iTunes 10 : le tour de la nouvelle version et ses alternatives

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
17 septembre 2010 à 16h49
0
iTunes 10 a récemment vu le jour, et nous a rappelé à quel point ce gestionnaire de bibliothèque musicale est devenu tentaculaire. Problème : c'est un passage obligé si l'on utilise un iPod ou un iPhone. Vraiment obligatoire ? Voyons quelles sont les alternatives disponibles...

0000009603508668-photo-itunes-10-logo-clubic-mikeklo.jpg
Chaque année, le mois de septembre arrive avec un vent d'espoir pour les utilisateurs d'iPod : et si la nouvelle version d'iTunes était enfin celle du renouveau, de la remise à plat ? Malheureusement, l'idée ne semble toujours pas avoir effleuré Apple, et la dernière version d'iTunes ne fait qu'apporter des changements minimes et des fonctionnalités supplémentaires sur un logiciel déjà bien chargé.

La question se pose alors : iTunes, qui faisait figure de modèle de simplicité il y a encore 5 ans, est-il toujours indispensable ? Pour les utilisateurs d'iPhone ou d'iPod, il reste la seule solution officielle pour transférer sa musique et ses vidéos, mais on peut se poser la question de son utilité à l'heure où l'écosystème des appareils mobiles n'est plus adapté à une application centrale et tentaculaire. C'est pourquoi nous avons non seulement passé au crible la dernière version du jukebox d'Apple, mais nous avons également profité de l'occasion pour revenir sur plusieurs gestionnaires de bibliothèque musicale sur PC et Mac. De Songbird à Windows Media Player 12, en passant par les « anciens » Winamp et Foobar2000 ou les petits derniers comme AIMP, les concurrents d'iTunes peuvent-ils être des alternatives convaincantes ?

iTunes : de lecteur MP3 à usine à gaz multimédia ?

0000009602014088-photo-logo-apple-itunes.jpg
On l'oublie souvent, mais iTunes iTunes a existé avant l'iPod, et il a même existé avant iTunes, puisqu'il est à la base issu du rachat du lecteur audio Soundjam. Revu et corrigé pour adopter la fameuse interface « métal brossé » caractéristique d'Apple, iTunes est rapidement devenu le compagnon de l'iPod, le baladeur audio d'Apple lancé en 2001. Pendant les 4 ou 5 premières années d'existence du baladeur, le couple fonctionnait sur un modèle simple : l'iPod ne permettait, à l'époque, de lire que de la musique. L'ajout de l'iTunes Music Store en 2003 ajoutait une source d'alimentation de la bibliothèque, en plus de l'importation de CD audio, mais tout restait centré sur la musique, et de manière franchement ergonomique et discrète.

0190000000104691-photo-apple-itunes.jpg


Depuis, l'écosystème Apple a considérablement changé, mais la firme de Cupertino a continué à utiliser iTunes comme « hub » pour tous ses appareils. iTunes est donc aujourd'hui :
  • Un gestionnaire de bibliothèque musicale, vidéo et logicielle,
  • Une boutique en ligne de téléchargement de musique, de vidéos et applications,
  • Un outil de synchronisation d'appareils mobiles, y compris pour des données qui n'ont rien à voir avec la musique : photos, contacts, calendriers, applications, jeux et même fichiers (documents PDF...)

0190000000523276-photo-apple-tv-d-tails-techniques-itunes.jpg


Et là est le problème principal : en 10 ans, les iPods, et les appareils mobiles en général d'ailleurs, sont passés de simples périphériques de lecture de contenus à de véritables ordinateurs de poche. L'iPhone, l'iPod Touch et l'iPad sont des ordinateurs : ils exécutent un vrai système d'exploitation (certes dépourvu de gestionnaire de fichiers), permettent de créer du contenu en plus de le visualiser, et sont eux-mêmes pourvus d'applications de lecture de musique et de vidéos. Pourtant, ils sont attachés à cette usine à gaz, efficace, mais contraignante et surtout indispensable pour y transférer le moindre contenu, ou même pour mettre leur appareil à jour !

iTunes 10 : quoi de neuf ?

