Google lance son propre bloqueur de publicités

Par ,
le 15 février 2018
 0
Pour ceux qui n'utilisent pas encore AdBlock Plus, Ublock ou tout autre logiciel bloqueur, les publicités qui gênent la lecture du contenu web pourraient ne plus apparaître sur Google Chrome.

Google cherche ainsi à faire concurrence aux logiciels bloqueurs, critiqués par de nombreux sites car ils bloquent leurs revenus.


Seulement les publicités les plus intrusives


A compter du 15 février, les pop-ups publicitaires, sous forme de message, de vidéo ou de bandeau clignotant devraient disparaître de Google Chrome. La firme américaine a en effet annoncé vouloir « améliorer l'expérience de ses utilisateurs » et a lancé son module de blocage de publicités sur ordinateur comme sur mobile. Lorsqu'une pub jugée intrusive est bloquée, un message s'affichera en bas de l'écran pour vous en informer.

Seulement, Google ne peut pas se passer de ses revenus publicitaires, qui constituent la majorité de ses recettes (100 milliards de dollars en 2017). Le module ne devrait s'attaquer qu'à un petit nombre de publicités, sélectionnées par Coalition for better ads, association qui regroupe les grands sites web (Google, Facebook...), des annonceurs (Unilever, Procter...) et des associations d'agences de pub.

Contrer AdBlock


L'objectif de Google n'est pas tant de fluidifier la connexion à un site web que de freiner la progression des bloqueurs de publicités, comme AdBlock, Ublock ou Ghostery qui privent les sites web de leurs revenus. D'après une étude de PageFair publiée en février 2017, 615 millions de terminaux utilisent un logiciel bloqueur. De plus, 3 utilisateurs sur 4 en moyenne quittent un site web qui leur demande de désactiver leur bloqueur pour accéder à la page.

En France, près de 40 % des internautes utilisent un adblocker. Ces logiciels représentent un manque à gagner de plus de 64 millions d'euros par an pour les 100 sites les plus visités. Ils sont pointés du doigt, notamment par des éditeurs de contenu comme Youtube (3,5 millions d'euros de perte par an) ou des médias comme Le Figaro (1,4 million d'euros) car ils mettent en danger leur modèle économique. Il est peu probable cependant que le module de Google Chrome incite les utilisateurs de logiciels bloqueurs à les abandonner. Il devrait plutôt viser ceux qui n'ont pas encore d'extension pour leur ôter l'envie d'en prendre une.



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top