L'éditeur antivirus Avira racheté pour en faire un groupe de sécurité plus puissant

Avira SafeThings
© Avira

L'entreprise allemande Avira, a annoncé son rachat par le fonds d'investissement Investcorp. La transaction, qui porte la valorisation de la société à 180 millions de dollars, devrait permettre à l'éditeur de conquérir de nouveaux marchés.

Alors que la moitié de la planète est actuellement confinée, les activités en ligne connaissent inévitablement un essor significatif. Ce qui peut entraîner une hausse des cyberattaques et donc, par rebond, une croissance du marché des antivirus et de la sécurité informatique, plus globalement.


Un rachat au bout de 34 ans d'existence

Certains investisseurs estiment donc la période propice à une prise de participation dans des entreprises du secteur, voire à des acquisitions. C'est le cas cette semaine avec la société allemande Avira. L'éditeur, qui développe le logiciel Avira Antivirus, a en effet annoncé son rachat par le fonds d'investissement Investcorp. Comme souvent, les détails de l'opération n'ont pas été dévoilés, excepté au sujet de la valorisation de l'entreprise, qui aurait atteint 180 millions de dollars (environ 165 millions d'euros).

Avira n'est pas, à proprement parler, une start-up. Car la société, fondée en 1986, n'est pas vraiment une « jeune pousse ». De plus, elle n'a jamais recouru à des levées de fonds pour financer sa croissance.

D'après son P.-D.G., Travis Witteveen, elle compterait aujourd'hui des dizaines de millions d'utilisateurs de ses logiciels vendus en son nom. Et beaucoup plus en incluant ceux issus des partenariats en marque blanche (sans faire apparaître le nom d'Avira) avec des grands groupes tels que IBM, Deutsche Telekom ou NTT, l'opérateur téléphonique majeur au Japon.


Un sésame vers le Moyen-Orient

Avec cet investissement, Investcorp espère prendre position sur le marché de la cybersécurité. Pour Avira, l'opération représente une occasion de financer le développement de nouveaux produits, mais également d'attaquer de nouveaux marchés. En effet, l'éditeur est aujourd'hui principalement présent en Europe, en Asie de l'Est et, dans une moindre mesure, aux États-Unis. À l'aide de son nouveau propriétaire, établi à Manama (Bahreïn), l'entreprise pourrait donc s'ouvrir les portes du Moyen-Orient.

Source : TechCrunch
Modifié le 09/04/2020 à 16h54
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
12
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Rocket Lab prouve sa capacité à rattraper un étage de lanceur en pleine retombée
Pour les 10 ans de Xiaomi, le Redmi Note 8 Pro disponible à prix choc
Huawei dévoile une carte de paiement... qui n'est pas sans en rappeler une autre
Un disque dur Seagate 1To à moins de 50€, un prix imbattable
Le SSD PNY CS900 de 960 Go sous la barre des 100€, une offre à saisir
Camions électriques : les constructeurs européens veulent 90 000 points de charge d'ici 2030
Masten emmènera les expériences de la NASA sur le sol lunaire
Les bannissements de ZOOM se multiplient
Apple Music promet jusqu'à 50 millions de dollars aux labels indépendants en ce temps de crise
En mars, les immatriculations de voitures électriques ont progressé de 10 % malgré la crise
Haut de page