La principale nouveauté d'iTunes 10 réside dans le réseau social Ping qui vient s'ajouter à l'iTunes Store. Réseau social est un terme quelque peu galvaudé : en fait, il s'agit surtout d'ajouter une touche de social à l'expérience d'achat sur l'iTunes Store, en permettant aux utilisateurs de disposer d'une page sur laquelle apparaît leurs derniers achats maid aussi les albums qu'ils recommandent via les deux boutons ajoutés sur les pages du Store : J'aime et Publier. Bien entendu, pour chaque album publié sur votre page Ping, des liens permettent de pré-écouter et acheter les titres en question. Au passage, on déplore la durée d'écoute toujours ridicule de 30 secondes, souvent largement insuffisante pour se faire une idée réelle d'un morceau.

Vous pourrez également spécifier vos goûts musicaux, soit automatiquement, soit manuellement, mais... uniquement parmi vos achats sur l'iTunes Store, ou parmi des artistes présents sur le disquaire en ligne. En d'autres termes : ne comptez pas afficher votre amour pour les Beatles.

0190000003561130-photo-itunes-10-ping-accueil.jpg


Ping permet en outre de suivre l'actualité d'artistes qui jouissent, quant à eux, de fonctionnalités bien plus étendues que nous autres pauvres utilisateurs : ils peuvent publier des actualités ou même des vidéos, que l'on peut commenter. Là encore, il s'agit d'artistes présents sur le store, et donc d'artistes signés sur un label. Dommage : Ping pourrait un jour faire office d'alternative à Myspace Music.

0190000003561132-photo-itunes-10-ping-page-artiste.jpg


On l'aura compris, les fonctionnalités de Ping sont extrêmement limitées, et l'interface des plus minimalistes propose des options de personnalisation proches du néant : les paramètres de confidentialité se limitent à autoriser ou refuser d'être suivi ! Il est impossible d'utiliser Ping pour diffuser quoi que ce soit d'autre que des recommandations musicales issues de l'iTunes Store, et il n'est même pas possible d'utiliser le service depuis un navigateur web, et encore moins de l'interfacer avec Facebook ou Twitter.

Voilà pour Ping, mais quid des autres nouveautés ? On a beaucoup parlé de la nouvelle icône qui divise visiblement, mais si effectivement, l'abandon de l'image du CD audio signifie le passage à une nouvelle ère, le principal problème d'iTunes 10 est... son absence quasi totale de changement. Le reste des fonctionnalités n'a pratiquement pas bougé, et l'interface se paie au plus un léger lifting cosmétique, qui plus est pas forcément du meilleur goût (pourquoi diable avoir abandonné les couleurs sur les icônes ?), et l'ajout d'une nouvelle vue, qui n'est en fait que le retour de la vue intermédiaire affichant les pochettes façon Windows Media Player 11, qui avait été fusionné avec la vue liste dans la version 8.

012C000003561126-photo-itunes-10-vue-intermediaire.jpg
012C000003561128-photo-itunes-10-vue-pochette.jpg


iTunes reste donc iTunes pour le meilleur et pour le pire. Dans le meilleur, on note toujours une très bonne gestion des tags audio, une interface certes alourdie par de nombreux modes de visualisation, mais tout de même toujours agréable, et quelques ajouts récents qui ont réellement apporté quelque chose. On citera par exemple la fonctionnalité Genius qui, malgré les problèmes de confidentialité qu'elles peuvent poser pour certains (il faut envoyer à Apple des informations sur sa bibliothèque audio), permet d'obtenir des playlists personnalisées et devenues très pertinentes depuis le lancement du service. D'autres fonctionnalités manquent toujours cruellement à l'appel : il n'est toujours pas possible de convertir à la volée une vidéo pour la rendre compatible avec un périphérique Apple (Quicktime X propose cette fonctionnalité dans Mac OS X Snow Leopard, mais rien pour Windows !). Bref, si on attendait une remise à plat, c'est raté !

