Les bots malveillants représentent plus de 20% du trafic web

24 avril 2019 à 10h55
0
virus 3.png

Alors que les bots peuvent être d'une aide précieuse pour les webmasters, une récente étude montre les « bad bots » sont endémiques sur la toile.

Ils peuvent voler des données, publier de faux contenus ou encore fausser les métriques liées à la publicité ou au nombre de visiteurs sur un site : les bots malveillants peuvent causer de sacrés ravages sur le trafic. Alors que les bots représentent environ 37,9 % du trafic web selon ZDNet, les bad bots représenteraient quant à eux 20,4 % du trafic. S'il est possible de s'en protéger, une récente étude montre que ces bots deviennent de plus en plus coriaces, et seraient friands de certains secteurs en particulier.

Banques, billetterie, secteur éducatif : les premières victimes


La récente étude de Distil Network baptisée Bad Bot Report 2019: The Bot Arms Race Continues a de quoi inquiéter certains domaines d'activités. Et pour cause, des domaines d'activités bien précis seraient tout particulièrement visées par le fléau des bats bots, aux premiers rangs desquels les banques (42,2 % de leur trafic), les billetteries (39,3 %), l'enseignement (37,9 %) ou encore, de façon plus inquiétante, les sites gouvernementaux (29,9 %).

Ces bad bots proviendraient principalement des États-Unis, qui en concentrent 53,4 % à eux seuls, suivis par les Pays-Bas et la Chine. Mais tous les bots ne se valent pas.

73,6 % de bad bots « avancés » et de plus en plus sophistiqués


Le rapport de Distil Network différencie tout de même les bots malveillants « simples » des bots « avancés ». Les premiers représentent seulement 26,4 % des bad bots, dont 52,3 % peuvent être classés comme « modérément sophistiqués » : ils peuvent par exemple « utiliser des logiciels de navigateurs sans tête ainsi que JavaScript pour mener des activités illicites ».

Mais la plus grande menace réside dans les bad bots « avancés » qui représentent 73,6 % des bots malveillants et qui sont capables de « générer des adresses IP aléatoires, de changer leur identité numérique ou encore d'imiter le comportement d'un internaute humain ».

Pour Tiffany Olson Kleemann, Directrice de Distil Networks, bad bots et régulateurs jouent « incessamment au jeu du chat et de la souris ». Mais ce jeu doit cesser et doit être traité avec gravité « dès aujourd'hui » à mesure que des activités critiques sont menées sur Internet, comme le vote en ligne, et que les bots deviennent de plus en plus sophistiqués.

2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top