une rallonge. Rien de bien problématique, puisqu'une telle rallonge se trouve pour quelques euros dans le commerce, mais l'on se voit obligé de multiplier les câbles, ce qui vient quelque peu gâcher le caractère ultraportable de la machine.

000000C800911710-photo-trappe-connectique-macbook-air.jpg
000000C800911712-photo-trappe-connectique-macbook-air.jpg


Jugez plutôt. Pour connecter un moniteur externe, il vous faudra utiliser les adaptateurs mini DVI vers DVI ou mini DVI vers VGA fournis par Apple. Pour profiter d'un port Ethernet, il vous faudra un convertisseur USB Ethernet, vendu en option, qui condamne le seul port USB de la machine. Pour brancher, disons, une clé USB tout en utilisant sa souris en USB, un hub USB 2.0 se révèlera indispensable. Ajoutez à cela le cordon de l'adaptateur secteur, vos accessoires et le MacBook Air lui-même... pour un encombrement global qui peut au final se révéler important. Apple ne manque toutefois pas d'arguments. Le premier d'entre eux pourrait se résumer à cette formule : « des compromis sont nécessaires pour réaliser une machine aussi fine que le MacBook Air ». Le second tient quant à lui à un positionnement bien particulier, plutôt élitiste. Comprenez, pour faire simple : « le MacBook Air répond à des besoins bien particuliers, et ne s'adresse pas forcément au quidam moyen ». Pour certains, cette connectique inexistante est tout simplement rédhibitoire. D'autres conçoivent très bien la nécessité de sacrifier quelques ports USB sur l'autel de la légèreté et de la finesse. Ici, chacun devra jauger son utilisation d'un ordinateur portable, pour déterminer si ce facteur doit être pris en compte.

000000C800912634-photo-macbook-air-sur-macbook-pro-1.jpg
000000C800912636-photo-macbook-air-sur-macbook-pro-2.jpg

MacBook Air contre MacBook Pro. Plus épais, le second est en mesure d'accueillir bon nombre de périphériques...


L'unique port USB du MacBook Air est en théorie capable de délivrer une intensité de plus de 1 ampère, qui servira à l'alimentation de périphériques tels qu'un disque dur externe 2,5 pouces, une souris, ou le lecteur optique optionnel vendu par Apple, le SuperDrive. Bien que Leopard indique que ce dernier ne consomme pas plus de 500 mA, il est en pratique quasiment impossible d'utiliser le SuperDrive aux côtés d'un disque dur externe autoalimenté, faute d'un apport suffisant en électricité. Il ne faudra donc pas compter enchaîner en cascade les hubs USB, à moins d'utiliser des appareils qui disposent de leur propre alimentation ou d'opter pour des périphériques sans fil Bluetooth.

Le WiFi plus tendance qu'un lecteur optique ?

L'absence de lecteur optique s'inscrit dans la même veine. Apple fait d'ailleurs jouer ici le ressort du marketing, en essayant de ringardiser ce type de périphérique. A l'heure du sans fil, est-il encore nécessaire de s'embarrasser du fameux tiroir, ou dans le cas des ordinateurs frappés d'une pomme, du slot-in ? Ne pouvant décemment pas imposer l'utilisation du lecteur externe que nous venons d'évoquer, Apple joue la carte du réseau, avec une application baptisée « Partage de lecteur CD ou DVD », compatible avec les ordinateurs Mac ainsi qu'avec les environnements Windows XP et Windows Vista. Logé sur le DVD de restauration de Leopard, ce logiciel doit tout d'abord être installé sur la machine dont on souhaite utiliser le lecteur, avant que ce dernier soit accessible depuis le MacBook Air. Il suffira ensuite, via le Panneau de configuration si l'on est sous Windows, d'autoriser un ordinateur tiers à profiter du lecteur optique, pour pouvoir en profiter à distance.

00911702-photo-lecteur-distant-macbook-air.jpg


Le lecteur de votre machine principale pourra donc vous servir pour installer des applications, transférer des contenus vers le MacBook Air et même réinstaller votre système d'exploitation, mais attention : si l'Ethernet garantit des taux de transfert supportables, il n'en va pas de même avec le WiFi, même à partir d'un point d'accès compatible 802.11n. L'opération qui ne prend que quelques minutes depuis le lecteur d'un MacBook monte à dix, voire vingt minutes avec la fonctionnalité « Partage de lecteur CD ou DVD ». Nous n'avons eu aucun problème pour lire, en streaming et à distance, un DivX sur notre MacBook Air, mais n'avons pas pu ouvrir certains CD audio ni visionner à distance un DVD vidéo commercial.

00FA000000911704-photo-installation-leopard-a-distance-macbook-air.jpg
00FA000000911706-photo-installation-leopard-a-distance-macbook-air.jpg

Lancement de l'installation de Leopard depuis un PC Windows XP


Outre l'installation complète de Mac OS X qui, dans la pratique, relève de l'épreuve d'endurance puisque qu'environ sept heures étaient nécessaires chez nous en WiFi, il est possible d'utiliser cette fonctionnalité pour importer le profil d'un autre ordinateur Mac. Là encore, armez vous de patience, puisque le transfert risque de durer des heures et des heures... Dernier point : l'installation de Windows, XP ou Vista, via Bootcamp, n'est pas possible avec le partage de lecteur. Si vous tenez à teinter votre Mac d'un brin de Microsoft, il vous faudra donc débourser 89 euros pour acquérir le lecteur graveur optionnel proposé par Apple. Ce dernier point confirme une nouvelle fois, s'il était encore nécessaire de le faire, à quel point le MacBook Air s'inscrit dans une démarche bien particulière, qui est celle de s'équiper d'une machine secondaire dédiée à la mobilité, aux côtés d'une machine principale bien mieux équipée mais plus encombrante.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Asus resserre les vis des dissipateurs sur les GPUs... pour mieux les refroidir

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top