0190000003561124-photo-itunes-10-vue-liste-standard.jpg


On passera sur la non réécriture du logiciel en Cocoa 64 bits pour la version Mac : ce dont iTunes a besoin n'est pas tant un passage à de nouvelles API qu'un retour aux sources pour un logiciel qui a perdu de sa simplicité et de son élégance. Il reste encore utilisable, mais la force initiale du couple iTunes/iPod n'était pas d'être « utilisable » : elle était de surpasser largement l'expérience offerte « en face ». Mais justement, qu'est ce qu'il y a « en face », aujourd'hui, pour gérer sa musique, la lire et la transférer sur son baladeur ?

Songbird 1.8

Songbird part d'un principe assez noble : créer un lecteur audio dans la lignée d'iTunes, mais totalement libre, ouvert et hautement personnalisable. Le projet utilise Mozilla Firefox comme base pour son code, et après une lente évolution, il a fini par arriver à maturité et éclore de son œuf (puisque les versions bêta avaient pour icône un œuf à différents stades).

Songbird se veut comme une alternative à iTunes offrant une expérience notamment basée sur les connexions entre la musique et le web. A priori, le logiciel est une copie presque conforme d'iTunes : l'interface ne s'embarrasse pas de la moindre originalité : tout est exactement au même endroit, des colonnes Artistes/albums/genre au panneau latéral en passant par les boutons de lecture !

0190000003561272-photo-songbird.jpg


Pourtant, sous ses abords de simple copie, Songbird propose quelques originalités, que l'on doit essentiellement à ses origines. Le logiciel étant basé sur le code de Firefox, il peut lui aussi être complété par de nombreuses extensions : thèmes, vues supplémentaires, panneaux latéraux fournissant des recommandations musicales dans votre bibliothèque (à la manière d'Amarok sous Linux), intégration Last FM ou encore affichage de biographies issues de Wikipedia ou de vidéos de YouTube en rapport avec vos artistes en écoute.

0190000003561274-photo-songbird-mediaflow.jpg


Songbird intègre également un partenariat avec 7 Digital, une boutique en ligne concurrente d'iTunes et, plus original, un service permettant d'afficher les dates de concert des artistes que vous écoutez (enfin à priori, dans nos tests, les concerts promis ne s'affichaient pas !), avec en prime une liste de lecture automatique basée uniquement sur les artistes actuellement en tournée.

0190000003561276-photo-songbird-nouvelles-sorties.jpg


Malheureusement, ces possibilités étendues de personnalisation ont un prix. Si vous estimez iTunes trop lourd, vous aller tomber de haut avec Songbird, dont la consommation de mémoire peut atteindre des pics de 300 Mo ! Dommage, car Songbird est la seule alternative à iTunes disponible sous Windows, mais également sous Mac OS X et Linux (attention cependant, cette dernière version n'est plus prise en charge par l'éditeur). Concernant la compatibilité avec les appareils mobiles, les développeurs de Songbird ont malheureusement jeté l'éponge concernant l'iPod, mais le logiciel est compatible MSC, MTP et gère un nombre croissant de périphériques mobiles, dont de nombreux Smartphones Android.

0190000003561278-photo-songbird-synchronisation-baladeur.jpg


Au final, Songbird est un projet intéressant et un lecteur audio qui offre quelques originalités. On sent que ses développeurs sont des fans de musique, mais en contrepartie, le logiciel est assez lourd (même si on constate tout de même une amélioration depuis les premières versions).

Windows Media Player 12

Pourquoi évoquer Windows Media Player dans un article sur les alternatives à iTunes ? Parce que contrairement au logiciel d'Apple, WMP est l'exemple d'un lecteur plus ou moins intégré à son OS, ayant su se bonifier au fil des versions (on partait tout de même de très bas avec l'atroce WMP 7 introduit avec Windows Me) pour atteindre, avec sa version 12 sous Windows 7, quelque chose de réactif, épuré et même enfin agréable à utiliser en tant que lecteur par défaut. Précisons d'emblée, en revanche, que cette version 12 est exclusivement disponible sous Windows 7. Windows XP et Vista se contentent de la version 11, qui avait d'ailleurs commencé une grosse partie de la remise à neuf de WMP.

