Kaspersky Antivirus 2014

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
24 février 2014 à 14h42
0
Kaspersky semble avoir lui aussi arrêté la course aux nouveautés : la version 2014 de l'antivirus Russe poursuit tout simplement sur la lignée des précédentes, avec des nouveautés essentiellement concentrées sur l'optimisation.

Fonctionnalités [/anchor]

Pas de nouvelle fonctionnalité donc, dans cette version 2014, mais en a-t-on vraiment encore besoin ? Comme tous les antivirus, Kaspersky semble être arrivé aujourd'hui à maturité : sa protection mélange habilement signatures, cloud et analyse comportementale, ses mises à jour sont automatiques et silencieuses, et il protège l'essentiel, à savoir les fichiers, le web, les mails et le comportement du système.

01F4000007184362-photo-kaspersky-antivirus-2014-accueil.jpg


Se concentrer sur les technologies sous le capot est une sage décision, mais sur quoi les ingénieurs de Kaspersky ont-ils donc travaillé pour cette nouvelle version ? Essentiellement à améliorer le moteur d'analyse des vulnérabilités introduit avec la version précédente : pour rappel celui-ci permet notamment d'empêcher l'exécution d'applications dont les derniers correctifs n'auraient pas été installés.

01F4000007184370-photo-kaspersky-antivirus-2014-rapports.jpg


L'éditeur en profite pour rendre disponible sa fonctionnalité Zeta Engine à la version de base : il s'agit d'analyser en profondeur les documents à risques tels que les fichiers PDF à la recherche d'exploitations de failles.

Interface[/anchor]

L'interface de Kaspersky Antivirus 2014 ne change pas fondamentalement, mais se simplifie, pour adopter un look plus épuré à la Windows 8. Le changement n'est pas radical, mais c'est surtout à l'intérieur des paramètres que Kaspersky a opéré son lifting : ceux-ci sont également beaucoup plus « touch friendly ».

01F4000007184364-photo-kaspersky-antivirus-2014-analyse.jpg


Par rapport à la version précédente, il nous semble qu'un certain nettoyage du degré de complexité des paramètres ait été opéré. On perd sans doute en granularité, mais en avait-on vraiment besoin ? Franchement, il ne nous a pas semblé que l'on ne puisse pas configurer l'essentiel : niveau d'agressivité des différents composants, actions à entreprendre en cas de découverte de menace, désactivation des alertes en mode jeu, report des analyses aux périodes d'inactivité, rien d'essentiel ne manque.

01F4000007184368-photo-kaspersky-antivirus-2014-configuration.jpg


Performances [/anchor]

Pas de mauvaise surprise à constater sur le plan des performances : Kaspersky squatte toujours les premières places des labos de tests, et lors du nôtre, il s'avère parmi les meilleurs, surtout lorsqu'il s'agit de bloquer des menaces sur des sites infectés. Toutes les URL suspectes qu'on lui a soumises ont été bloquées à la source, même lorsqu'elles ne sont pas détectées par les mécanismes des navigateurs web ou de Windows.

Benchmark : 332-3742


L'impact sur les performances du système, sans être limité au minimum, est assez bien contenu : les analyses consomment une certaine quantité de mémoire vive, certes, mais le composant d'analyse en temps réel ne nous a pas paru dégrader l'usage de manière significative.

Benchmark : 332-3744


Notre avis[/anchor]

Kaspersky Antivirus semble s'être stabilisé autour d'une base solide : il ne s'agit pas de l'antivirus le plus léger, mais il s'avère toujours aussi efficace, et les quelques simplifications opérées sur l'interface permettent de le rendre un peu moins complexe pour l'utilisateur.

Télécharger Kaspersky Antivirus


Kaspersky Antivirus 2014

8

Les plus

  • Interface agréable
  • Protection robuste
  • Fonctionnalités originales (clavier virtuel)

Les moins

  • Quelques bridages par rapport à KIS
  • Impact sur les performances encore sensible

0

Efficacité8

Fonctionnalités9

Performances7

Ergonomie9



Modifié le 17/09/2018 à 10h52
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top