Les pages HTTP signalées comme non sécurisées ?

le 26 janvier 2017
 0
Depuis plusieurs années, la sécurité des pages Internet est au centre des préoccupations de géants comme la fondation Mozilla ou encore Google et Microsoft. De plus en plus d'efforts sont menés pour inciter les sites à opter pour un protocole HTTPS (sécurisé) et à abandonner le simple HTTP.

Les deux navigateurs les plus utilisés du monde, Mozilla Firefox et Google Chrome, vont apporter un changement radical au traitement des pages HTTP afin d'accélérer le mouvement.

Certaines pages HTTP signalées comme non sécurisées



A l'occasion du déploiement de la version 51 de Mozilla Firefox, la fondation Mozilla a implémenté dans son navigateur Internet, une nouvelle manière de traiter les pages HTTP qui ne présentent donc pas de protocole de sécurisation. Cela ne concerne pas toutes les pages mais seulement celles qui ont des champs que les internautes doivent remplir. Il s'agit potentiellement de pages dans lesquelles les internautes donnent des informations personnelles.

Les pages qui ne proposent pas de protocole HTTPS et qui ont des formulaires, seront signalées comme non sécurisées par Firefox 51. Dans cette nouvelle version de Firefox disponible en téléchargement depuis le 26 janvier 2017, ce sont surtout les pages HTTP avec des champs « mot de passe » qui sont visées.

0258000008399904-photo-connexion-internet.jpg

Google Chrome aussi s'engage contre le phishing



La version de Chrome publiée dans le courant du premier trimestre 2017, Google Chrome 56, devrait faire de même : les pages HTTP seront notifiées comme non sûres si elles comportent des champs censés accueillir des données de cartes bancaire. La tendance est donc claire : les sites n'ayant pas opté pour un protocole HTTPS vont doucement mais sûrement être taxés de non sécurisés par les navigateurs.

Firefox et Chrome tentent ainsi de réduire le risque de vol de données, que ce soit les données du compte ou les données bancaires, via la technique du phishing. Une technique très répandue faisant de nombreux dégâts : les pirates copient une page Internet pour capter les informations personnelles des internautes. Gmail a été victime d'une telle attaque début janvier 2017 sans que Google ne puisse y faire grand-chose.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
scroll top