012C000003561264-photo-windows-media-player-12-artistes.jpg
012C000003561266-photo-windows-media-player-12-albums.jpg


L'interface de Windows Media Player a connu beaucoup d'évolutions et revient de loin, mais la version 12 du lecteur, tout en gardant les bases introduites notamment par la version 10, s'est considérablement épuré. Les bases restent les mêmes, avec un panneau latéral permettant d'accéder aux artistes et aux albums et une vue principale dans la lignée de ce que propose iTunes : mosaïque de pochettes pour le niveau principal, et liste accompagnée de vignettes lorsque l'on navigue à l'intérieur d'un artiste ou d'un album. On note un détail appréciable : la visualisation du chemin de l'arborescence qui permet de revenir en un clic à n'importe quel niveau, à la manière de l'explorateur Windows. On apprécie aussi quelques petits détails comme la possiblité de lancer un aperçu du morceau en le survolant, ou le mode mini lecteur qui se réduit à un petit carré affichant la pochette (ce qui ironiquement, fait désormais penser à un iPod nano 6G !)

0190000003561270-photo-windows-media-player-12-mini-lecteur.jpg


C'est plutôt agréable, mais le talon d'Achille reste la création de listes de lecture qui passe toujours par un panneau latéral droit peu pratique. De même, pour transférer de la musique ou des vidéos sur un baladeur, on se surprend souvent à oublier de valider le transfert via le bouton « Démarrer la synchronisation », tant on est habitué à un simple glisser/déposer sur d'autres logiciels.

0190000003561268-photo-windows-media-player-12-synchronisation-baladeur.jpg


Windows Media Player 12 facilite la diffusion du contenu à distance, soit sur un périphérique connecté en réseau (via les groupes résidentiels de Windows 7), soit par Internet avec un système proche de ce que proposent Weezo ou Orb. La fonctionnalité est directement accessible depuis la barre d'outils du logiciel, et configurable en quelques clics. iTunes propose bien le partage d'une bibliothèque sur un réseau local pour écouter (ou même transférer, depuis la version 9) des contenus à distance vers un autre iTunes exécuté, mais pas de diffusion sur le net, ou vers des périphériques de type Playstation 3 ou Xbox 360

Évidemment, Windows Media Player est totalement incompatible avec les iPod et autres iPhone... mais il est compatible avec tous les autres baladeurs ou presque : que ce soit Samsung, Cowon, Sony ou encore Creative, tous gèrent le protocole MTP, qui permet d'ailleurs de se passer de tout logiciel de gestion de bibliothèque pour gérer sa musique : le glisser/déposer est possible depuis l'explorateur Windows. On se prend à rêver d'iPods qui permettraient enfin de se passer d'iTunes, dont on ne comprend franchement plus en quoi il est indispensable pour transférer ses contenus multimédias...

À l'image de l'OS qui l'accompagne, et de la nouvelle bêta d'Internet Explorer 9, Windows Media Player 12 est la preuve que simplifier l'interface d'un logiciel peut être bénéfique. Certes, les « power users » continueront à bouder le lecteur de Microsoft, mais au final, on est forcé de constater que cette mouture de Windows Media Player est la plus réussie qu'il nous ait été donné d'utiliser.

Les autres : AIMP, Foobar2000 et Winamp

Souvenez-vous de cette époque, pas encore si lointaine, où la guerre faisait rage entre les adeptes de Winamp et les fans de Foobar2000 ! Les deux logiciels, même s'ils sont plutôt discrets, sont toujours développés, et Foobar2000 a même fini par atteindre, début 2010, le stade de la version 1.0. Néanmoins, si Foobar2000 est resté fidèle à son minimalisme original, Winamp est devenu une vraie usine à gaz. Les nostalgiques des premières versions du logiciel peuvent néanmoins retrouver une expérience similaire avec plusieurs lecteurs, dont le très bon AIMP.

