HTML5 : le W3C publie un comparatif des navigateurs

02 novembre 2010 à 16h51
0
0082000002382968-photo-w3c.jpg
Le consortium W3C, chargé de mettre en oeuvre les standards du web, vient de publier les résultats d'une batterie de tests réalisés sur différents navigateurs web. Les performances de la Platform Preview 6 d'Internet Explorer 9 sont ainsi mesurées à Google Chrome 7.0.517.41 bêta, Firefox 4 bêta 6, Opera 11.00 alpha (build 1029) et Safari 5.0.2 (6533.18.5).

Pour juger des qualités de chaque application, plusieurs pages web ont été mises au point avec différents éléments basés sur les spécifications du HTML5. Parmi ces dernières nous retrouvons l'audio, la vidéo, le canvas, les attributs ou encore le XHTML5. Finalement les travaux de Microsoft semblent avoir porté leurs fruits puisqu'Internet Eplorer 9 est le grand vainqueur de ce classement non officiel. IE9 s'avérerait particulièrement performant pour la gestion de l'audio et du XHTML5. Pour sa part Safari est en dernière position derrière Opera.

Reste tout de même que l'on pourrait s'interroger sur la pertinence d'effectuer des tests sur des versions d'évaluation des navigateurs, d'autant que la Plateform Preview 6 d'IE9 fut publiée le 29 octobre tandis que la version finale de Chrome 7 fut déployée une dizaine de jours auparavant. Aussi la sixième bêta de Firefox 4 est disponible depuis le 14 septembre, soit un jour avant la publication d'IE9 bêta basé sur la Plateform Preview 5. Notons par ailleurs que tous les éléments du HTML5 ne sont pas pris en compte. Sont notamment absents : la gestion des fichiers (File API) pour la publication simplifiée de documents ou le glisser déposer, Web Workers, pour l'exécution de JavaScript en tâche de fond ou Local Storage pour la mise en cache de données.

0226000003696160-photo-w3c-classement.jpg


En publiant ses résultats, le W3C reprend une citation de l'Institute of Electrical and Electronics Engineers, un groupe composé de professionnels du domaine des télécommunications : « l'interopérabilité est la possibilité donnée à deux, voire plusieurs, systèmes ou composants d'échanger de l'information et d'utiliser cette dernière ». S'il est clair qu'à terme la standardisation du HTML5 permettra d'uniformiser les sites Internet quel que soit le navigateur utilisé, peut-être faudrait-il tout de même rappeler que contrairement à ses concurrents, Internet explorer 9 ne sera pas disponible pour les utilisateurs de Windows XP pourtant majoritaires avec 53% de parts de marché selon StatCounter.

Enfin les membres du W3C eux-mêmes restent prudents sur l'implementation du HTML5. Le mois dernier, Philippe Le Hégaret, responsable au sein de l'organisation déclarait dans un entretien recueilli par Infoworld : « Le problème auquel nous devons faire face en ce moment est qu'il y a un vrai engouement autour de HTML5 mais c'est encore un peu trop tôt pour le déployer  ». Ainsi, loin d'être finalisés, les standards du HTML5 sont tout de même placés sous les feux des projecteurs avec ce genre d'évaluation. A l'heure actuelle, l'objectif du W3C est de stopper l'intégration de nouvelles fonctionnalités au HTML5 d'ici à mi-2011, après quoi le consortium invitera les acteurs de l'industrie à partager leurs dernières réactions.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top