Do Not Track : Bruxelles soutient l'activation par défaut dans IE10

25 juin 2012 à 15h16
0
00C8000005035964-photo-ie-10-internet-explorer-ie10-logo-gb-sq-ie11.jpg
Le débat sur la fonctionnalité Do Not Track des navigateurs s'enrichit avec cette fois l'intervention la Commission Européenne.

En début de mois, Microsoft expliquait vouloir configurer par défaut la fonctionnalité Do Not Track au sein d'Internet Explorer 10 sur Windows 8. Sans manipulation requise de la part de l'utilisateur, le navigateur devait envoyer automatiquement une requête HTTP aux sites Internet en leur déclarant que l'internaute ne souhaite pas être tracé. Cette décision n'était pas du goût de l'ANA, l'association nationale des annonceurs aux États-Unis, pour qui le blocage intempestif de la publicité ciblée se traduirait par un coût forcément plus élevé pour les campagnes promotionnelles de ses 450 sociétés représentées. Puisque le navigateur demande automatiquement à ce que l'internaute ne soit plus tracé sur la Toile il en résulterait des publicités, non ciblées, neutres et sans pertinence pour ce dernier.

Quelques jours plus tard, un groupe de défenseurs de la vie privée avait publié pour le W3C de nouvelles spécifications décrivant le mécanisme de Do Not Track en expliquant que ce dernier ne devait être activé par défaut. Le consortium, chargé de réguler les standards du web, expliquait que l'éditeur du logiciel ne pouvait effectuer le choix à la place de l'internaute. Cette simple activation par défaut suffirait au W3C pour certifier que Microsoft ne prend pas correctement en charge le standard. Ces propos ont trouvé écho chez Mozilla développant le navigateur Firefox.

Robert Madelin, directeur du groupe Société de l'Information et des Médias à la Commission Européenne, a cependant envoyé une lettre (PDF) au W3C. Il y explique que l'option Do Not Track doit être très visible et clairement expliquée dès le premier démarrage du navigateur afin que les internautes puissent configurer ou désactiver celle-ci. Selon lui, les décisions de Microsoft pour IE10 sont tout à fait recevables puisqu'elles n'entravent en rien les choix de l'internaute. Il ajoute que la spécification ne devrait donc pas prendre en considération les paramètres du navigateur.

La semaine dernière, Edward Markey et Joe Barton, siégeant à la Chambre des représentants des États-Unis, ont également demandé (PDF) aux membres du W3C de changer leur point de vue à propos d'Internet Explorer 10. « Nous pensons que des navigateurs activant Do Not Track par défaut offrent aux consommateurs de meilleurs contrôles (...) respectant leurs informations personnelles », affirmaient-ils.

Finalement Le W3C pourrait choisir de mettre en place une boite de dialogue au premier démarrage du logiciel obligeant l'utilisateur à effectuer son choix.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

WebGame Conference : qui est vraiment le
Lian Li PC-V750 : un boitier EATX ramassé avec alimentation à l'avant
Skype : 70 millions de téléchargements sur Android
LulzSec : deux membres épinglés plaident coupable
Garmin Swim : une montre dédiée à la natation
Facebook : vers une invasion de boutons
Accessoires de smartphones : un marché à 20 milliards de dollars en 2012
Tablette Google : les spécifications dans la nature ?
Quelle sera la capitale du Web en France ?
TVHD : Sony et Panasonic unis au nom du OLED
Haut de page