Foobar2000 : un classique fidèle à ses convictions

Apparu en 2002, et développé par Peter Pawlowski, un ancien de Nullsoft justement, Foobar2000 a toujours été caractérisé par une interface extrêmement austère et par une conception complètement personnalisable, ce qui en a rapidement fait le lecteur préféré des power users et des audiophiles soucieux de ne pas s'embarrasser avec un lecteur trop lourd (ce qu'était devenu Winamp à l'époque). Gérant un grand nombre de formats audio, et plusieurs fonctionnalités qui ont été un temps son apanage (la lecture « gapless », par exemple), il aurait de quoi faire fuir un néophyte au premier abord. Pourtant, même s'il ne paie pas de mine (à moins que l'on prenne le temps de télécharger les composants permettant de modifier son interface du tout au tout), Foobar2000 conserve certaines qualités indéniables. Une fois que l'on s'est fait à son interface plutôt crue, on en apprécie la légèreté et l'absence totale de fonctionnalités extra musicales. Foobar2000 est un lecteur de bibliothèque audio qui a su ne pas s'éparpiller. Pour ceux qui souhaiteraient le personnaliser, le choix est très vaste, entre de multiples visualisations et divers modules permettant d'ajouter des fonctionnalités supplémentaires, ainsi que des skins pour rendre son interface moins austère. Précisons néanmoins que si elle peut rebuter le grand pubiic, cet extrême dépouillement de l'interface par défaut peut également s'avérer intéressant pour des utilisateurs recherchant justement une interface pas trop intrusive ni tape-à-l'oeil.

012C000003561352-photo-foobar2000.jpg
012C000003561354-photo-foobar2000-ipod.jpg


Citons à ce sujet la présence d'un plug-in pour iPod au fonctionnement un peu tordu, mais étonnamment fonctionnel (il convertit même les fichiers non compatibles !), même avec un iPod nano 5G. Pas de chance en revanche avec un iPhone exécutant iOS 4, et nous n'avons pas pu tester la compatibilité avec les derniers Nano et Shuffle à l'heure où nous écrivons ces lignes. Pour le reste, les appareils MSC et MTP sont gérés. On peut également trouver un plug-in DLNA pour streamer sa musique depuis Foobar vers une PS3 ou une XBox 360. Bref, pour qui ne craint pas les interfaces un peu austères, Foobar2000 reste une référence, et on est même agréablement surpris que son développement soit toujours aussi actif !



Winamp : un classique qui vieillit mal

Les plus anciens d'entre vous se souviennent sans aucun doute de leurs premiers MP3 lus avec Winamp en 1998. Depuis, ce qui était à l'époque un petit lecteur des plus minimalistes et efficaces (un lecteur, une playlist et un égaliseur) est devenu le symbole même de l'évolution dans le mauvais sens d'un logiciel : à force d'ajouter des fonctionnalités et d'alourdir son interface, Winamp est devenu une sorte d'iTunes bis. Pas vraiment plus léger, encombré par divers partenariats (eMusic, 7 Digital...), et toujours plombé par un modèle économique obsolète qui fait payer l'importation de CD audio en MP3, ce que même Windows Media Player a cessé d'imposer depuis la version 10 !

012C000003561428-photo-winamp-interface-bento.jpg
012C000003561356-photo-winamp-interface-classique.jpg


Que reste-t-il à Winamp ? Ses plug-ins, ses multiples skins et sa compatibilité audio très étendue. Le logiciel pouvait également faire office d'alternative à iTunes pour gérer un iPod, mais cette prise en charge semble avoir pris du plomb dans l'aile : alors que Foobar2000 permet de gérer un iPod nano 5G (datant tout de même d'un an !) sans problème, Winamp, dans sa dernière version, ne bronche pas à son branchement (alors qu'il reconnaît un 3G). Pas plus de chance avec le plug-in alternatif ml_iPod : celui-ci nous gratifiant au passage d'un avertissement empreint d'un peu de mauvaise foi (« ça n'est pas notre faute, mais celle d'Apple) alors que ça fonctionne très bien en face !

