Tristan Nitot : "Appstore, identité, Mozilla combat la tentation de créer de nouveaux silos"

11 octobre 2011 à 13h21
0
A l'occasion de la publication de son rapport annuel, le président de Mozilla Europe dévoile les pistes majeures du développement de la Fondation. Si, comme en témoigne le rapport d'activité de 2010 « Mozilla va bien financièrement », Tristan Nitot explique que les lignes de combat ont désormais tendance à évoluer. Les boutiques d'applications et la gestion de l'identité en ligne sont les prochains secteurs sur lesquels la compétition sera importante.

0000014004650674-photo-portrait-officiel-de-tristan-nitot.jpg
Quel bilan financier et humain tirez-vous de l'année 2010 ?

Tristan Nitot : Le chiffre d'affaires a atteint 123 millions de dollars, contre 104 millions de dollars en 2009 mais finalement les chiffres ne sont pas très importants. Mozilla va bien financièrement et on assure la pérennité de l'organisation. Il faut mettre les choses en perspective. Nous sommes indépendants du cours de la Bourse et nous n'avons pas d'actionnaires. Ce qui est essentiel, c'est de couvrir les frais, d'alimenter notre fonds de secours.

Aussi, nous avons fait « grandir » l'équipe, lors de notre dernière réunion, nous étions 580 employés. Cela peut paraître faible mais lorsque l'on embauche une personne, on s'assure qu'il fasse son travail avec l'aide de la communauté. On engage donc des multiplicateurs qui vont interagir avec la communauté.

Mozilla tire une grande partie de ses revenus de géants comme Google (via les partenariats sur le moteur de recherche intégré par exemple). Peut-on parler de dépendance envers Google ?

T.N : Nous avons des accords avec les principaux moteurs de recherche portant sur les fonctionnalités incluses dans le navigateur Firefox. Le partenariat avec Google est certes plus important que les autres (il représente 121,1 millions de dollars selon le dernier rapport, ndr) mais il est en cours de renégociation. D'ici la fin novembre, Mozilla partira donc sur de nouvelles bases avec Google.

Parmi les grands projets d'avenir, la Fondation Mozilla compte se positionner en matière de boutiques d'applications. Dans quelle direction souhaitez-vous avancer ?

T.N : Aujourd'hui le marché des applications et des Appstore tourne autour d'une fausse gratuité. Un éditeur échange les données personnelles de l'utilisateur contre un service. Notre volonté est donc de donner aux développeurs et aux consommateurs le pouvoir de maîtriser le développement des applications. En ce sens, il est important de permettre au Web d'avoir un système de boutiques d'applications ouvert.

Pour le moment, il est impossible de passer d'une plateforme à une autre sans racheter une nouvelle fois l'application. Notre objectif est donc de casser le monopole des Store et de permettre au consommateur d'avoir le choix entre plusieurs boutiques en ligne. Mozilla proposera, d'ici la fin de l'année, un système qui ira dans cette direction.

La gestion de l'identité en ligne est également un projet fort de la Fondation. Pouvez-vous nous en dire plus ?

T.N : A ce jour, l'identité en ligne est gérée par Facebook ou Google. Il y a donc un réel besoin de mettre en place quelque chose de décentralisé. Par exemple, il faut autoriser les internautes à utiliser des avatars pour ne pas mélanger la vie personnelle et professionnelle. Avec le projet baptisé Browser ID, nous proposons une solution typée Web qui permet d'authentifier une personne. Il est possible d'avoir plusieurs profils non liés à l'identité réelle d'un utilisateur.

Concrètement, Mozilla met en place une méthode ouverte et décentralisée destinée à être proposée aux fournisseurs d'accès. Ces derniers vont ensuite pouvoir fournir une gestion de l'identité de leurs clients en validant simplement une adresse e-mail.

Où en est le projet d'OS mobile « Boot to gecko » ? Est-il imaginable de voir une version utilisable d'ici la fin de l'année ?

00F0000004650684-photo-logo-fondation-mozilla-foundation.jpg
T.N : Cette initiative a été révélée le jour où on a créé cet espace collaboratif pour y mettre du code. En juillet, nous étions donc au jour 0 du projet. Il s'agit néanmoins d'un programme d'envergure mais qui va prendre plusieurs mois avant de pouvoir montrer quelque chose d'utilisable. Il est donc fort probable que nous ne donnions pas de nouvelles avant l'année prochaine. Pour l'instant, Boot to gecko est au stade des expérimentations, nous sommes encore loin d'un produit fini.

J'ajoute qu'à l'heure actuelle, on ne sait même pas si cela deviendra un produit mais notre objectif est de voir ce qui manque aux plateformes Web pour concurrencer les applications natives sur les mobiles. Passer ou recevoir un coup de fil, des SMS depuis le Web sont autant d'objectifs qui pourront être mis sur la table à moyen terme.

Le marché des navigateurs Web est de plus en plus éclaté. Comment comptez-vous conserver la part d'utilisateurs de Firefox alors que d'autres concurrents connaissent de belles progressions ?

T.N : A la création de la Fondation, notre but était de promouvoir le choix dans les navigateurs, de dynamiser le Web. Désormais ce choix existe. Les lignes d'opposition ne sont plus les mêmes. En grossissant le trait, on se rend compte que dans les années 2000, la bataille opposait le Web contre Windows. Aujourd'hui la problématique est différente. Le mobile est arrivé mais d'autres silos sont à regarder de près : les Appstore, l'identité, tout cela n'est pas dans le Web. A mon sens, il existe une tentation de créer de nouveaux silos, c'est cela que l'on combat.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Netflix menace les partages de compte entre amis
La filière éolienne française se porte bien et continue de créer des emplois
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Vers des batteries lithium-CO2 rechargeables ?
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
La bande annonce de Star Wars, l'ascension de Skywalker, est là !
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top