Le logiciel propose une intégration web dans la lignée de Songbird, mais quitte à utiliser un iTunes bis, on préfèrera ce dernier, qui fait preuve de plus d'audace et permet d'importer un CD audio en MP3 sans s'acquitter d'une licence.

Bref, Winamp, s'il reste un lecteur audio/vidéo relativement compétent, n'a pas franchement bien vieilli. Même si ça n'est pas directement la faute de Nullsoft, il a en outre perdu sa compatibilité iPod très performante à l'époque, qui permettait d'en faire un des rares lecteurs vraiment universels quant à l'exportation vers un baladeur audio.



AIMP : un héritier du Winamp des débuts

Si Winamp est devenu, par la force des choses, une usine à gaz, d'autres logiciels ont repris le flambeau du « petit lecteur audio léger qui ne fait que ça et qui le fait bien ». C'est le cas d'AIMP, un logiciel pas franchement original, puisqu'il reprend à la lettre le concept du « vieux » Winamp : trois fenêtres (lecteur, playlist et égaliseur) et un accent mis sur la lecture. La prise en charge d'à peu près tous les formats de fichiers audio, libres ou non, est de la partie, et les plus Jacky d'entre nous trouveront leur bonheur parmi les visualisation et les effets DSP proposés. Bref, AIMP revient aux sources pré-iTunes, sans pour autant être totalement minimaliste au niveau de ses fonctionnalités. On trouve ainsi un éditeur de tags, une bibilothèque audio, ou encore une fonctionnalité de streaming permettant même d'enregistrer les webradios.

0190000003561430-photo-aimp.jpg


Voilà pour la version de base. Car AIMP, et c'est là sa principale force, propose également des fonctionnalités supplémentaires telles que la conversion audio, l'extraction de CD audio, une fonctionnalité magnétophone ou encore un éditeur de tag avancé. L'intérêt ? Si vous souhaitez vous contenter de la version de base, vous n'aurez tout simplement pas besoin de télécharger ce pack proposé sous la forme d'un téléchargement séparé. Qui plus est, ces modules sont des applications distinctes qui n'alourdissent pas inutilement le lecteur.




DoubleTwist : la solution miracle ?

Terminons ce tour d'horizon des alternatives à iTunes avec une vraie alternative, pour le coup, puisque DoubleTwist est tout simplement une copie quasi conforme d'iTunes, principalement destinée aux utilisateurs d'Android (en tous cas vendue comme telle, avec une intégration de l'Android Market). Même interface, même fonctionnement par glisser/déposer dans un panneau latéral... Mais avec un plus : le logiciel convertit à la volée les éléments transférés, et ce pour tous les appareils compatibles. Loin de se limiter à Android, Double Twist est en effet compatible avec une multitude de baladeurs utilisant le protocole MTP... Mais aussi avec certains iPod et même iPhone (à condition de ne pas utiliser iOS 4.0 qui ne semble pas géré lors de nos tests).

Que l'on soit clair : DoubleTwist n'apporte rien de vraiment original par rapport à iTunes dont il copie à peu près tout. Néanmoins, il fournit un moyen de synchroniser facilement et sans prise de tête du contenu, quelque soit son origine ou presque, sur un iPod même récent (nous l'avons testé avec un Nano 5G). Certains fichiers vidéo ne passent pas, mais on peut par exemple transférer de manière totalement transparente des fichiers WMV ! Intéressant, d'autant plus que le logiciel est également disponble sous Mac OS X. Les allergiques aux tags seront également ravis de pouvoir naviguer dans leur bibliothèque par dossier. La consommation mémoire de DoubleTwist est tout simplement gargantuesque (250 Mo en permanence sur notre machine !) mais si vous cherchez une solution simple pour transférer de la musique, des vidéos et des photos sur un iPod sans passer par iTunes ,c'est peut être encore ce que l'on trouve de mieux gratuitement.

Conclusion

0000007803514144-photo-lecteur-baladeur-mp3-apple-ipod-nano-16go-vert-6g.jpg
Le couple iTunes/iPod a indéniablement fait bouger les choses au début de la décennie. Néanmoins, à mesure que les baladeurs d'Apple se sont enrichis en fonctionnalités, le logiciel est devenu de plus en plus « lourd », pas forcément technologiquement (bien que la version Windows soit souvent considérée comme particulièrement gourmande), mais plutôt en ce qui concerne sa conception de plus en plus complexe, s'offrant au passage des changements ergonomiques pas toujours heureux, et devant gérer bien plus de fonctionnalités que ce qui était prévu à la base. Si on conçoit que le support de la vidéo est assez logique, on ne devrait pas avoir à passer par iTunes pour transférer des photos, synchroniser des contacts ou envoyer des fichiers PDF ou autres sur son iPod ou son iPhone.

La version 10 d'iTunes est caractéristique de cette évolution : au lieu de refondre le logiciel et de lui redonner une certaine fraicheur, elle ne fait qu'ajouter une autre fonctionnalité, pas franchement indispensable, avec le réseau social Ping. Le bénéfice pour l'utilisateur est plutôt réduit, et la fonctionnalité semble avoir été principalement pensée pour proposer de nouvelles portes d'entrée vers l'iTunes Store, en plus des recommandations Genius.

Le problème vient principalement du fait qu'un utilisateur d'iPod ou iPhone récent n'aura pas franchement d'autre choix. Hormis Foobar2000 dont le plug-in pour iPod semble relativement fonctionnel, et un DoubleTwist simple d'utilisation mais assez gourmand en ressources, les changements opérés par Apple dans ses baladeurs récents n'ont visiblement pas réussi aux logiciels comme Winamp qui le prenaient autrefois en charge. Résultat : il est de plus en plus difficile d'utiliser autre chose qu'iTunes pour synchroniser sa musique et ses vidéos. En face, évidemment, la situation est différente. La plupart des constructeurs de baladeurs concurrents n'ont jamais nécessité un logiciel en particulier pour gérer ses contenus. On peut utiliser les outils fournis avec les baladeurs (Creative Central, Jet Audio...), des lecteurs comme Songbird ou Windows Media Player... ou se contenter de passer par l'explorateur Windows !

0190000003561908-photo-ipad-ipod-2.jpg


Même si on continue, au global, d'apprécier iTunes pour sa simplicité d'utilisation, il serait temps qu'Apple s'inspire de ce modèle, qui permettrait de gérer plus directement des appareils comme l'iPad dont on a du mal à comprendre qu'ils soient encore attachés à iTunes pour une tâche aussi bête que le transfert de documents depuis un ordinateur. Pour la plupart des applications, il faudra passer par le module de synchronisation d'iTunes, alors que ce logiciel ne devrait même pas s'occuper de synchroniser ce type de contenu à la base. C'est d'autant plus frustrant que sur ce même appareil, le premier pour Apple à ressembler réellement à un ordinateur par la complexité des applications proposées, on trouve des applications séparées pour la lecture audio, la lecture vidéo, ou l'achat de contenus, et notamment une application iPod qui ressemble à un iTunes épuré : celui que l'on aimerait retrouver sur nos ordinateurs. Mais à l'heure où Steve Jobs considère ces derniers comme des « camions », ça n'est peut être pas prêt d'arriver...

Télécharger Foobar2000 pour Windows.

Télécharger AIMP pour Windows.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

SSD à 430 Mo/s et SATA 6 Gb/s en 2,5 pouces chez PhotoFast
Boxee Box : dispo en novembre pour devancer Google TV en Europe
Microsoft :
NKM imagine un
SCO autorisé à vendre ses actifs UNIX par la justice
L'entreprenariat au féminin : quand les Mompreneurs investissent le Web
Adobe, Google, Apple, Intel discutent d'un accord pour éviter les débauches d'employés
La nomination du nouveau PDG de HP serait imminente
Yahoo! peaufinera aussi son moteur de recherche
Thunderbird 3.1.4 améliore la stabilité
Haut de page